Bangkok aujourd'hui

Page 2 sur 11 Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Pio Pio le Mar 25 Mai 2010 - 9:51

difficile de se faire une idée pour nous farangs qui ne conaissont pas les méandres de la politique thailandaise , j'ai l'iimpréssio en lisant la presse et quelques dépéches sur internet que aucun ne veut prendre parti pour qui que ce soit, les journalistes ne veulent pas se mouiller sur ce terrain glissant et c'est peut être mieux ainsi car on sait où cela peut mener.

d'un coté on voit le pm en dictateur( ce qui m'étonnerait quand même) de l'autre on le voit en sauveur de la nation (certainement exagéré)il doit surement y avoir un jsute milieu en tre les deux, la seule chose dont on peut pas l'accusé à mon avis et encore une fois à la lecture des dépéches qu'on peut avoir sous les yeux, c'est d'avoir déclencher cette foutu pagaille ..

bon, la seule chose que je souhaite aux thais, c'est qu'ils retrouvent leur bonne humeur habituelle et que leur économie ne tombe pas trop bas parceque ce serait en core pire je pense
avatar
Pio Pio

Localisation : sud de la france
Messages : 76
Date d'inscription : 27/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 28 Mai 2010 - 19:41

Une cicatrisation difficile
Malgré les propos rassurants du Premier ministre, le malaise reste profond et les divisions seront longues à disparaître


DE BANGKOK
Sur l’avenue Ratchaprarop, à l’intersection de Din Daeng [au nord du camp retranché des opposants, les “chemises rouges”], ont eu lieu certains des af fron tements les plus violents à la suite de l’intervention de l’armée le 19 mai. L’imposante succursale de la banque Nakhon Luang Thai n’est plus maintenant qu’un trou béant et calciné entre deux immeubles. Somsak, un vigile âgé mais à la forte carrure, originaire de l’Issan, le Nord-Est déshérité du pays, travaille depuis près de trente ans à Bangkok. Il est là pour veiller sur ces ruines. Malgré la mission qui lui incombe, il ne cache pas son malaise. “Les gens ont mis le feu, car ils étaient mains nues, désarmés face aux militaires.” Devant lui défilent les curieux, qui immortalisent la carcasse de la banque avec leur téléphone portable. Surasit a ainsi entrepris avec son épouse de faire le tour à moto de tous les sites touchés du centre-ville [trente-six édifices majeurs ont été incendiés ou pillés après la dispersion des “rouges”]. “Ce qui s’est passé va entrer dans l’Histoire. Nous pourrons le raconter à nos petits-enfants”, prédit cet artisan ferronnier de 51 ans, qui condamne les “chemises rouges” pour avoir “pris en otages les habitants de Bangkok”. “J’ai participé au mouvement démocratique de 1976, poursuit-il. A l’époque, c’était vraiment le peuple face à l’armée, alors que, aujourd’hui, il s’agit presque d’une guerre civile fomentée par des politiciens.” Prasert, employé d’une société d’import-export, partage ce constat que le mouvement actuel se distingue de celui des années 1970. Mais, pour lui, au contraire, il s’illustre par son ampleur. “Les ‘chemises rouges’ représentent la majorité des Thaïlandais. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une lutte entre les riches et les pauvres.”

Des divisions qui traversent même les familles

Une analyse qu’Ampai Thongto réfute. Elle balaie les gravats devant l’entrée de son agence de voyages à deux pas de là. “Le seul responsable de tout cela, c’est Thaksin”, accuse-t-elle, en référence à Thaksin Shinawatra, le Premier ministre renversé en 2006 par l’armée et défendu par des factions des “chemises rouges”. “La banque, ils voulaient la brûler pour prendre l’argent. Ce n’est qu’une question d’argent, il n’y a aucune idéologie.” Jay acquiesce et se mêle à la conversation en exhibant des billes et un pétard laissés derrière eux par les protestataires. “D’abord ça a été des billes, puis des balles et des grenades M79”, tempête cette vendeuse de sucreries, qui jette soudain un œil soupçonneux vers un policier qui, non loin, arpente le pavé. “Mieux vaut se taire, les policiers sont des ‘tomates’”, conclut-elle, faisant allusion à la rumeur selon laquelle les rangs de la police royale [dont est issu Thaksin] compteraient de nombreux soutiens “rouges”. Le profond clivage traverse toutes les couches sociales et les générations. Avec pour seul point commun, une défiance à l’égard des institutions, des partis, des médias, accusés d’être à la solde du camp d’en face. La rancœur se déverse également dans le courrier des lecteurs des journaux, et plus encore sur Internet. Sur son blog, un certain Piseth estime que, parmi les manifestants arrêtés, “cinquante mériteraient la peine de mort, et cent une condamnation à vie”. “Mes amis tiennent sur Facebook des propos très violents. Beaucoup se sont ouvertement réjouis de la mort de Khattiya Sawasdipol, alias Seh Daeng [général dissident, passé du côté des chemises rouges et abattu le 17 mai par un sniper]”, se désole Ardcha, une traductrice de 26 ans, qui dit “être triste de voir les Thaïs se haïr entre eux”.

Les divergences existent même au sein des familles où, fait nouveau, elles s’expriment ouvertement. Comme dans la boutique Internet d’Amorn Prichavudi, un policier à la retraite à l’allure de patriarche. Lui n’aime rien tant que se lancer dans de longs développements sur “les vrais Thaïs du haut pays, du Nord, qui sont 100 % thaïs, et auxquels Thaksin a été le premier à tendre la main”. Malheureusement pour Amorn, ses analyses ne rencontrent aucun écho dans le cercle familial. “Ce sont tous des ‘chemises jaunes’”, soupire-t-il. Son épouse, Kochaporn, elle, n’a aucune confiance en ces “rouges” “qui n’aiment pas le roi”. Même opinion pour la fille aînée, Phusata, employée chez un éditeur, selon qui “ça ne sert à rien de discuter avec mon père, qui n’écoute pas”. Amorn lève les yeux au ciel. “Il faut arrêter de répéter la propagande du gouvernement !” s’emporte-t-il, avant d’aller fumer une cigarette à l’extérieur. “Bon, ils ont le droit d’avoir leur propre opinion”, conclut-il cependant. “C’est nouveau, ici, que les gens parlent politique. Et ce n’est peut-être pas un mal”, concède finalement son épouse, Kochaporn. “Il faut laisser les sentiments sortir et s’exprimer”, plaide quant à lui Kothom Areeya, un intellectuel bouddhiste réputé, qui dirige à l’université Mahidol un centre de recherche dédié à la paix. “Ensuite, les leaders politiques doivent montrer l’exemple et abandonner la rhétorique guerrière. J’ai suggéré au gouvernement de lancer une vaste consultation à laquelle seraient associées l’opposition et toute la population. La société thaïlandaise doit cesser de voir le démon en l’autre et combattre plutôt ses démons intérieurs – corruption, manque d’éducation, violence.”

source http://www.courrierinternational.com/article/2010/05/27/une-cicatrisation-difficile
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Sam 29 Mai 2010 - 6:33

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le gouvernement thaïlandais lève le couvre-feu

Message  Admin le Lun 31 Mai 2010 - 8:08

Le gouvernement thaïlandais a mis fin au couvre-feu en vigueur à Bangkok et dans 23 autres provinces. Il avait été mis en place depuis le 19 mai 2010.

Le Premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a déclaré que cette décision avait été prise alors que les forces de sécurité ont assuré qu'elles avaient repris le contrôle de la situation suite aux émeutes des Chemises Rouges de ces dernières semaines qui ont causé la mort de 85 personnes.

Toutefois, l'état d'urgence, décreté le 7 avril demeure en vigueur à Bangkok et dans 23 provinces, dont quatre «points chauds» : Ubon Ratchathani, Udon Thani, Khon Kaen et Mukhahan.

De nombreux pays, tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, continuent à conseiller à leurs citoyens d'éviter, soit les voyages en Thaïlande ou faire preuve d'une extrême prudence lors des déplacements dans le pays.

Le misnitère des affaires étrangères français a déclaré de son côté que «les ressortissants français peuvent de nouveau se rendre à Bangkok. Il leur est recommandé d’être vigilants lors des déplacements dans les régions du nord et du nord-est de la Thaïlande. La capitale et plusieurs provinces du nord et du nord-est du pays sont encore soumises au régime de l’état d’urgence, sans toutefois que cela ne contraigne les déplacements, notamment des touristes.»


Le ministère du tourisme prépare une campagne de promotion pour relancer l'activité, en se concentrant sur les marchés clés comme la Chine, Hongkong, le Japon et les pays membres de l'ASEAN, et qui ont tendance à être très sensibles aux problèmes de sécurité.

Le Conseil du Tourisme de Thaïlande a déclaré que les événements de ces dernières semaines pourrait entraîner des pertes de revenus de l'ordre de 120 milliards de THB (3,63 milliards de dollars).

Ce n'est pas la première fois que la Thaïlande veut inciter les voyageurs à revenir: elle a du lancer des campagnes de «welcome » suite au tsunami en 2004, aux manifestations des chemises jaunes lors de l'occupation de l'aéroport de Suvarnabhumi Airport en 2008 et divers autres troubles civils en 2009.

Le Bangkok Post a signalé qu'Ambon Kittiampon, secrétaire général du Comité de développement économique et social estime que «la reprise dépendra principalement de la capacité de la Thaïlande à assurer la sécurité des touristes étrangers».

Le tourisme représente généralement entre 7 à 8 pour cent du PIB de la Thaïlande, une activité clé pour le pays.

source http://www.businesstravel.fr/201005305553/en-voyage/assistance-securite/le-gouvernement-thailandais-leve-le-couvre-feu.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Lun 31 Mai 2010 - 10:15

AFP | 31.05.2010 | 11:19

La lucrative industrie du tourisme thaïlandais a pris un coup depuis deux mois avec l'occupation par les "chemises rouges" du centre de la capitale, les scènes de guérilla urbaine, l'assaut militaire pour déloger les manifestants et les émeutes qui ont suivi, devant les télévisions du monde entier.

Selon le Département pour le développement national économique et social, des millions de voyageurs ont renoncé à venir en raison des violences - qui ont fait 88 morts et près de 1900 blessés depuis mi-mars -, diminuant de 113 milliards de bahts (3,47 milliards de dollars) les prévisions de revenus du tourisme.

"Cette année, il n'y aura environ que 13 millions d'arrivées, en chute de trois millions par rapport aux 16 millions prévus", selon ce département.

Beaucoup pensent dans le métier que ces événements ont abîmé l'image du pays réputé pour ses plages de rêve. "Il est évident que le tourisme a été particulièrement touché", admet Bill Heinecke, directeur de Minor Group qui détient hôtels et stations balnéaires.

Selon lui, la couverture médiatique de la crise et les recommandations de 47 Etats qui ont parfois conseillé à leurs ressortissants d'éviter non seulement Bangkok mais aussi la province ont fait du tort au pays. "Nous avons enregistré dans la foulée des annulations de réservations pour une valeur de 100 millions de bahts (3,07 M USD)", dit-il.

La profession accuse le coup face aux derniers soubresauts d'une crise politique qui dure depuis plusieurs années dans le royaume, où les revenus du tourisme représentent 6% du PIB.

Fin 2008, c'est le mouvement royaliste des "chemises jaunes" qui avait manifesté contre le gouvernement de l'époque favorable à l'ex-Premier ministre Thaksin Shi1nawatra dont beaucoup de "rouges" se réclament. Ils avaient occupé un mois le siège du gouvernement et bloqué les deux aéroports de Bangkok pendant neuf jours, piégeant dans la capitale des milliers de voyageurs.

Les événements de ce printemps ont aussi touché la province: la semaine dernière, quatre sièges de gouvernement provincial ont été incendiés dans le nord et le nord-est rural et pauvre du pays, dont sont originaires de nombreuses "chemises rouges".

Trois bombes artisanales ont été lancées à Chiang Mai après la fin des manifestations à Bangkok. Dans cette ville touristique du Nord, le taux d'occupation des hôtels a chuté de 10% car beaucoup de personnes "pensent que les violences ne sont pas terminées", explique un responsable de l'Association des hôtels de Thaïlande Peter Intrayota.

"Les hôtels et les villes sont vides. Les touristes annulent leurs réservations", ajoute M. Intrayota reconnaissant que "95% des résidents de Chiang Mai étant des partisans des +chemises rouges" la situation politique demeure instable".

Le gouvernement pourrait ainsi donner à la profession des subventions pour faire de la publicité afin de regagner les voyageurs de Chine ou du Japon qui ont annulé des charters entiers. "On va se concentrer sur les marchés que l'on peut vite regagner: l'Asie du Sud-Est et les autres pays asiatiques", poursuit M. Prakit. Beaucoup de responsables du secteur estiment qu'il faudra environ six mois pour relancer le tourisme, s'il n'y a pas de nouveaux troubles.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Mar 15 Juin 2010 - 5:30

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Maintien de l'état d'urgence?

Message  Admin le Mar 6 Juil 2010 - 6:17

Les autorités thaïlandaises doivent maintenir l'état d'urgence imposé lors des récents troubles politiques, a estimé mardi l'organisme mis sur pied pour gérer la crise, quelques heures avant l'examen par le gouvernement de la possibilité de sa prolongation. De l'avis de certains détracteurs du gouvernement, les autorités appellent à la réconciliation entre les blocs politiques profondéments divisés, et dans le même temps elles répriment l'opposition en procédant à des arrestations, en pratiquant la censure et en maintenant l'état d'urgence dans la capitale ainsi que dans 23 des 76 provinces du royaume. Le monde des affaires et les organisations de défense des droits de l'homme préconisent la levée de l'état d'urgence, dont le décret d'instauration vient à échéance mercredi. Le gouvernement doit envisager ce mardi s'il prolonge ou non cet état d'exception. Selon certaines rumeurs, il pourrait le lever dans certaines régions mais pas à Bangkok, pas plus que dans les principaux bastions des partisans de Thaksin Shinawatra.

source http://www.lejdd.fr/International/Asie/Depeches/Thailande-Maintien-de-l-etat-d-urgence-205319/


L'état d'urgence, décrété le 7 avril en Thaïlande suite aux manifestations des "chemises rouges", a été prolongé dans 19 provinces, dont Bangkok, et levé seulement dans cinq autres, a annoncé le gouvernement.
AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Explosion à Bangkok lors d'un scrutin, au moins 10 blessés

Message  Admin le Dim 25 Juil 2010 - 17:25

L'explosion d'une bombe a fait au moins 10 blessés samedi à Bangkok, où avait lieu une élection partielle qui pourrait donner la mesure de l'impact des récents troubles intérieurs sur la vie politique thaïlandaise.

L'engin était dissimulé près d'une poubelle à un arrêt de bus situé en plein coeur du quartier commercial de Ratchadumri Road, secteur que des milliers de manifestants antigouvernementaux ("chemises rouges") ont occupé plusieurs semaines avant d'en être chassés par l'armée, le 19 mai.
Panitan Wattanayagorn, porte-parole du gouvernement, a déclaré que l'explosion démontrait le bien fondé de la décision du gouvernement de maintenir un état d'urgence autorisant le maintien en détention d'opposants sans inculpation, la censure de la presse, l'interdiction des rassemblements et le blocage de comptes bancaires.
"Ce qui s'est passé confirme à l'évidence les raisons pour lesquelles nous devons maintenir dans certaines zones un décret d'urgence. La situation n'est pas totalement sûre et calme", a-t-il dit en ajoutant que 10 personnes avaient été blessées.
Le scrutin partiel pour l'attribution d'un siège de la capitale au parlement constituait un test depuis la répression, en avril et mai, des manifestations anti-gouvernementales qui a fait au moins 89 morts et près de 1.400 blessés.


CANDIDAT EMPRISONNÉ
Le candidat de l'opposition, l'homme d'affaires Korkaew Pikulthong, a fait campagne depuis la prison où il est détenu depuis mai. Il nie avoir encouragé les violences comme on l'en accuse.
Korkaew, dont le parti Puea Thai est étroitement lié à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, affrontait Panich Wikisreth, membre du Parti démocrate du Premier ministre Abhisit Vejjajiva et ancien maire adjoint de Bangkok.
D'après de premiers résultats non officiels, Panich a obtenu 96.480 voix et Korkaew 81.776.
Il est probable que les Démocrates présenteront ces résultats comme une victoire symbolique montrant que la population de Bangkok soutient les strictes mesures imposées par Abhisit, a estimé Karn Yuenyong, directeur de la Siam Intelligence Unit, un organisme indépendant.
Mais ce quartier vote souvent de manière différente d'autres circonscriptions de Bangkok.
"Le résultat n'indique pas nécessairement que les Démocrates vont remporter les prochaines élections législatives", dit Siripan Nogsuan, chercheur politique à l'université Chulalongkorn mais les Démocrates tenteront de s'en servir pour rebondir politiquement.
La victoire des Démocrates, dont la coalition indisciplinée de six partis dispose d'une majorité de 75 sièges sur un total de 480, ne modifie par ailleurs pas l'équilibre du pouvoir.

source http://www.lexpress.fr/actualites/2/explosion-a-bangkok-lors-d-un-scrutin-au-moins-10-blesses_908471.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Après la rue, Bangkok fait taire la presse

Message  thanaka le Dim 15 Aoû 2010 - 6:15

Le gouvernement thaïlandais, qui a réduit les «Chemises rouges» au silence, bâillonne les médias indépendants et les sites trop critiques.

«Ce site internet a été bloqué en vertu du décret d’urgence», «page inaccessible» ou simplement trois lettres rouges sur fond noir : «BAN» («interdit»). Ces messages sont désormais familiers pour les internautes thaïlandais. Après les graves violences de ces derniers mois - au moins 90 morts et 1 900 blessés - qui ont révélé de profondes divisions dans le royaume, le gouvernement est déterminé à faire taire toute voix critique au nom de la réconciliation nationale. Cette censure silencieuse, qui s’apparente à une chasse aux sorcières dans les médias et sur Internet, s’appuie notamment sur les pouvoirs exceptionnels d’un décret d’urgence appliqué depuis le 7 avril. Selon l’ONG Freedom Against Censorship Thailand (Fact), 210 000 sites ont été bloqués par le «big brother» du Web, le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication (MICT). Qui préfère évoquer 50 000 pages, suspendues car «pornographiques» ou «contraires à la morale», selon lui. Pourtant, la censure frappe aussi l’ensemble des sites proches de l’opposition. Au rang des indésirables, on trouve entre autres, le site d’analyse Asia Sentinel, de nombreux blogs, certaines pages sur Facebook, Youtube, ou encore Pantip, l’un des forums de discussion les plus fréquentés. Des journaux en ligne indépendants sont aussi touchés. Le respecté Prachatai, qui revendique 40 000 visiteurs quotidiens, a dû changer plusieurs fois d’adresse URL pour échapper à la censure.

«Propagande». Même acharnement à l’encontre des médias traditionnels. Plusieurs dizaines de radios communautaires jugées proches des «Chemises rouges» ont aussi cessé d’émettre à la suite d’opérations musclées des forces de l’ordre. Même punition pour la chaîne People’s TV et l’hebdomadaire Thai Red News. «Ces médias ont été fermés car ils incitaient à la violence. Même une démocratie ne peut laisser des médias véhiculer des messages de haine», se justifie Panitan Wattanayagorn, le porte-parole du gouvernement.

De nombreux observateurs confirment pourtant qu’un climat de peur s’est installé dans le monde des médias. Plusieurs ministres ont accusé les journalistes locaux et les correspondants étrangers d’avoir pris parti lors du conflit politique et d’avoir accentué les divisions sociales. Dans ce contexte, l’autocensure, déjà très présente dans la presse et l’audiovisuel thaïlandais, a tendance à se généraliser. Une journaliste de la télévision Channel 3 avoue avoir été fermement encouragée à «coopérer avec la politique gouvernementale». «Nous devenons des instruments de propagande, mais il n’y a pas d’autre manière de survivre sous ce décret d’urgence», surenchérit un animateur radio du nord du royaume. Ce décret, mis en place le 7 avril (au pire des manifestations antigouvernementales) et récemment reconduit «sans raison apparente» d’après le vice-président du Sénat, a renforcé l’arsenal répressif. Au nom de la «sécurité nationale», il permet de bâillonner n’importe quel média, sans jugement. «Ce décret viole la liberté d’expression, un droit pourtant garanti par la Constitution. On dirait une loi martiale déguisée», réagit l’universitaire Ubonrat Siriyuvasak.

Famille royale. La loi sur la cybercriminalité de 2007 et le crime de lèse-majesté avaient déjà réduit la liberté d’expression. Dans un pays où le roi est quasi sacré, tout propos critique est passible de quinze ans de prison selon le code pénal. «Comme tout le monde, nous faisons maintenant très attention à ce que nous écrivons, confie Sawatree, une blogueuse de 24 ans. Au-delà de la censure, on a surtout peur des arrestations.» Pour avoir publié des images déformées de la famille royale, l’internaute Suwicha Thakor a passé dix-huit mois derrière les barreaux. La directrice du journal en ligne Prachatai est, elle, jugée pour avoir tardé à effacer de son site des commentaires déposés par des internautes, jugés insultants pour la monarchie. Acculé, le journal alternatif vient de supprimer son forum de discussion. «Nous ne pouvons plus assurer notre sécurité ni celles de nos usagers», lâche l’équipe dans un communiqué. Même les profils Facebook sont décortiqués par les autorités à la recherche de contenus subversifs. «Le gouvernement a gagné la bataille de la rue, mais Internet constitue un nouveau front, commente Supinya Klongnarong, qui milite pour la liberté d’expression au sein du Thai Netizen Network. Près de 23% des Thaïlandais y ont accès. On peut y évoquer des sujets tabous, comme la monarchie, alors que les médias traditionnels s’autocensurent.»

«Intimidations». Sous le gouvernement de Thaksin Shinawatra (2001-2006), la bête noire du pouvoir actuel, les médias avaient déjà subi des pressions. «Il s’agissait plus d’intimidations, de pressions financières. Rien de comparable avec ce que nous observons depuis le coup d’Etat de 2006», nuance Basil Fernando, président de la Commission asiatique des droits de l’homme. En 2004, Reporters sans frontières classait la Thaïlande en 59e position dans son baromètre de la liberté de la presse. Aujourd’hui, le royaume a glissé à la 130e place. Et beaucoup craignent que la situation ne s’aggrave encore d’ici la fin de l’année : le gouvernement prévoit une réforme des médias dans son programme de réconciliation nationale.

source http://www.liberation.fr/monde/0101651934-apres-la-rue-bangkok-fait-taire-la-presse
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  stilia le Dim 15 Aoû 2010 - 8:57

hum ... un semblant de démocratie ?... de moins en moins ... :-(




>> je partage sur facebook

stilia

Localisation : à l'ouest
Messages : 341
Date d'inscription : 02/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Thaïlande: état d'urgence levé dans 3 provinces, maintenu à Bangkok

Message  thanaka le Lun 16 Aoû 2010 - 16:16


BANGKOK - L'état d'urgence, décrété en Thaïlande à la suite des manifestations des "chemises rouges" et déjà levé dans certaines provinces, a été levé dans trois autres provinces mais maintenu à Bangkok, a annoncé lundi le gouvernement.

Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a annoncé sa levée dans trois nouvelles provinces du nord et du nord-est du pays mais pas dans la capitale, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Panitan Wattanayagorn.

Sept provinces sur 76 restent sous le régime de cette mesure d'exception qui interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et permet à la police et à l'armée de détenir un suspect pendant trente jours sans mandat judiciaire.

L'état d'urgence avait été imposé le 7 avril dans la capitale et de nombreuses provinces, depuis la grave crise politique qui a fait 90 morts et 1.900 blessés.

La crise du printemps (14 mars-19 mai) a mis au jour les profondes divisions entre élites de Bangkok gravitant autour du palais royal, et masses rurales du nord et du nord-est du pays qui s'estiment exclues du pouvoir politique et économique.

source http://www.romandie.com/infos/news2/100816052526.dg8znmkh.asp
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 27 Aoû 2010 - 7:26

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

136 sites sensibles sous haute surveillance à Bangkok

Message  Admin le Ven 3 Sep 2010 - 11:56





source http://www.tourmagazine.fr/Thailande-cent-trente-sites-sensibles-sous-haute-surveillance-a-Bangkok_a14801.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

40 lieux sous haute protection durant les manifestations de ce week-end

Message  Admin le Ven 17 Sep 2010 - 8:28

40 lieux ont été placés sous haute protection par l’Administration métropolitaine de Bangkok (BMA), en prévision des manifestations du Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD) a annoncé le gouverneur-adjoint de la ville, Theerachon Manomaipibul, cité hier par le Bangkok Post. Selon lui, les transports publics (métro aérien et souterrain), les maisons de plusieurs responsables politiques et les bâtiments gouvernementaux seront surveillés de près. Les directeurs de prison ont aussi reçu pour ordre de rester sur le qui-vive en cas de visite des manifestants Chemises rouges, en particulier ce matin, après une annonce de l’UDD qui voudrait déposer des roses devant les établissements pénitenciers. Ces manifestations rentrent dans le cadre du quatrième anniversaire du coup d’Etat du 19 septembre 2006, qui avait renversé l’Ex-premier ministre Thaksin Shinawatra. Environ 10.000 personnes sont attendues ce week-end à Bangkok, selon les autorités, mais il semble encore difficile d’avoir une idée précise de l’ampleur du rassemblement, d’autres actions étant prévues un peu partout dans le pays, et notamment à Chiang Mai, dans le nord

source http://www.lepetitjournal.com/bangkok/actu-en-bref/64013-manif--40-lieux-sous-haute-protection-durant-les-manifestations-de-ce-week-end.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  thanaka le Mer 22 Sep 2010 - 10:44

les nouvelles aventures de Michèle Jullian en Thailande, aujourd'hui à Bangkok

Ca se lit tous les jours ici -----> http://michjuly.typepad.com/blog/
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'état d'urgence prolongé de 3 mois à Bangkok

Message  Admin le Mar 5 Oct 2010 - 9:11

L'état d'urgence, imposé en avril à Bangkok pendant les manifestations des «chemises rouges» antigouvernementales, restera en vigueur pour trois mois de plus, a indiqué mardi un porte-parole du gouvernement thaïlandais.
Cette mesure d'exception interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et permet à la police et à l'armée de détenir un suspect pendant trente jours sans mandat judiciaire.

AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Sam 30 Oct 2010 - 19:51

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'état d'urgence est levé

Message  Admin le Mar 21 Déc 2010 - 7:55

Le gouvernement thaïlandais a décidé ce mardi de lever à compter de mercredi l'état d'urgence en vigueur à Bangkok et dans plusieurs provinces voisines. «Le gouvernement a décidé de lever le décret parce que le mouvement d'opposition est devenu plus pacifique», a déclaré Supachai Jaisamut, un porte-parole du gouvernement, devant la presse.

L'état d'urgence avait été instauré le 7 avril pour faire face aux manifestations des «chemises rouges», militants opposés au gouvernement qui campaient dans le centre de Bangkok. La mesure restrictive avait été instaurée dans plus d'un quart du pays au mois de mai lorsque l'armée avait mené la répression ouvrant l'un des épisodes les plus sanglants de la vie politique en Thaïlande

source http://www.20minutes.fr/ledirect/642409/monde-thailande-etat-urgence-leve-
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  thanaka le Ven 25 Fév 2011 - 19:59

du coté de Siam Square,



avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  thanaka le Ven 25 Fév 2011 - 20:54









avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  stilia le Ven 25 Fév 2011 - 23:09


study
intéressant ...
pas de légendes ? de commentaires ?
c' est où ? c'est quoi ?

Le quatrième portrait retient toute mon attention, pas pour la fille ! , mais pour sa "parure de tête" !! j'aurai bien aimé la voir de " face " ...

stilia

Localisation : à l'ouest
Messages : 341
Date d'inscription : 02/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  thanaka le Sam 26 Fév 2011 - 2:15

viens à Bangkok, il y a plusieurs vols par jour au départ de Bretagne Paris ... expo photos à Bangkok
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  thanaka le Sam 26 Fév 2011 - 4:12

oh la jolie voiture trop MDR







avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok compte 2700 immeubles à risque en cas de séisme

Message  Admin le Mer 30 Mar 2011 - 2:30

Un tremblement de terre qui touche la capitale thaïlandaise n’est pas une simple hypothèse : Bangkok n’est pas loin de deux lignes de faille actives, où même un tremblement de terre d’amplitude modérée pourrait envoyer des ondes de choc assez violentes à la capitale, selon un avis des sismologues rendu public par le City Hall.

Le city Hall de Bangkok (mairie) a émis un avertissement concernant près de 2.700 bâtiments dans la capitale, estimant qu’ils pourraient être endommagés par un éventuel tremblement de terre.

Des études ont montré qu’ il existe une forte possibilité qu’un puissant séisme de magnitude 7.6 se produise le long des lignes de faille de Kanchanaburi et de Chiang Mai, selon Pennung Warnitchai, un sismologue de l’Institut asiatique de technologie.

Son exposé a suivi le séisme de 6,8 de magnitude dans le nord de la Birmanie qui a tué au moins 75 personnes, dont un villageois thaïlandais à Chiang Rai.

Le tremblement de terre a envoyé des ondes de choc dans plusieurs régions de la Thaïlande, y compris Bangkok.

Un tremblement de terre à Kanchanaburi ou Chiang Mai pourrait non seulement causer des dommages graves aux deux provinces, mais aussi à Bangkok, selon M. Pennung.

« Nous pouvons avoir de graves dommages aux bâtiments et autres structures à Bangkok, »

a déclaré le sismologue.

Toutefois, Lertsin Raksaskulwong, directeur de la géologie de l’environnement sur les ressources minérales du Bureau des géorisques de Thailande, pense qu’ un tremblement de terre à Bangkok n’aurait pas de conséquences graves

« Il n’y aura pas l’effondrement total de bâtiment. Les gens sentiront des secousses dans les bâtiments, comme beaucoup de gens dans les immeubles elevés jeudi dernier », at-il dit.

M. Lertsin a également démenti les rumeurs que le séisme de jeudi, qui avait son épicentre sur la frontière entre la Birmanie et le Laos, déclencherait un séisme à proximité de Chiang Mai ou Chiang Rai.

Surachai Ponpattarakul, un expert de haut niveau au ministère des Travaux publics et de l’Aménagement du Territoire, a déclaré que le problème de la résistance des bâtiments aux tremblements de terre est devenue une préoccupation majeure du gouvernement. Il existe déjà un règlement visant à aider les propriétaires de bâtiments construits avant l’application de la Loi de 2007 sur le contrôle des constructions, pour améliorer les structures de leurs bâtiments afin de s’assurer qu’elles soient résistantes aux séismes.

La de 2007 loi stipule que les bâtiments de 23 mètres ou plus, et les bâtiments couvrant plus de 10.000 mètres carrés doivent avoir des structures qui peuvent résister à un tremblement de terre d’au moins 5 sur l’échelle de Richter. Cependant, il n’y a pas encore eu de mise en place d’une agence, ou d’un corps administratif chargé de contrôler l’application de cette loi.

Le Vice-gouverneur de Bangkok, Pornthep Techapaiboon a rendu compte des inspections de 12 gratte-ciel à Bangkok après le séisme de jeudi, et affirmé qu’aucun n’avait été endommagé.

Les bâtiments examinés sont notamment Sermmitr Tour, First Tower, MBK Centre, le bâtiment All Seasons, Empire Tower, Chai Tower, le bâtiment Benjinda, Shinawatra Tower III, la Thai Military Bank et l’édifice Sun Tower.

Source: Bangkok Post

http://thailande-fr.com/actu/10411-bangkok-compte-2700-immeubles-a-risque
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok s'enfonce peu à peu dans la mer

Message  Admin le Sam 16 Avr 2011 - 10:51

«Bangkok est une ville obèse sur un squelette d'enfant» Thanawat Jarupongsakul, géologue

Tous les spécialistes décrivent des scénarios cauchemardesques pour la mégapole de 10 millions d'habitants .

Bangkok est condamnée. «Le mal progresse vite. Très vite», met en garde le météorologue Smith Dharmasaroja. La capitale thaïlandaise «aura les pieds dans la mer d'ici à vingt ans. Et en 2100, elle sera l'Atlantide asiatique», estime-t-il. Les Bangkokiens auraient fini par s'accommoder des déluges, des crues fluviales du Nord et des mascarets du Sud, s'ils n'avaient à faire face au redoutable «effet ciseaux» : un affaissement des sols argileux de 1,5 à 5,3 cm par an parallèlement à l'élévation du niveau de la mer.

La trépidante mégapole de 10 millions d'habitants qui se déplie sur le delta du fleuve Chao Phraya, lequel se jette dans le golfe de Thaïlande, une vingtaine de kilomètres plus au sud, est classée par l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) parmi les villes les plus menacées par les inondations côtières dans les soixante années à venir. «Connaissez-vous une autre ville où une voiture et un bateau sont entrés en collision ?» Pour Smith Dharmasaroja, l'anecdote de cet accrochage avec des résidents ne pouvant se déplacer qu'en bateau dans les rues de la capitale après des pluies diluviennes présage l'avenir submergé de la «cité des anges».

Cocktail de virus

La plaine de Bangkok, naguère plate et en pente douce, à 1,5 mètre au-dessus du niveau de la mer, s'effondre en cuvette. Aujourd'hui, la plus grande partie de l'agglomération se trouve au-dessous du niveau de la mer. Les quartiers de l'Est, comme Lad Phrao, Phra Khanong et Bang Na, ont perdu 1,7 mètre en l'espace de soixante ans. Bâtie sur une couche d'argile, Bangkok craque, soupire, geint et s'enfonce. Ce processus naturel est amplifié par le pompage intensif de la nappe phréatique et le poids des structures statiques comme les gratte-ciel : «Bangkok est une ville obèse sur un squelette d'enfant», tranche le géologue Thanawat Jarupongsakul. Le tassement des sols a modelé la morphologie de la ville. Les routes s'effondrent. Les piliers des ponts, construits sur des fondations profondes, ont d'étranges renflements à leur base. Et le perron des édifices s'allonge au rythme de l'affaissement de la chaussée.

Les spécialistes ne s'accordent pas sur la date à laquelle Bangkok, fondée en 1782, boira la tasse mais tous dépeignent des scénarios cauchemardesques. Pour l'océanographe Anond Snidvongs, directeur d'un centre de recherche sur le changement climatique, si la submersion complète n'est pas imminente, les inondations occasionnelles pourraient concerner la moitié de la région de Bangkok, soit plusieurs centaines de kilomètres carrés, inhabitable pendant soixante jours par an. La Banque mondiale estime qu'un million de personnes vivront dans des zones inondables à Bangkok en 2050. D'autres attirent l'attention sur la santé de millions d'individus, menacée par le cocktail de virus qui prospèrent dans les eaux fétides où macéreront pendant des mois des quartiers entiers.

Jusqu'à présent, le gouvernement s'est montré plutôt attentiste, se contentant de protéger Bangkok des inondations par un réseau de digues le long du fleuve, de coupe-flots autour de la ville, un système de stations de pompage, de canaux de détournement des eaux et de bassins de rétention. Le dispositif est prévu pour faire face à une montée des eaux de 2,5 mètres maximum. Dans les années 1990, une loi est censée avoir mis un peu d'ordre dans le prélèvement d'eaux souterraines par les puits artésiens. Mais les industriels continuent allègrement de pomper légalement et illégalement 2,8 millions de mètres cubes chaque année de la nappe phréatique. «Bangkok est le cœur de la Thaïlande. Si nous perdons Bangkok, tout s'arrêtera. Nous devons absolument protéger notre cœur. Il est déjà presque trop tard», s'inquiète Smith Dharmasaroja.


source http://www.lefigaro.fr/international/2011/04/15/01003-20110415ARTFIG00686-bangkok-s-enfonce-peu-a-peu-dans-la-mer.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 11 Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum