Birmanie : aux côtés de la rébellion Shan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Birmanie : aux côtés de la rébellion Shan

Message  Admin le Lun 5 Avr 2010 - 17:01

En Birmanie, le régime de Naypyidaw poursuit sa préparation des élections générales et accroit sa pression sur les minorités ethniques. Le scrutin n’est pas de nature à résoudre la guerre civile qui sévit dans certaines zones frontalières. Au Nord-Est de la Birmanie, l’Armée du Sud de l’Etat Shan combat depuis près de 50 ans les soldats de la junte pour obtenir l’indépendance de la région. Notre reporter, Nina Martin, a traversé clandestinement la frontière birmane pour rencontrer ces rebelles. Reportage texte, audio et photos.

Avec ses quelque 10.000 soldats, l’Armée du Sud de l’Etat Shan (SSA-S) est aujourd’hui la plus grande force armée à se battre contre la junte. Basée à Loi Taileng, un village à la frontière de la Thaïlande, la rébellion revendique l’indépendance de l’Etat Shan, dans le Nord-Est de la Birmanie. Lourdement armés et bien entraînés, les soldats arpentent la jungle chaque jour pour déloger les militaires birmans.

« Les soldats birmans ont envahi nos terres ils y a 57 ans, précise le leader de la SSA-S, le colonel Yawd Serk. Ils doivent se retirer, nous les combattrons par tous les moyens possibles. Mais notre but premier n’est pas de nous battre. Nous patrouillons d’abord pour aider les populations locales ».
Plusieurs ONG dénoncent les exactions des soldats birmans dans cette région, dominée par l’ethnie Shan. 3200 villages y ont été brûlés par la junte ces dix dernières années selon Amnesty International. Cette situation nourrit la rébellion et pousse de nombreux villageois à se placer sous la protection des rebelles. Plusieurs camps de déplacés ont ainsi poussé le long de la frontière birmano-thaïlandaise.

Les Shans racontent l’enfer vécu dans les zones contrôlées par la junte -travail forcé, pillages, viols -, particulièrement dans les villages soupçonnés de sympathiser avec la rébellion. Pour Yawd Serk, les élections prévues par la junte en 2010 n’ont aucune chance de résoudre ce grave conflit : « Les minorités ethniques n’ont pas participé à l’écriture de la Constitution votée en 2008. Donc les élections seront par définition injustes. La lutte armée est notre seule issue ».

pour le diaporama photos http://u.nu/7i348
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum