Birmanie - Elections

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Birmanie - Elections

Message  thanaka le Mar 9 Mar 2010 - 10:08

la junte se prépare des élections législatives sur mesure

La junte birmane s'est arrogée un contrôle absolu sur la commission chargée des élections législatives, dans une loi de nature à renforcer les doutes de la communauté internationale sur la crédibilité du premier scrutin depuis vingt ans.
Le pouvoir militaire a publié mardi dans les médias officiels le contenu de la première des cinq lois promulguées la veille, relatives aux élections promises par la junte pour cette année.
Mais leur date précise reste à déterminer et devrait venir ultérieurement de la toute nouvelle commission électorale. "Les partis politiques auront environ six mois pour faire campagne après la promulgation de la loi électorale", a pronostiqué un responsable birman.
Selon la "Loi sur la commission électorale de l'Union", signée du généralissime Than Shwe, numéro un de la junte, l'organe sera composé de cinq personnes au moins, désignées par le Conseil d'Etat pour la Paix et le Développement (SPDC, nom officiel de la junte).
Chaque membre devra avoir plus de 50 ans, être "considéré par le SPDC comme une personnalité éminente", avoir "intégrité et expérience", faire preuve de "loyauté envers l'Etat et ses citoyens" et ne "pas être membre d'un parti politique".
La commission sera chargée de désigner les circonscriptions, compiler les listes d'électeurs et "superviser les partis politiques pour qu'ils agissent conformément à la loi".
Elle pourra par ailleurs "reporter ou annuler l'élection dans des circonscriptions si des élections libres et justes ne peuvent se tenir, suite à une catastrophe naturelle ou à cause des conditions locales de sécurité", selon le texte.
La junte conserve ainsi, sans surprise, le contrôle total des opérations vingt ans après les élections de 1990, au cours desquelles la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de l'opposante Aung San Suu Kyi avait triomphé.
Refusant d'abandonner le pouvoir à sa pire ennemie, la junte avait refusé de reconnaître les résultats et a, depuis, privé de liberté la prix Nobel de la paix pendant plus de 14 ans.
La dissidente a vu récemment sa dernière assignation à résidence confirmée par la justice et n'est libérable au plus tôt qu'en novembre, sans doute après les élections.
La constitution de 2008, approuvée juste après le passage du dévastateur cyclone Nargis (138.000 morts ou disparus) l'exclut de toutes façons de cette élection en écartant toute personne mariée à un étranger. L'époux de Mme Suu Kyi, le Britannique Michael Aris, est décédé en 1999.
Autant de conditions qui ne laissent guère de doutes sur l'issue de la consultation. "C'est évidemment de mauvais augure pour la crédibilité des élections", a estimé Debbie Stothard, militante pro-démocratie à Bangkok. "C'est une élection organisée par le régime, pour le régime".
Certains analystes se voulaient pourtant moins négatifs, relevant que les élections allaient porter au pouvoir, dans les assemblées nationales et régionales, une nouvelle génération de militaires.
"A moyen et long terme, toute évolution du statu quo doit avoir un aspect positif, ne serait-ce que parce qu'il est difficile d'imaginer, au moins du point de vue des droits de l'Homme, comment ça pourrait être pire", relève Benjamin Zawacki, pour Amnesty International.
Aung Naing Oo, analyste birman à Chiang Mai (nord de la Thaïlande), s'intéresse, au delà des élections, à l'apprentissage de tout un peuple.
"Les élections sont importantes car nous n'en avons pas eu depuis 20 ans, et il est essentiel que les Birmans apprennent à exercer leurs droits. Nous n'obtiendrons pas la démocratie du jour au lendemain, mais c'est une étape importante quand même".

source AFP
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Birmanie - Elections

Message  Admin le Mar 9 Mar 2010 - 19:59

AFP 09/03/2010

Les Etats-Unis ont réagi aujourd'hui à la promulgation des lois qui régiront les premières élections législatives depuis vingt ans en Birmanie en doutant que ce scrutin soit "crédible".

lol!
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Aung San Suu Kyi menacée d'expulsion de son parti

Message  Admin le Mer 10 Mar 2010 - 8:40

L'opposante Aung San Suu Kyi, déjà exclue des prochaines élections en Birmanie et maintenue en résidence surveillée par la junte au pouvoir, risque désormais son expulsion pure et simple de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).
Les militaires ont révélé le contenu de la loi sur l'enregistrement des partis politiques mercredi, deuxième texte sur une série de cinq qui préparent la tenue des premières élections législatives dans le pays depuis 1990.
Et en dépit des appels de la communauté internationale qui réclame la libération de la prix Nobel de la paix avant le scrutin, la junte a au contraire resserré son étau sur la "Dame" de Rangoun en stipulant que quiconque purge une peine de prison ne peut appartenir à un parti.
Mme Suu Kyi purgeant actuellement depuis août 2009 une peine de 18 mois d'assignation à résidence, la loi oblige la LND à choisir entre l'exclure de ses instances, ou être dissoute.
"J'ai constaté que nous devions exclure Mme Suu. L'attitude (des militaires au pouvoir) est très claire dans la loi", a expliqué à l'AFP Nyan Win, porte-parole de la LND.
Le texte indique aussi que les partis ont 60 jours à partir de lundi dernier pour s'enregistrer auprès des autorités, ce qui va obliger la principale formation d'opposition à faire un choix rapidement.
"La LND doit répondre clairement, mais je ne peux pas dire ce que nous allons répondre", a ajouté Nyan Win. J'ai été extrêmement surpris quand j'ai vu ça. Je ne pensais pas que ce serait aussi dur".
La LND avait créé la surprise en 1990, en remportant haut la main des élections deux ans après le soulèvement populaire de 1988. La junte, nullement disposée à abandonner le pouvoir, avait refusé de reconnaître le scrutin. Depuis, l'opposante a passé pas moins de 14 ans privée de liberté.
le 25 mai 2009 à RangounIl était clair depuis 2008 que Mme Suu Kyi ne pourrait pas se présenter aux élections. La nouvelle Constitution, approuvée juste après le passage du dévastateur cyclone Nargis (138.000 morts ou disparus), écarte toute personne mariée à un étranger. L'époux de Mme Suu Kyi, le Britannique Michael Aris, est décédé en 1999.
"La loi est bâtie pour garantir la constitution. Ce sera un énorme problème pour nous, car ils nous demandent d'obéir à une Constitution que nous ne pouvons accepter", a souligné Nyan Win.
La junte exclut aussi des élections les religieux, une mesure visant les moines et les nonnes bouddhistes, meneurs de la "révolte safran" de 2007 qui avait été réprimée dans le sang, faisant au moins 31 morts.
Dans un autre texte de loi, le pouvoir de Naypyidaw a pris le contrôle absolu de la commission électorale, en édictant que chacun de ses membres devrait être considéré par la junte comme "une personnalité éminente", faire preuve de "loyauté envers l'Etat et ses citoyens" et ne "pas être membre d'un parti politique".
Mardi, les Etats-Unis se sont déclarés "sceptiques sur la possibilité que les élections prévues cette année soient crédibles".
"Ce que nous avons vu jusqu'à présent est décevant et regrettable", a ajouté mercredi le secrétaire d'Etat adjoint américain pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, Kurt Campbell, depuis Kuala Lumpur.
"La balle est maintenant dans le camp des Nations unies, des Etats-Unis et de la communauté internationale, qui ont appelé le régime à plusieurs reprises à organiser des élections non discriminatoires, libres et justes", a estimé Aung Din, militant installé aux Etats-Unis.

source AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Birmanie - Elections

Message  Marco le Lun 15 Mar 2010 - 20:42

Les élections prévues en Birmanie "pas crédibles", selon l'Onu .

Les élections annoncées pour cette année par la junte militaire birmane manqueront de crédibilité car les critères qui s'y appliquent portent atteinte aux libertés fondamentales, estime un émissaire des Nations unies.


Selon Tomas Ojea Quintana, rapporteur spécial de l'Onu sur les droits de l'homme en Birmanie, la réglementation rendue publique depuis peu interdit aux prisonniers politiques de participer à des élections et d'adhérer à des partis.

Rien ne laisse penser que la junte envisage de libérer des prisonniers politiques - qui seraient au nombre de 2.100 - ou de rétablir les libertés d'expression ou de réunion, a-t-il dit.

"Dans les conditions actuelles, on ne peut juger crédibles des élections en Birmanie", a déclaré Ojea Quintana lors d'une conférence de presse après avoir présenté un rapport au Conseil des droits de l'homme de l'Onu.

Les critères adoptés empêcheraient la militante des droits de l'homme Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, de participer au scrutin.

Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), avait remporté les élections de 1990 mais la junte n'avait tenu aucun compte des résultats et les a officiellement annulées jeudi dernier.

La LND, qui a été autorisée à rouvrir des bureaux régionaux fermés depuis sept ans, envisage de prendre part aux élections bien que celles-ci soient généralement considérées à l'étranger comme un simulacre visant à faire paraître le pays plus démocratique tout en maintenant les militaires au pouvoir.

Ojea Quintana, diplomate argentin qui s'est rendu dans le pays en février, a dit que des responsables birmans lui avaient assuré que les élections auraient lieu cette année, bien qu'aucune date ne soit encore fixée.

L'ambassadeur de Birmanie auprès de l'Onu, U Wunna Maung Lwin, a rejeté le rapport d'Ojea Quintana en le qualifiant de tentative d'ingérence politique dans le processus électoral.

Jonathan Lynn, Philippe Bas-Rabérin pour le service français .

Source Reuters
avatar
Marco

Localisation : Sud/Est France
Messages : 189
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

les partis politiques menacés

Message  Admin le Sam 27 Mar 2010 - 8:37

Le généralissime Than Shwe, homme fort de la junte birmane, a mis en garde les partis politiques samedi contre toute campagne "calomnieuse", à quelques mois des premières élections législatives depuis 20 ans, prévues en principe en octobre ou novembre prochain.

Le numéro un birman, 77 ans, s'est adressé en tenue d'apparat à 13.000 soldats pour le défilé annuel des forces militaires à Naypyidaw, ville nouvelle bâtie au milieu de la jungle birmane et promue capitale en 2005 à la place de Rangoun.

"Une campagne indécente ou inappropriée doit être évitée, telle que la calomnie de partis ou d'hommes politiques destinée à s'assurer une victoire aux élections", a déclaré Than Shwe après avoir passé les troupes en revue, debout dans sa limousine décapotable.

L'officier, qui dispose d'un pouvoir absolu sur la conduite du pays, a par ailleurs dénoncé l'ingérence des pays étrangers. "Au cours de la transition vers un système nouveau, les pays qui ont plus d'expérience s'ingèrent habituellement (dans les affaires intérieures birmanes) et défendent leurs propres intérêts", a-t-il dénoncé jugeant "absolument nécessaire d'éviter de s'appuyer sur les puissances extérieures".

La junte birmane est violemment critiquée par la communauté internationale depuis qu'elle a promulgué une série de lois encadrant le scrutin, début mars, qui lui assure un contrôle total de l'ensemble du processus électoral et en écarte tous les opposants, dont la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.

source AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le parti de Suu Kyi renonce aux élections

Message  thanaka le Lun 29 Mar 2010 - 10:35

Le parti de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi a renoncé aujourd'hui à participer aux élections prévues dans l'année par la junte militaire au pouvoir, les premières depuis 20 ans, ce qui devrait entraîner sa dissolution, selon un délégué.

La Ligne nationale pour la démocratie (LND) était placée devant un choix cornélien : de nouvelles lois la forçaient à exclure sa fondatrice, Suu Kyi, à cause de sa condamnation récente par la justice, sous peine sinon de ne pouvoir se faire enregistrer pour les élections et d'être dissoute.

Source AP
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le parti d'Aung San Suu Kyi boycotte les élections

Message  Admin le Lun 29 Mar 2010 - 20:34


REUTERS/Soe Zeya Tun
Lundi 29 mars, une centaine de militants de la LND se sont rassemblés devant son siège, certains portant des tee-shirts blancs sur lesquels on peut lire: 'nous croyons Aung San Suu Kyi'.

Le parti de l'opposante birmane, Aung San Suu Kyi, boycottera les premières élections législatives depuis 20 ans. Il refuse les lois électorales promulguées par la junte militaire.
Une centaine de membres du comité central de la LND (Ligue Nationale pour la Démocratie), venus de tout le pays et réunis à Rangoon, ont suivi la position d'Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix. La semaine dernière, elle s'était montrée hostile à l'enregistrement du parti, compte-tenu des conditions d'organisation du prochain scrutin.
"La LND a décidé de ne pas enregistrer le parti comme un parti politique, car les lois électorales émises en 2010 par le Conseil d'Etat pour la paix et le développement (SPDC, nom officiel de la junte) sont injustes", a affirmé le porte-parole du parti et avocat de l'opposante. Parmi les mesures prises par la junte au pouvoir, l'interdiction pour un parti de conserver dans ses instances des prisonniers politiques, mesure qui cible directement l'opposante, toujours assignée à résidence.
Les prochaines élections, dont la date exacte n'a pas été annoncée mais qui doivent se tenir fin octobre ou début novembre 2010 selon un responsable birman, se dérouleront donc sans le premier parti d'opposition qui avait remporté le dernier scrutin en 1990, sans jamais voir sa victoire reconnue.
Début mars, parmi les décisions prises par la junte, figurait l'annulation pure et simple des résultats de cette consultation.
"Lois injustes"
Lundi, la LND avait donc le choix entre participer aux prochaines élections après avoir exclu Aung San Suu Kyi de ses instances, et risquer la dissolution. Les délégués ont choisi de conserver dans leurs rangs celle qui symbolise, dans le monde entier, la résistance aux généraux.
Avant le vote, Nyan Win a lu un message de la leader aux délégués de son parti, dans lequel elle réaffirme son opposition aux lois électorales "injustes" et souligne que la LND n'est "pas ma chose, ni une propriété de quiconque".
"Il était très dur pour les membres de la LND de l'exclure, car c'est une figure très influente du parti et du pays", a expliqué Win Min, analyste politique birman et militant pro-démocratie basé en Thaïlande.
La LND bientôt dissoute?
En principe, la junte pourrait maintenant dissoudre purement et simplement la LND au terme du délai fixé par la loi. "Le parti, sous son nom actuel, pourrait ne plus exister officiellement au-delà du 6 mai", a ajouté Win Min.
Lundi, une centaine de militants de la LND s'étaient rassemblés devant son siège, certains portant des tee-shirts blancs sur lesquels on pouvait lire: "nous croyons Aung San Suu Kyi".
Nann Khin Htwe Mying, membre du comité central, venue de l'Etat karen (est), a témoigné de sa détresse avant la réunion. "Nous avons sacrifié notre vie pendant 20 ans et nous devons finalement abandonner comme ça. Alors vous pouvez imaginer ce que nous ressentons", a-t-elle déclaré.
"Parodie de démocratie"
La communauté internationale, Etats-Unis en tête, a vivement condamné une "parodie de démocratie" après la promulgation des lois électorales. L'absence de la LND devrait renforcer encore la virulence des critiques selon lesquels le scrutin ne sera qu'un simulacre destiné à légitimer le pouvoir des militaires.
Samedi, dans un discours aux forces armées, le généralissime Than Shwe, homme fort de la junte, a enjoint aux partis politiques de se garder de toute campagne "calomnieuse".
Le quotidien privé Myanmar Times, soumis à la censure gouvernementale, a indiqué lundi que sept partis d'opposition avaient annoncé leur volonté de s'enregistrer pour le scrutin.

source http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/le-parti-d-aung-san-suu-kyi-boycotte-les-elections-birmanes_859052.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

le boycott des élections par le parti de Suu Kyi fait des déçus

Message  thanaka le Mar 30 Mar 2010 - 19:08

De nombreux Birmans saluaient mardi la décision du parti d'Aung San Suu Kyi de boycotter les élections organisées par la junte militaire au pouvoir, mais d'autres reprochent à la principale formation d'opposition de leur laisser peu de choix pour les premières législatives depuis 20 ans.

"C'est une catastrophe que la LND ait choisi de boycotter l'élection. Pour qui pourrai-je voter lorsque les élections viendront?", s'insurge Myint Myint Thein, 46 ans, professeur à l'Université.

"Je crois que la LND a fait une énorme bourde en ne participant pas aux élections. Nous voulons tous voter pour des candidats de la LND et maintenant, nous n'avons plus aucun choix", critique Mie Mie, propriétaire d'une bijouterie à Rangoon.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) a annoncé lundi qu'elle renonçait à se faire enregistrer pour les élections à cause des nouvelles lois passées par les militaires, qui l'auraient obligée à exclure sa fondatrice et dirigeante Aung San Suu Kyi.

La lauréate du prix Nobel de la paix a en effet été récemment condamnée à 18 mois d'assignation à résidence (jusqu'en novembre) à la suite de l'intrusion d'un Américain dans sa demeure à Rangoon. A 64 ans, la Dame de Rangoon a passé 14 de ces 20 dernières années privée de liberté. Les nouvelles lois l'empêchent par ailleurs de se présenter ou de voter aux élections, dont la date n'a pas encore été fixée.

Mme Suu Kyi avait mené son parti à une large victoire aux élections de 1990, mais ces résultats n'ont jamais été reconnus par les militaires au pouvoir en Birmanie depuis 1962. En refusant de participer au nouveau scrutin, conformément au souhait de sa fondatrice, la LND risque désormais la dissolution, mais de nombreux Birmans approuvent son choix.

Aung San Suu Kyi "est notre icône et notre leader, la seule qui puisse traduire les sentiments de l'opinion publique. Nous sommes avec elle et nous soutenons sa décision", affirme Khin Zaw, 55 ans, infirmière.

"La majorité des gens suivront cette décision par profond respect pour (l'opposante), et la légitimité ainsi que la crédibilité des élections sera largement sapée", prédit Thakin Chan Tun, home politique et ambassadeur à la retraite.

De leur côté, les Etats-Unis "comprennent et respectent" le choix de la LND, selon le porte-parole du département d'Etat américain, P.J. Crowley.

Quant à la Ligue, elle assure que la partie n'est pas finie. Elle "va continuer sa poursuite, par des moyens pacifiques, de la démocratie et des droits de l'Homme, avec le soutien, la compréhension et l'aide de la population, des ethnies et des forces démocratiques", a juré son vice-président, Tin Oo.

Les lois électorales n'étant été promulguées que ce mois-ci, il reste peu de temps aux partis pour se former et mobiliser l'électorat, ce qui rend le paysage politique encore flou, mais il semble que la junte s'apprête à présenter un parti contre plusieurs formations plus petites, dont certaines qui la soutiennent.

Pour Cho Cho Kyaw Nyein, secrétaire général du tout récent Parti démocrate, le mieux pour les Birmans et la Birmanie serait que l'opposition obtienne un maximum de sièges au nouveau Parlement, même si un quart du total est réservé aux militaires.

L'opposition dénonce le processus électoral, qui s'inscrit dans le cadre d'une "feuille de route pour la démocratie" qu'elle considère comme une manoeuvre des militaires pour asseoir encore davantage leur pouvoir.

source AP
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Birmanie - Elections

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum