Bangkok aujourd'hui

Page 3 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bangkok, ville suspendue ?

Message  Admin le Lun 25 Avr 2011 - 15:38

La ville de Bangkok (BMA) dit vouloir dépenser 15 milliards de bahts (356,2 millions d'euros) pour construire, d’ici à quatre ans, la Super Skywalk Station, en l’occurrence un passage piétonnier surélevé couvrant une cinquantaine de kilomètres au cœur de la capitale, suivant le tracé des voies express surélevées existantes.
Une première partie de 16 kilomètres devrait permettre de relier à pied le soï Nana au soï Baring, mais aussi les quartiers de Phaya Thai, Ramkhamhaeng et WongWien Yai. Début des travaux prévu en mars, pour un montant de 5,2 milliards de bahts (123,5 millions d'euros). Une seconde tranche, d'une distance de 32 kilomètres, couvrira les zones de Ratchadamri, Silom, Sathon, Phetchaburi, Ramkhamhaeng, Ekamai, Thong Lor, Phaholyothin, Thon Buri et Bang Wa. Abritée d’un toit, la Super Skywalk Station permettra logiquement aux piétons de se protéger du soleil et de la pluie, tout en étant reliés à de multiples stations de BTS, centres commerciaux et autres tours de bureaux.

source http://www.gavroche-thailande.com/actualites/a-la-une/1538-thailande-bangkok-ville-suspendue
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok sombre peu à peu!!!! ???

Message  Béotrice le Mar 26 Avr 2011 - 0:43


waï

La ville de Bangkok, en Thaïlande, compte 10 millions d'habitants et s'enfonce peu à peu dans la mer. L'Organisation pour la coopération et le développement économiques la classe parmi les villes les plus menacées par les inondations côtières dans le monde.

La ville de Bangkok a été fondée en 1782. Depuis, ce qui était autrefois une plaine situé à 1,5 mètre au-dessus du niveau de la mer est aujourd'hui une cuvette qui s'effondre et se trouve au-dessous du niveau de la mer. Certains quartiers ont perdu 1,7 mètre en 60 ans alors que d'un autre côté le niveau de la mer augmente. La capitale thaïlandaise est condamnée à disparaître. Comme l'explique le météorologue Smith Dharmasaroja, cité par le Figaro, elle "aura les pieds dans la mer d'ici à vingt ans. Et en 2100, elle sera l'Atlantide asiatique".

Cette disparition programmée est due à l'affaissement des sols argileux sur lesquels repose Bangkok. Le processus naturel d'effondrement est fortement accentué par l'exploitation humaine. Les 10 millions d'habitants que compte la mégapole pompent de façon intensive dans la nappe phréatique et les immenses buildings et gratte-ciels de la cité pèsent de tout leur poids sur un sol fragile. Celui-ci se tasse, les routes s'effondrent, les ponts se déforment et les chaussées s'affaissent. Le géologue Thanawat Jarupongsakul indique que "Bangkok est une ville obèse sur un squelette d'enfant".

Bien que les spécialises ne puissent pas déterminer avec exactitude la date à laquelle sombrera la capitale thaïlandaise, tous les scénarios envisagés font craindre le pire. Des centaines de kilomètres carrés deviendraient inhabitables deux mois par an suite à des inondations. L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) classe d'ailleurs la ville comme une des plus menacées par les inondations côtières dans le monde. Un million de personnes devraient vivre dans des zones inondables d'ici à 2050, menacées par les maladies et les virus qui risquent de se développer dans des eaux stagnantes.

Si le gouvernement thaïlandais à essayé de limiter les dégâts en installant des digues le long du fleuve Chao Phraya qui traverse la ville, en mettant en place un système de pompage, des canaux de détournement des eaux et des bassins de rétention, les mesures ne prévoient pas une montée des eaux supérieures à 2,5 mètres. Les lois qui sont censées limiter les prélèvements d'eaux souterraines ne sont pas respectées et les industriels continuent de pomper 2,8 millions de mètres cubes chaque année dans la nappe phréatique. "Il est presque déjà trop tard", se désespère Smith Dharmasaroja.

Info pêché là: http://www.maxisciences.com/
avatar
Béotrice

Localisation : Vaucluse
Messages : 1165
Date d'inscription : 23/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok est la ville d’Asie préférée des voyageurs

Message  Admin le Sam 18 Juin 2011 - 13:31

Malgré les violences de l’an dernier et les incertitudes politiques en Thailande, Bangkok est au premier rang des villes d’Asie en fonction des arrivées internationales par voie aérienne, et pour le niveau des dépenses des visiteurs, selon les conclusions d’une étude menée par Mastercard.

La capitale thaïlandaise est la troisième destination la plus populaire dans le monde parmi les voyageurs, et arrive en quatrième position en termes de dépenses des visiteurs.

Environ 11,5 millions de voyageurs aériens sont attendus cette année à Bangkok et devraient dépenser 14,4 milliards de dollars.

L’étude permet aussi de démontrer que contrairement aux idées reçues, la plupart des visiteurs de la Thaïlande ne sont pas des routards à petit budget. On estime que les dépenses à Bangkok par visiteur sont de 1252 $, soit le troisième rang mondial après New York (2671 $) et Londres (1274 $).

Les estimations sont fondées sur les résultats d’un programme de recherche de MasterCard Worldwide appelé Index of Global Destination Cities «indice des villes de destination mondiale », couvrant 132 villes autour du monde ayant le potentiel d’être des « centres de commerce » pour les économies régionales et mondiales.

L’auteur du rapport, Yuwa Hedrick-Wong, a déclaré que les résultats de son étude démontrent que le conflit politique au cours des cinq dernières années, n’a eu qu’un impact temporaire sur le statut de la Thailande comme destination privilégiée des voyageurs internationaux.

La plupart des visiteurs qui voyagent à Bangkok sont en provenance d’Asie, en tête ceux arrivant de Singapour, avec 869.000 visiteurs, suivis par Hong Kong (822 000), et Tokyo (711 000). Londres, Francfort et Sydney sont également parmi les 10 premières villes d’origine pour les voyages vers Bangkok.

Tous n’arrivent pas en short et en tong, couverts de crème solaire: un autre cliché qui tombe… Les voyageurs d’affaires constituent une grande partie des visites à Bangkok, de 29 à 37 %. Parmi les cinq principales villes d’origine, 35 % de visiteurs en provenance de Singapour sont des voyageurs d’affaires, 37 % de ceux de Hong Kong, 28,9 % de ceux de Tokyo, 29,3 % de ceux de Séoul et de 31,7 % de ceux de Londres .

De nombreux vols au départ de Bangkok sont à destination de Macao, qui est bien connu pour ses casinos. On estime que 181.000 visiteurs en provenance de Thaïlande se rendront à Macao pour y dépenser 172 millions de dollars cette année, en grande partie dans les casinos.

Macao est classé neuvième dans le top 10 des villes de destination pour les voyageurs en partance de Bangkok.

Au niveau mondial, Londres a été la première destination dans le monde pour les voyage par avion l’année dernière, avec 20,1 millions d’arrivées, et Paris, a terminé deuxième (18,1 millions). Londres est encore dans le monde n ° 1 en termes de dépenses des visiteurs (25,6 milliards de dollars), New York est au deuxième rang, avec 20,3 milliards de dollars, dépassant de Paris avec 14,6 milliards de dollars.

New York est la seule ville en dehors de l’Asie et de l’Europe sur la liste des 20 villes du monde les plus prisées par les voyageurs, qui contient neuf villes d’Asie et 10 en Europe. New York est classé 12e.

Les touristes et les voyageurs d’affaires sont couverts par l’étude MasterCard, mais elle ne prend pas en compte les visiteurs qui franchissent les frontières terrestres.

source http://thailande-fr.com/tourisme/11523-bangkok-est-la-ville-preferee-des-voyageurs-en-asie
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 24 Juin 2011 - 17:50

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Dim 26 Juin 2011 - 7:56

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vintage Addiction

Message  thanaka le Jeu 30 Juin 2011 - 20:48

Every First Sunday of the Month in Bangkok, motorcycle fans gather to look at and listen to custom bikes.

avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Lun 4 Juil 2011 - 6:44

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 15 Juil 2011 - 20:57

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

BANGKOK S’ENFONCE INEXORABLEMENT DANS LA MER

Message  Admin le Mer 20 Juil 2011 - 8:43

Une mégalopole face à l’urgence de l’adaptation - mercredi 20 juillet 2011

Dans son édition d’hier, "le Monde" indique que dans 20 ans, 90% des immeubles de la capitale de la Thaïlande sont menacés d’engloutissement. C’est le résultat d’une urbanisation inadaptée, du pompage des nappes phréatiques, et des effets du changement climatique.


Bangkok est devenue une mégalopole de 10 millions d’habitants : l’application d’une urbanisation à l’occidentale a créé une pression sur les nappes phréatiques qui fragilise le sous-sol. (photos C.T.)

Jour après jour, Bangkok s’enfonce. Inexorablement. Les experts les plus pessimistes redoutent qu’une partie de la capitale thaïlandaise ne soit submergée dès 2030. Cette perspective sera un défi de plus à relever pour le prochain gouvernement issu des élections du 3 juillet, alors que les spécialistes déplorent l’absence d’une politique susceptible d’empêcher un désastre annoncé. Changements climatiques, élévation du niveau de la mer, érosion du rivage, affaissement des sols argileux... Plusieurs facteurs se combinent pour condamner la grande cité du delta de la rivière Chao Praya, fondée le 21 avril 1782 par le premier souverain de la dynastie des Chakri qui règne toujours aujourd’hui.

Or, la ville ne cesse de gonfler au plan démographique : une dizaine de millions de personnes vivent désormais en ville et dans les faubourgs de cette mégapole. Même le poids des gratte-ciel, qui ne cessent de grimper dans cette cité en perpétuelle transformation, contribue à l’engloutissement progressif de Bangkok. Une grande partie de la mégapole est désormais au-dessous du niveau de la mer alors que les sols s’affaissent de 1,5 à 5,3 centimètres par an. À plus ou moins long terme, plus d’un million d’immeubles, dont 90% sont résidentiels, sont menacés par la montée du niveau de la mer. Lorsque la situation aura vraiment commencé à se dégrader, redoute l’Institut asiatique de technologie, le rez-de-chaussée des bâtiments pourrait baigner dans un marécage d’une dizaine de centimètres d’eau pendant une partie de l’année.
Dans le port de Samunt Prakan, situé à une quinzaine de kilomètres de Bangkok, les habitants des résidences pavillonnaires bâties le long de la rivière vivent déjà les pieds dans l’eau, certains mois.
Un rapport publié conjointement par la Banque mondiale, la Banque de développement asiatique et l’Agence de coopération japonaise pour le développement a placé Bangkok dans la liste des villes menacées par le changement climatique.

20 ans pour agir

Jan Bojo, expert de la Banque mondiale dans la capitale thaïe, explique que l’une des raisons du naufrage de Bangkok est le « pompage abusif » des nappes phréatiques. Les experts ne sont cependant pas tous d’accord entre eux, même si tous conviennent que la situation va empirer ces prochaines années. Smith Dharmasaroja, responsable du Centre national de prévention des désastres naturels, prédit qu’en 2100 Bangkok sera une nouvelle “Atlantide”. Pour pessimistes qu’elles soient, les analyses de ce météorologue sont tenues pour crédibles, car, dans les années 1990, il avait prévu le terrible tsunami qui ravagea en décembre 2004 les pays de l’océan Indien.
M. Dharmasaroja affirme qu’au plan gouvernemental, « aucune décision n’a été prise » pour enrayer le phénomène. « Et si rien n’est fait, tranche-t-il, Bangkok pourrait être inondée dès 2030 ».

L’une des solutions qu’il propose est de construire une gigantesque série de digues le long du golfe de Siam, un projet estimé à plus de 2 milliards d’euros. Il appelle à commencer les travaux au plus vite. Sinon il sera trop tard pour enrayer l’enchaînement inexorable des causes de la catastrophe à venir.

Anond Snidvongs, un océanographe spécialiste de l’impact du changement climatique en Asie du Sud-Est, est plus mesuré dans ses jugements.
« Personne ne peut prédire combien de temps cela prendra pour que Bangkok soit inondée et comment ce processus évoluera », dit-il. Le scientifique estime que la construction de grandes digues serait inutile. « L’évaluation du niveau de la mer n’est pas si importante que cela et le changement climatique ne joue qu’un rôle relativement mineur — environ 20% selon lui — dans le scénario en cours ».
« II ne sert à rien, insiste-t-il, de tenter de préserver le rivage qui s’érode au rythme de 3 à 4 centimètres par an : c’est sans espoir. En revanche, il existe bien d’autres moyens de combattre les inondations, comme, par exemple, une meilleure gestion des terrains à bâtir en ville ».

L’urbaniste Niramon Kulsri-sombat, enseignante au département d’architecture de la prestigieuse université Chulalongkorn, confirme que « les inondations ont toujours été un phénomène naturel, puisque Bangkok est bâtie sur des terrains boueux situés à 1,50 mètre au-dessus du niveau de la mer ».

Un million d’immeubles menacés

Auparavant, de nombreux “khlongs” (canaux), potagers et champs absorbaient les inondations. Mais au cours du récent processus d’urbanisation, de nombreux immeubles ont été construits sur des terres qui permettaient auparavant à l’eau de s’écouler.

« Les efforts du gouvernement qui ont consisté à ériger des barrages de 2,8 mètres de hauteur le long de certaines parties du Chao Praya, analyse Niramon Kulsrisombat, n’ont fait que détruire un peu plus l’aspect traditionnel d’une ville où l’on vivait sur l’eau dans des maisons sur pilotis... »

Anond Snidvongs estime que la coordination des mesures prises au niveau politique sera la clef de la sauvegarde de la ville.
À plus ou moins long terme, plus d’un million d’immeubles, dont 90% sont résidentiels, sont menacés par la montée des eaux . « La question n’est pas essentiellement technique ou budgétaire. Il faut également que les spécialistes accordent leurs violons pour donner des chiffres précis susceptibles de dresser un tableau cohérent de ce que réserve l’avenir ».
En clair, les scientifiques qui scrutent Bangkok jour après jour doivent affiner leur diagnostic pour mieux préparer le sauvetage de la capitale de la Thaïlande.

Bruno Philip

http://www.temoignages.re/une-megalopole-face-a-l-urgence-de-l-adaptation,50986.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Jeu 21 Juil 2011 - 18:01

Bien choisir son quartier à Bangkok : Ari, le quartier qui monte

Pour choisir un quartier idéal à Bangkok, il faut d’abord se poser les bonnes questions:

Souhaitez-vous être à proximité des transports ? Du centre-ville ? Des commerces en tout genre ? Dans un quartier animé ou plutôt calme ? Vivre dans un appartement moderne ou une maison privée ?

Le quartier idéal est celui qui répondra à vos exigences, à vos critères et donc à votre mode de vie. Chaque quartier de Bangkok dégage une atmosphère bien particulière.

Ce mois-ci, l’Agence immobilière Five Stars, experte dans la recherche de logements pour expatriés, vous invite à découvrir un nouveau quartier qui ne cesse de monter: le quartier Ari.

Parmi les quartiers les plus populaires de Bangkok, Ari s’avère être le bon compromis: un quartier agréable et résidentiel où il fait bon vivre. Séduits par le mode de vie locale et la modernité des projets immobiliers, de plus en plus d’expatriés ont adopté ce quartier.

Avec ses rues étroites, sa foire aux étals, ses ruelles verdoyantes, ses bâtiments officiels et ses projets immobiliers de renommée, le quartier d’Ari gagne à être découvert…

LA VIE DANS LE QUARTIER D’ARI

Que vous empruntiez les transports en commun ou la voiture, Ari dispose d’un emplacement stratégique : la station de BTS qui survole Phahon Yothin Road (entre les soi 5 et soi 7), la voie express Rama VI à l’ouest, ainsi que les axes reliant Phahon Yothin et Rama VI. Pour les trajets courts, préférez la course rapide en taxi-moto, ‘tuk tuk’ ou tout simplement le taxi.

A l’ouest de l’avenue Phahon Yothin Road, la ruelle commerçante ‘soi’ 7, plus communément appelée ‘soi Ari’, animée en début de soirée, est l’endroit idéal pour satisfaire ses papilles gustatives à des prix bon marché. Une multitude d’échoppes ambulantes, de petits restaurants et cafés ‘cozy’ jonchent les trottoirs.

Les adeptes de la gastronomie occidentale apprécieront les divers restaurants de toutes nationalités au centre commercial « La Villa » située sur Phahon Yothin Road (sortie 4 du BTS). Réparti sur 3 étages, vous y trouverez également des cafés en plein air, une multitude de petites boutiques branchées, sans oublier le supermarché « Villa Supermarket » le spécialiste des aliments importés.

Au-delà de cette animation, des ruelles calmes et verdoyantes abritent condominiums et appartements. Les projets immobiliers situés dans ce quartier sont idéals pour les expatriés à la recherche d’authenticité, de calme et d’une proximité immédiate avec les transports et commerces.

Les principales banques du pays (TMB Bank, Exim Bank, BKK Bank, Kasikorn Bank), le quartier général d’IBM, les divers concessionnaires automobiles et les immeubles de bureaux rendent le quartier attractif pour les hommes d’affaires.

LE MONACO, UN CONDOMINIUM NOVATEUR

Parmi les programmes immobiliers dans ce quartier, l’agence immobilière francophone Five Stars commerciale la résidence Le Monaco, un immeuble novateur en terme d’architecture et précurseur en terme d’économie d’énergie et respect de l’environnement.

A deux pas du BTS Ari, la résidence Le Monaco est un immeuble de standing nouvelle génération, de 30 étages construit dans la ligne des standards Européen : toutes les parties communes sont dotées d’un système d’éclairage intelligent, la production d’eau chaude est entièrement gérée par énergie solaire, les peintures sont dénuées de tout solvant nocif, l’eau de l’immeuble est également stérilisée.

Un exemple sur lequel on aimerait voir se calquer l’ensemble des projets immobiliers en cours en Thaïlande.

ARI, LE BON COMPROMIS

Situé an nord de Bangkok, le quartier d’Ari reste accessible et proche du centre et autres quartiers attractifs: à quelques arrêts de la station du métro aérien (BTS) Siam, principale connexion avec la ligne Silom, vous accéderez rapidement au centre-ville de Bangkok.

Profitez du week end, pour vous rendre en quelques minutes au plus grand marché en plein air de la ville: Chatuchak Weekend Market en empruntant le BTS direction Mochit (2 stations).

Vous avez également à proximité le quartier de Victory Monument, un quartier très populaire qui concentre divers cafés, salles de cinéma, restaurants, clubs de jazz …

Quartier à la fois calme et commerçant, Ari séduit de plus en plus d’expatriés à la recherche d’une ambiance locale. De plus, la qualité de ces projets immobiliers rende la vie agréable dans le quartier d’Ari si bien qu’il semble difficile, une fois adopté, de s’éloigner de ce quartier.

Ce quartier vous semble idéal pour vous et votre famille ? Vous souhaitez en savoir davantage sur nos projets immobiliers ?

Contactez Fabrice pour plus de renseignements à fabrice@5stars-immobilier.com ou directement au +66 (0)8 12 71 71 55.



Les points forts d’ARI :

La multitude des commerces à des prix bon marché
Une vraie ambiance quartier
La connexion avec le BTS ARI
Proximité du centre-ville
Facile d’accès à l’autoroute par Rama VI
Offre de logement de qualité

source http://www.agglotv.com/?p=16689
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 22 Juil 2011 - 20:16

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Dim 24 Juil 2011 - 6:56

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 29 Juil 2011 - 11:25

L'état du trafic à Bangkok

http://www.traffic.thai.net/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Dim 31 Juil 2011 - 9:23

BANGKOK, 31 juillet 2011 (AFP) – Avec ses 314 mètres, ses appartements et son centre commercial, le MahaNakorn s’élèvera bientôt au-dessus des autres gratte-ciel de la capitale thaïlandaise, dans un paysage urbain transformé par les promoteurs qui fait craindre la formation d’une bulle immobilière.
Décrite sur des forums en ligne comme ayant l’air « d’avoir été mangée par des termites géantes » ou comme un symbole du « chaos de Bangkok », la tour de 77 étages, de quelque 445 millions d’euros, sera la plus haute de la ville une fois terminée en 2014.
« Je n’avais pas prévu de construire l’immeuble le plus haut, je voulais juste quelque chose d’unique, quelque chose d’intéressant », explique Sorapoj Techakraisri, responsable de PACE Development, qui a posé la première pierre en juin.
« Quand l’économie va mieux, les immeubles grimpent plus haut », poursuit-il.
La capitale thaïlandaise a bien changé depuis dix ans, lorsqu’elle était parsemée de squelettes de béton et d’acier abandonnés, victimes de la crise financière asiatique de 1997.
Avec la reprise, des immeubles toujours plus nombreux se bousculent dans les quartiers prisés, rivalisant de publicités qui promettent une vie de rêve, dans un anglais souvent approximatif.
L’économie du pays semble désormais solide, avec une croissance de 7,8% l’an dernier malgré les manifestations de masse du printemps 2010 qui avaient paralysé le centre de Bangkok pendant deux mois.
Et la Banque de Thaïlande a décrit 2010 comme l’ »année dorée de l’immobilier »: une forte demande de logements encouragée par de faibles taux d’intérêt et l’augmentation de la confiance des consommateurs a provoqué une vague de nouvelles constructions.
Résultat, le nombre de logements a augmenté de 13,6% à Bangkok, à son plus haut niveau depuis 1997, selon le rapport annuel de la Banque, qui s’inquiète de certains aspects de ce développement.
La demande a ainsi ralenti après l’expiration en juin 2010 de mesures pour encourager les achats immobiliers.
Et les promoteurs ont eu recours à des stratégies risquées en poussant des acheteurs au « pouvoir d’achat insuffisant » à signer, a noté la Banque.
Assurant n’avoir pour l’instant pas détecté de bulle immobilière, la Banque de Thaïlande a malgré tout pris des mesures pour inciter à la « prudence » et « maintenir la stabilité économique ». Notamment en rendant plus chers les emprunts importants.
Mais pour le promoteur Sorapoj, les craintes sont exagérées. « Je ne suis pas inquiet concernant l’offre excessive. Le nouveau gouvernement fera tout ce qu’il peut pour empêcher une bulle », a-t-il indiqué, à quelques jours de l’entrée en fonction du gouvernement issu des élections du 3 juillet.
L’Agence pour les affaires immobilières, spécialisée dans la recherche dans le secteur, n’est pas si optimiste.
Selon elle, en juillet 2011, Bangkok et sa banlieue comptaient 135.000 appartements, bureaux et autres propriétés non vendues. Et quelque 100.000 autres devraient être mises sur le marché l’an prochain.
« Je dois mettre en garde contre la bulle » qui approche, souligne son président Sopon Pornchokchai, qui craint qu’elle n’ »explose » en cas d’événement économique ou politique majeur.
Pour Kobsidthi Silpachai, économiste chez Kasikorn Bank, la Thaïlande est malgré tout dans une meilleure situation aujourd’hui qu’en 1997, et l’impact d’une possible bulle devrait ainsi être limité.
« Cela affecterait certainement les industries liées à l’immmobilier comme l’acier et le ciment. Mais cela n’affectera pas d’autres secteurs ».
En attendant, sur les forums, les Thaïlandais sont partagés sur le design pixellisé en spirale du MahaNakorn, réalisé par l’architecte allemand Ole Scheeren, célèbre pour le siège de la télévision centrale chinoise à Pékin.
Malgré tout, Sorapoj espère que sa tour, bien loin du record de hauteur de la Burj Khalifa qui culmine à 828 mètres à Dubaï, ouvrira une nouvelle ère pour les ambitions architecturales de la capitale.
« Nous n’avons pas seulement des temples, mais les gens ne se rendent jamais compte que Bangkok est aussi développée ».

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Intempéries - La montée des eaux fait vingt morts et menace Bangkok

Message  Admin le Mar 9 Aoû 2011 - 18:27

Vingt personnes ont trouvé la mort depuis l’arrivée, il y a une dizaine de jours au-dessus du sol thaïlandais, de la tempête tropicale Nock-Ten, qui a causé de fortes inondations dans le Nord, le Nord-Est et la plaine centrale. Le niveau du Chao Phraya est monté également à Bangkok mais les autorités de la capitale écartent pour l’instant le risque d’un débordement du fleuve

La semaine dernière, les restes de la dépression tropicale Nock-Ten ont engendré des pluies torrentielles et des inondations dans vingt provinces du Nord, Nord-Est et la plaine centrale de la Thaïlande. Les vingt provinces concernées sont celles de Phrae, Chiang Mai, Sukhothai, Nan, Lamphun, Lampang, Mae Hon Son, Uttaradit, Phichit, Phitsanulok, Tak, Nakhon Sawan, Nakhon Phanom, Udon Thani, Nong Khai, Sakon Nakhon, Loei, Phetchabun, Bung Kan et Prachuap Khiri Khan. Dimanche, le Département de prévention et gestion des catastrophes (DDPM), rattaché au ministère de l’Intérieur, faisait état d’un bilan complet de vingt morts, onze blessés et un disparu depuis le début de la catastrophe. Dans la province de Mae Hong Son, la plus touchée en nombre de victimes, une coulée d’eau a heurté la semaine passée l’abri d’une tribu, tuant sept de ses occupants et en blessant d’autres, principalement des Karens qui avaient fui les combats en Birmanie, indiquait hier The Nation.

La montée des eaux a déjà atteint la capitale
Dimanche, le gouverneur de la province d’Ayutthaya située à moins de 100 kilomètres au nord de Bangkok, a déclaré les trois districts de Bang Pa-In, Bang Sai et Phra Nakhon Si Ayutthaya, zones sinistrées. Le même jour, Noppadol Chinajit, chef du district de Bang Ban qui se trouve dans cette même province, a signifié au Bangkok Post une montée de 10 cm à 20 cm du niveau du Chao Phraya dans le Khlong de Bang Luang. A Bangkok, le Chao Phraya a atteint le niveau le plus haut au centre de la capitale et plus précisément aux abords du marché de Pak Khlong dans le district de Phra Nakon, indiquait dimanche le département de drainage et des égouts de l'Administration métropolitaine de Bangkok (BMA). La BMA s’est néanmoins montrée rassurante, affirmant que les murs érigés le long des rives du fleuve étaient élevés à 2,5 mètres alors que les eaux ne devraient pas franchir 1,7 mètre mercredi après-midi pendant la marée haute. Par mesure de précaution, la BMA a tout de même installé des pompes à eau et placé des sacs de sable autour de vingt-sept lieux de vie situés autour du fleuve dans la capitale. Des unités anti-inondation capables de se déployer rapidement seront également mobilisées et une technique de rejet de l’eau du fleuve dans les canaux pourrait être utilisée.

Arrivée en Thaïlande lors du dernier week-end de juillet, la tempête Nock-Ten a engendré des précipitations qui ont affecté les moyens de subsistance de près d’un million de personnes dans l’ensemble du royaume. Des routes, des ponts et des réservoirs ont également été endommagés. Le porte-parole du Puea Thai Prompong Nopparit, a déclaré samedi, que combattre les inondations serait la première chose à laquelle s’attellerait Yingluck Shinawatra au début de son mandat. La situation reste préoccupante pour les régions inondées puisque le Centre Météorologique de Thaïlande annonce pour les prochains jours de nombreuses pluies dans le Nord et le Nord-Est dues à une nouvelle mousson qui ne devrait s’affaiblir qu’en fin de semaine. Une autre dépression venue de l’Ouest devrait alors prendre le relais et engendrer de fortes averses sur l’ensemble du royaume.

http://www.lepetitjournal.com/bangkok/accueil-bangkok/83405-intemperies-la-montee-des-eaux-fait-vingt-morts-et-menace-bangkok.html

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Mafia & politique avec les 200.000 motos taxis à Bangkok

Message  Admin le Mer 17 Aoû 2011 - 6:52

MAFIA ET POLITIQUE AVEC LES 200.000 MOTO-TAXIS DE BANGKOK

Publié le 17 août 2011
BANGKOK, 17 août 2011 (AFP) – Le visage de son héros imprimé sur sa veste, Chalerm Changthongmadan affiche fièrement sa fidélité à l’ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra. Comme nombre des 200.000 moto-taxis de Bangkok, il espère le retour du milliardaire, dont la politique leur était favorable.
« Thaksin nous manque, à 100% », lance le président de l’association des moto-taxis de Thaïlande.
Officiellement, ces motards, qui font partie des masses défavorisées dont Thaksin est souvent le héros, sont un peu plus de 100.000 à Bangkok. Mais bien plus en réalité, environ 200.000, selon Claudio Sopranzetti, chercheur en anthropologie à l’université américaine d’Harvard.
Et « la ville ne fonctionnerait pas sans eux », parce qu’ils transportent chaque jour des millions de passagers en zigzaguant dans les embouteillages.
Ils sont aussi bien plus qu’un moyen de transport efficace.
« Nous voyons ceux qui volent à l’arrachée (…) et nous appelons alors nos amis motos-taxis pour les arrêter », raconte Chakrit Jarakum, 44 ans. « Nous rapportons les accidents à la police, les incendies ».
Livraison de documents et de nourriture, premiers secours, identification des intrus dans des quartiers qu’ils surveillent de leur coin de rue… « Leur force est leur capacité à se fondre complètement dans le paysage », souligne Claudio Sopranzetti.
Mais ils sont aussi une force politique. Selon lui, 80 à 90% d’entre eux sont des « chemises rouges », du nom des militants pro-Thaksin qui ont occupé le centre de Bangkok au printemps 2010 pour réclamer la démission du gouvernement de l’époque.
Le 28 avril 2010, avec son drapeau thaïlandais géant flottant à deux mètres au-dessus de sa moto, Suksomboon Makadee était en tête d’un convoi « rouge » bloqué par les forces de l’ordre. « Mon drapeau a été touché, criblé de balles », se rappelle-t-il.
Pendant cette crise qui a fait plus de 90 morts, les moto-taxis ont fait plus que grossir les rangs des manifestants.
« Quand les leaders étaient encerclés par la police, nous allions les aider », insiste Chalerm. « C’était notre devoir ».
 
le retour des mafias
 
La plupart de ces motards sont des migrants du nord et du nord-est du pays, bastion de Thaksin. Mais cette origine n’explique pas seule leur soutien au milliardaire, aujourd’hui en exil pour échapper à la prison.
Ils se rappellent ses politiques en faveur des plus pauvres et sa tentative de les libérer du joug des mafias, note Claudio Sopranzetti.
A Bangkok, « c’est la mafia » qui a mis en place les moto-taxis dans les années 1970, explique-t-il. « Et quand on parle de mafia en Thaïlande, on parle principalement de policiers, de militaires aussi ».
Peu après son arrivée au pouvoir en 2001, Thaksin a tenté de formaliser ce secteur qui brasse aujourd’hui environ 100 millions de bahts par jour (plus de 2 millions d’euros), poursuit-il. Tous les chauffeurs ont été enregistrés et ont reçu en échange la veste orange qui est devenue leur uniforme.
Mais depuis le putsch contre Thaksin en 2006, les mafias ont repris du terrain: « 70% des chauffeurs paient encore quelque chose », souligne le chercheur, qui évalue à 1.000 bahts par mois ce qu’un chauffeur doit verser à son « protecteur », alors qu’il gagne chaque jour entre 300 et 1.000 bahts (7 à 23 euros).
C’est dans l’espoir de se débarrasser de ce fardeau que Charlerm soutient Yingluck Shinawatra, soeur de Thaksin, qui a pris la fonction de Premier ministre le 8 août après la victoire de son parti Puea Thai aux élections législatives de juillet.
« Nous attendons seulement que le nouveau gouvernement ordonne à la police d’arrêter de soutenir la mafia. Alors nous pourrons vivre ».
« Absolument. Le gouvernement de Yingluck va remettre en place les anciennes politiques, et nous les améliorerons », répond Prompong Nopparit, porte-parole du Puea Thai au pouvoir.
Les motos-taxis préfèreraient malgré tout leur héros en chair et en os, et préparent déjà son hypothétique retour.
« Je mènerai les motos-taxis de tout Bangkok, décorés avec de grands drapeaux, l’accueillir à l’aéroport », promet Suksomboon. « Parce qu’il nous a aidés à avoir une vie meilleure ».

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les cinémas 4D font leur show à Bangkok

Message  Admin le Lun 22 Aoû 2011 - 9:35

C'est bien connu, l'Asie est souvent précurseur en terme d'avancées technologiques. Cette fois-ci c'est en Thaïlande que ça se passe. Le 29 juin dernier, une des premières salles de cinéma dite "4D" a ouvert ses portes au Siam Paragon Cineplex de Bangkok, pour un investissement de 1,5 million de dollars.



Mais au fait, en quoi consiste cette "4D" ? Un terme marketing dont beaucoup se méfieront après les déceptions de la 3D. Il ne s'agit en fait pas tant d'une nouvelle technologie que d'une réunion de plusieurs artifices destinés à simuler les conditions présentes dans le film, un peu comme dans l'attraction Chérie, j'ai rétréci le public de Disneyland.

Si les lunettes 3D (active) sont bien sûr de mise, elles s'accompagnent de sièges mouvants, de diffuseurs de parfums, de ventilateurs et même de sprays d'air et d'eau. Le tout a pour but de donner un maximum de sensations au spectateur afin de le plonger au coeur de l'action.

Et c'est justement de cela dont il est question. Car si cette technologie est adaptable à tous types de films, elle se destine surtout aux films d'action. Qu'importe, l'offre en la matière est largement étoffée, citons par exemple les récents Transformers 3 et Captain America, dont le rendu doit être particulièrement impressionnant dans un cinéma 4D. La vidéo ci-dessous (avec sous-titres) donne un très bel aperçu de la chose, avec les commentaires de deux blogueurs : Jean-Luc Nguyen et Jubril Agoro, qui se sont rendus sur les lieux.




En plus de la Thaïlande, la technologie fait également ses premiers essais en Corée et à Mexico, avec un certain succès. En France, si la 3D a encore bien du mal à convaincre et à s'imposer dans les foyers, la 4D pourrait être mieux accueillie, mais plus sous la forme d'une attraction que d'une véritable plus-value au film. Et puis il reste le problème de la sensibilité à la 3D, qui ne s'arrangera pas si vous vous trouvez ballotés de parts et d'autres lors de scènes mouvementées.

Autre inconnue de taille : le prix. Si les thaïlandais profitent de tarifs équivalents à 10€, en France cela risque de coûter près du double quand on voit les tarifs des films 3D. Quoi qu'il en soit, la société à l'origine de ces salles "4D" prévoit la construction de 600 autres salles de ce type dans les trois années à venir. Espérons que la France ne soit pas dans les derniers servis.

http://www.commentcamarche.net/news/5856224-les-cinemas-4d-font-leur-show-a-bangkok
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le BTS victime de son succès

Message  Admin le Mar 6 Sep 2011 - 9:44

Les horloges indiquent 7h30 à la station Ekamai et le quai du BTS dans la direction du centre ville de Bangkok est déjà bondé de monde. La plupart des voyageurs devront attendre pendant au moins 10 minutes et laissez passer une moyenne de deux rames avant d’être capable de monter à bord l’une d’entre elles.

Ce genre de scène ne se limite malheureusement plus à ce qu’on appelle les heures de pointe où les habitant des faubourgs de Bangkok se rendent en masse au travail ou rentrent chez eux. A Siam Station, où les deux lignes de BTS Sukhumvit et Silom sont en correspondance, les quais bondés sont devenus la norme depuis plusieurs mois. Le BTS-aussi appelé Skytrain – ou Rot Fai Fa en Thaï, est victime de son propre succès: efficace, rapide, fiable il transporte chaque jour plus de 100.000 voyageurs, survolant les trop fameux embouteillages de la capitale thaïlandaise.


L'extension récente de la ligne de Sukhumvit a crée un afflux de voyageurs supplémentaires

La bonne nouvelle pour les expatriés en Thaïlande et les touristes, c’est que ce réseau est en pleine croissance. Ouvert depuis 1998, il a fallu 10 ans pour ouvrir deux nouvelles stations sur la ligne de Silom. Malgré le fait fait que les deux ont été planifiées dès le début, elles ont été plusieurs fois retardé en raison de problèmes financiers et surtout des contraintes politiques.

Depuis le 12 août, l’extension tant attendue de la ligne de Sukhumvit vers Bearing a finalement été ouverte au public après 5 ans de construction. L’investissement a été essentiellement soutenu par la ville de Bangkok, pour un coût de 50 milliards de THB (1,2 milliard d’euros).

Les six nouvelles stations s’étendent le long de Sukhumvit Road, jusqu’au quartier de Bang Na, qui abrite de nombreuses sociétés industrielles et centres commerciaux, dont le futur IKEA (ouverture prévue en novembre), le marché de nuit de Bangkok (précédemment à Suan Lum près du parc Lumpini), ainsi que Bangkok International Trade & Exhibition Centre, BITEC.

La ligne de Silom a récemment été équipée de nouveaux trains fabriqués en Chine et composée de quatre wagons. Mais l’administration du BTS semble ne pas avoir anticipé les problèmes d’affluence crée par la nouvelle extension de la ligne de Sukhumvit qui répresente un supplément de 20 000 voyageurs par jour.

Les trains sur la ligne de BTS Sukhumvit ont seulement trois wagons, alors que les quais sont suffisamment longs pour avoir deux wagons en plus. La plupart des trains sont désormais pleins tôt le matin et dans la soirée à partir de 17 heures, et il y a peu d’amélioration à attendre au cours des prochains mois, car seulement deux nouveaux trains ont été mis en service durant les heures de pointe.

http://thailande-fr.com/bangkok/12603-le-bts-victime-de-son-succes
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok - La Procession des Barges Royales : un spectacle rarissime

Message  Admin le Ven 9 Sep 2011 - 6:00

A Bangkok, le 22 octobre prochain, le Chao Praya, « fleuve des rois », sera le théâtre de l'époustouflante Procession des Barges Royales.
Spectacle grandiose, officiellement connu sous le nom de Phra Praratcha Phithi Yuha Cholamak Yatra (procession navigable royale), cette merveilleuse parade nautique est réservée uniquement à de grands événements culturels et religieux.
La procession d’octobre 2011, effectuée en l’honneur du 84ème anniversaire du roi, accompagnera le Kathin, cérémonie au cours de laquelle les membres de la famille royale présentent des offrandes aux moines du Wat Arun (Temple de l’Aube). Les dons de robes safran, nourriture et autres nécessités marquent Awk Phansa, la fin d'une retraite de 3 mois effectuée par les moines bouddhistes durant les pluies.
 
52 magnifique embarcations formeront un cortège de plus d’un kilomètre qui progressera selon des règles bien précises. La flotte, composée de 4 grandes barges royales, de 10 autres ornées de proue figurant des animaux et de 38 bateaux plus petits, se déplacera sur 5 colonnes (109 m de large), chaque embarcation devant maintenir une distance de 40 m par rapport à la précédente.
2 200 rameurs, issus de différentes unités de la Marine Royale Thaïlandaise manipuleront les grandes pagaies à l’image des battement d’ailes d’un oiseau.

Son Altesse Royale le Prince héritier Maha Vajiralongkorn présidera la manifestation, au nom de Sa Majesté le Roi.
Le prince héritier embarquera sur la barge royale (Suphannahongse) à 15h30, quai Vasukri. La flotte prendra environ 55 minutes pour gagner le Wat Arun (un trajet de 4,5 km le long du fleuve Chao Praya entre Thonburi Pont et Phra Phutta Pont Yodfa). La fin de la cérémonie officielle est prévue vers 17h30.

Un somptueux et rare spectacle à ne pas manquer le 22 octobre mais aussi lors des deux répétitions générales en costumes les 13 et 18 octobre
 
La procession des barges royales, initiée sous le règne du roi Ramkhamhaeng de Sukhothai (1275-1316), a été abandonnée et rétablie plus d’une fois. Relancée par Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej en 1959, elle n’a eu lieu que 16 fois depuis dont une, particulièrement spectaculaire, en 1982, pour célébrer le bicentenaire de la dynastie régnante (Maison Royale de Chakri), et la dernière, le 12 Juin 2006 pour fêter les 60 années de règne du Roi Bhumibol Adulyadej, couronné en 1950 sous le nom dynastique de Rama IX.
Sa Majesté Bhumibol Adulyadej, souverain constitutionnel, est le chef de l'État et le protecteur des religions.
Il jouit d'une immense estime de la population thaïlandaise. La longueur de son règne, son constant intérêt pour le développement des zones défavorisées du royaume, son action conciliatrice et sage expliquent cette dévotion qui le place parmi les plus vénérés des souverains en compagnie de son aïeul, le roi Chulalongkorn Rama V.
Le 9 juin 2011, le roi a fêté ses 65 ans de règne sur la Thaïlande, il est le plus ancien chef d'État toutes nations confondues.

Source http://www.tourismethaifr.com/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok renoue avec la procession de barges royales

Message  Admin le Ven 16 Sep 2011 - 6:22

Une grande procession des 52 barges royales aura lieu le long de la rivière Chao Praya le 22 octobre prochain dans le cadre des festivités du 84ème anniversaire du roi Bhumibol Adulyadej. Cette somptueuse manifestation traditionnelle, qui n’avait plus été organisée depuis 2007, marquera également la fin de la saison des pluies et du carême bouddhique

La marine royale a organisé ce mardi une répétition de la grande procession de barges royales qui aura lieu le 22 octobre prochain sur le Chao Praya pour célébrer la fin du septième cycle de vie du roi Bhumibol Adulyadej. Cet événement, qui impliquera le mois prochain 52 barges et 2.200 rameurs, est unique au monde et revêt un caractère exceptionnel. Seulement seize processions ont eu lieu en soixante ans de règne de Rama IX, la dernière remontant au 5 novembre 2007 en l’honneur des 80 ans du souverain. Le défilé, appelé officiellement "Praratcha Phitho Phra Yuha Yatra Cholomak" (procession royale sur le fleuve), possède une signification à la fois politique et religieuse. La procession, présidée par le roi ou l’un de ses représentants, s’achève par une cérémonie bouddhique dite "Kathin" (Tawat Kathin Luang) à l’occasion de laquelle des robes couleur safran et divers présents sont remis aux moines du temple royal Wat Arun (Temple de l’aube). Il s’agit aussi de célébrer la sortie du carême bouddhique ou "Ork Phansa", c’est à dire la fin de la saison des pluies et de la retraite spirituelle des moines qui aura duré environ trois mois. Les barges transportent également des reliques et images sacrées du Bouddha jusqu’aux lieux de culte.

Une traversée somptueuse du vieux Bangkok
Le coup d’envoi de la procession du 22 octobre devrait être donné à 15h30 par le prince héritier Maha Vajiralongkorn, chargé par le roi de présider la cérémonie. La flotte de 52 barges descendra le fleuve Chao Praya durant environ une heure sur un trajet de 4,5 kilomètres. Le point de départ du défilé est l’embarcadère Wasukri Pier, situé dans le district de Dusit. Les navires passeront ensuite devant les principaux monuments historiques bordant le fleuve tel le Palais Royal ou le Wat Pho, et achèveront leur voyage au temple Wat Arun où aura lieu la cérémonie royale Kathin.
Le prince prendra place dans la barge royale Suphannahong surnommée le "Cygne d’Or", une allusion à la proue de l’appareil qui représente un Hamsa, le cygne sacré chevauché par le dieu hindou Brahmâ. Cette embarcation en teck, de 46 mètres de long, est considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture navale thaïlandaise. Elle a été construite en 1911 sous le règne de Rama VI. Trois autres barges royales constitueront le cortège princier, dont la Narai Song Suban, considérée comme la barge attitrée du roi Bhumibol. Une quarantaine d’embarcations d’escorte, à la proue décorée d’animaux sculptés ou d’élégantes dorures, s’achemineront alors à leur tour vers le temple tandis que des chanteurs et tambours accompagneront le défilé de leurs psalmodies rituelles.



_
La perpétuation d’une tradition pluri-centenaire

Les historiens estiment la période de la première cérémonie de procession de barges royales à l’ère Sukhothaï, lors du règne du roi Ramkhamheang (1275-1316). Ce type de procession a ensuite été associée à la cérémonie royale Kathin lors de l’ère Ayutthaya au quatorzième siècle. C’est le roi Rama Ier (1782-1809) qui a été l’instigateur du transport d’images sacrées sur le fleuve. Souvent interrompue par les aléas de l’Histoire, déplacée d’Ayutthaya à Bangkok, cette tradition propre à la Thaïlande n’a cependant jamais totalement disparu. Le roi actuel Bhumibol Adulyadej a été l’un de ses principaux défenseurs au XXe siècle. Lors de son retour en Thaïlande en 1951, il a ordonné la réparation des barges endommagées par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale puis a rétabli le défilé des vaisseaux royaux sur le Chao Praya. Il a également exigé en 1959 que la procession royale soit de nouveau combinée aux cérémonies religieuses. Les barges royales sont aujourd’hui considérées comme des trésors nationaux et peuvent être admirées au Musée national des barges royales situé sur la rive ouest du Chao Praya, près de l’hôpital Siriraj. La procession est aussi l’occasion pour les habitants du royaume de rendre hommage aux voies fluviales qui accompagnent et rythment leur quotidien depuis des siècles.

http://www.lepetitjournal.com/societe/actu-societe/85244-traditions-bangkok-renoue-avec-la-procession-barges-royales-.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bangkok Vegetarian Festival

Message  Admin le Mar 27 Sep 2011 - 6:57

Du 2 octobre 2011 au 31 octobre 2011 - Bangkok

Grand festival dans toute la Thaïlande, le Festival végétarien rassemblent les Thaïlandais et les touristes, les végétariens et non-végétariens dans les rues et restaurants de la ville, en particulier dans le quartier chinois puisque cette fête a des origines chinoises.

Ce sera l'occasion de déguster des plats entièrement végétariens et utilisant une multitude d'ingrédients insoupçonnés ! Créations, recettes, surprises…
Le festival est également l'occasion de cérémonies traditionnelles et de spectacles divers et représente un moment idéal pour se mêler à la population locale !

source http://voyage-a-bangkok.accor-hotels.com/hotel-bangkok/festival-bangkok/bangkok-vegetarian-festival-centre-ville-de-bangkok-bangkok-e-68414047


It's the most wonderful time of the year for Thailand's meat-averse, with the nation's Thai-Chinese population kicking off a 10-day vegan diet on Monday as part of the annual Vegetarian Festival.

The festival is celebrated on the ninth Chinese lunar month, which this year runs from September 26-October 6. During this time, Thailand’s Chinese communities purify their bodies by cutting all meat and dairy out of their diet.

Though it might not get as much attention as its gory Phuket counterpart, the Bangkok Vegetarian Festival has its own worthwhile draws.

Vegan dishes can be found all over the city -- just look for street food vendors and restaurants flying rows of tiny yellow flags with red font -- but Chinatown is naturally where the center of all the action, particularly in the evenings.

The best way to enjoy all the delicious vegan cuisine is to just walk through the area surrounding Yaowarat Road and sample small dishes at some of the hundreds of temporary stalls.

Another great neighborhood to check out is Talad Noi, a little community just south of Chinatown veined with tiny alleys that heaves with crowds during the festival. There's Chinese opera, street performances and other activities.

The Chinese temples in the area provide great photo ops too, as they're filled with colorful offerings such as giant incense sticks and candles.

If you're thinking of taking part in the annual cleanse, keep in mind there's more to it than just cutting out meat and dairy. Other rules that must be followed during the festival include no sex, no alcohol and no strong-smelling foods like garlic.

And sorry ladies. If you're pregnant or menstruating, you're not supposed to take part in any of the ceremonies at the Chinese temples.


source www.cnngo.com/bangkok/play/bangkok-vegetarian-festival-now-underway-343701#ixzz1Z8LVI5VW
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Une galerie en rock !

Message  Admin le Mar 11 Oct 2011 - 6:19

Éric Monteil, photographereporter français installé depuis peu à Bangkok, vient de mettre en place un concept en hommage à l’Asie. La galerie d’art Rock Around Asia se veut le point de départ d’un immense projet de lieu de vie artistique et solidaire. Rencontre avec un humaniste créatif.
« C’est d’elle que tout est parti et je ne pourrai jamais m’en séparer. Elle mourra dans mon jardin ou sera exposée », dit Éric Monteil en parlant de la Honda 125 bordeaux garée devant le portail de la galerie. Avec ses dizaines d’objets sortis de nulle part, sa demeure a des allures de caverne d’Ali Baba pour amateurs d’art authentique. Une virée artistique aux allures de simple visite rendue à un ami artiste un peu farfelu. Pourtant, aucun artiste à la ronde. Seul un simple curieux qui n’a de cesse de militer pour promouvoir les oeuvres et savoir-faire de talents asiatiques en devenir. « Déja vu », diront les mauvaises langues. Mais, justement, non. Ni antiquités, ni ambitions financières qui accompagnent généralement ce genre de pseudo démarches de mécène. Éric, lui, ne mange pas de ce pain-là. De la quarantaine d’artistes dont il expose les oeuvres, il connaît chaque visage, chaque regard, chaque personnalité, chaque histoire. De simples hommes et femmes aux mains d’or, dont le talent demeurait jusqu’ici confidentiel, qu’il a eu l’occasion de croiser durant son long périple à moto sur les routes d’Asie du Sud-est, en 2010. Sept mois de voyage, 22 000 kilomètres avalés hors des sentiers battus, et des rencontres aussi hasardeuses que fortuites avec le vivier artistique de cette partie du globe. D’où l’idée, aujourd’hui, de transmettre un bout de ce qu’il estime avoir eu la chance de vivre. Son Asie à lui, sans prétention ni faux-semblant. Mais aussi, et surtout, de créer une passerelle menant enfin ses artistes surdoués vers la reconnaissance et les ruisseaux financiers qui en découlent.

Résultat ?

Un condensé de trésors rares, répartis sur les trois étages de cette « maison hommage » de 250 m2 planquée au fond du minuscule soï 45 de Sukhumvit. Au rez-dechaussée et au troisième étage, le travail de peintres vietnamiens originaux, mais aussi celui de sculpteurs cambodgiens, balinais ou thaïlandais. Marbre, bois de crocodile ou d’hibiscus, feuilles d’or, laques traditionnelles, papier du lac Inlay : uniquement des matériaux nobles, qui s’animent ici grâce à la dextérité manuelle des talents découverts par Éric. Et, un peu partout sur les murs et sols de sa demeure, les délires artistiques décoratifs colorés ou créations décalées de certains de ses petits protégés. « Ça a souvent été compliqué de rapporter tout ça jusqu’ici, pour des questions de poids mais aussi d’inimitiés frontalières », explique-t-il en parlant du chariot en bois qu’il a lui-même poussé pour franchir la frontière cambodgienne à Poipet et éviter le coup de bambou du douanier. Si toutes ces pièces sont désormais proposées au regard et à la vente, Éric Monteil refuse pourtant d’assister au phénomène d’achat pur, dénué de sens ou de symbolisme. « J’aimerais que ceux qui repartent avec un objet sous le bras repartent aussi avec une histoire et une idée des mains à l’origine de tout ça », dit-il. C’est pour cela qu’il assure lui-même la visite, s’arrêtant sur chaque oeuvre pour narrer un bout de vie quotidienne ou d’héritage historique.

Papier glacé

Le second niveau, lui, regroupe une sélection des clichés réalisés par le photographe durant son périple. « Je pense que j’ai dû appuyer sur mon déclencheur plus de 50 000 fois pour en tirer, au final, 1 300 clichés », dit-il, un brin nostalgique. Des photos aussi surprenantes les unes que les autres, oscillant entre explosion de couleurs et tirage noir et blanc, criantes de réalisme, d’authenticité et d’humanité. Impossible d’imaginer qu’elles ont été réalisées par un quadragénaire n’ayant aucun diplôme de photographe en poche. Et pourtant. « Je n’ai jamais été formé à la photo mais m’y suis toujours intéressé, confie-t-il. Elle a toujours fait partie de ma vie, de façon plus ou moins intense ». Ses premiers pas photographiques, Éric les a faits avec un Minolta, offert par ses parents pour ses 18 ans. Trois ans plus tard, il laisse un peu son argentique de côté pour se consacrer à la création d’une école de parapente, puis de deux entreprises d’édition de logiciel. Jusqu’au jour où la coupe est trop pleine. « J’avais envie qu’on me lâche la jambe, et de sortir de la morosité ambiante », dit l’aventurier. Ni une ni deux, il fait sa valise en mars 2006, direction Hanoi, avec l’ultime envie de renouer avec sa passion première. « Dire que l’Asie est photogénique relève du pléonasme, constate-t-il. Ici, c’est un paradis pour photographes. Tout y est beau, plein de couleurs et de caractère bref, un régal pour les yeux. C’est là que j’ai compris que mon destin n’était plus en France, ni en Europe, mais en Thaïlande. »

Lieu de vie

Refusant de faire de sa maison un pathétique catalogue ou un sombre musée, il a souhaité dynamiser les lieux en établissant un petit café. Le principe est de proposer des petits-déj’ ou des apéros culturels en toute simplicité dans le jardin et sur la terrasse. Humaniser les visites pour encourager l’échange et le débat d’idées. Mais aussi, pourquoi pas, des événements dinatoires autour d’un barbecue, ou tout ce qui pourrait donner une âme à cette surprenante bicoque artistique. Parallèlement, Éric fondé une association, Rock Around Asia People Care. Son but ? Financer des projets d’aide à la personne en direct. « Des gens que j’ai croisés au fil du voyage qui ont besoin d’un coup de pouce immédiat et concret pour repartir dans la vie. » Environ 10% de la marge annuelle générée par les activités lucratives de la galerie iront directement dans les caisses de l’association. Quand humanité rime avec créativité, il serait bien dommage de s’en priver.

OLIVIA CORRE

5/3 Sukhumvit, soï 45

www.rockaroundasia.com

http://www.ericmonteilphotography.com/ waï


source http://www.gavroche-thailande.com/actualites/le-rendez-vous-des-artistes/1843-une-galerie-en-rock


Un article "Rock Around Burma" – http://www.rockaroundasia.com/myanmar/rock-around-burma-chronique-14/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Mer 12 Oct 2011 - 7:36


Flooded decking along the Chao Phraya

Sujet à lire ici -----> http://www.travelfish.org/blogs/bangkok/2011/10/11/bangkok-flooding-update-october-11-2011/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Admin le Ven 14 Oct 2011 - 16:03

Royal Barge Procession on 22 October to be Cancelled



The government plans to postpone the royal barge procession to next year, citing safety concerns. According to Prime Minister Office Permanent Secretary Jaturong Panyadilok, PM Yingluck Shinawatra will submit a letter to His Majesty’s Principal Private Secretary Office to ask for a royal permission to put off the upcoming royal barge procession to next year. This follows the Royal Thai Navy’s report that the condition of the Chao Phraya River would be unfavorable for the event. However, the royal religious ceremony at Wat Arun Rajwararam will still take place on October 22 as scheduled.

Source: National News Bureau of Thailand


Situation à Bangkok





le sujet est à lire ici ----> http://www.travelfish.org/blogs/bangkok/2011/10/14/bangkok-flooding-update-october-14-2011/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

la population se prépare à affronter les inondations à Bangkok

Message  Admin le Sam 15 Oct 2011 - 6:56

La capitale thaïlandaise, Bangkok, est menacée par les eaux qui déferlent du nord et du centre du pays. La Thaïlande est au trois quart inondée et 16 milliards de mètre cubes d’eau dévalent vers le golfe de Thaïlande, au bord duquel se situe la capitale. Si Bangkok est protégée par des digues, rien n’assure pourtant que celles-ci seront suffisantes. D’ores et déjà, un vent de panique souffle sur la ville.

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

Debout à l’arrière d’un camion militaire, la cheffe du gouvernement, Yingluck Shinawatra, inspecte les digues anti-inondations au nord de Bangkok, comme un général le ferait d’une ligne de fortins. A certains endroits, ces digues, faites de terre et de sacs de sable, sont rehaussées. Ailleurs, des murs sont hâtivement construits dans une course de vitesse contre les eaux qui déferlent du Nord.

Les autorités affirment que le centre de Bangkok ne sera pas touché, mais vu la masse d’eau considérable accumulée dans la plaine rizicole au nord de la capitale, les Bangkokois ne veulent rien laisser au hasard. Beaucoup construisent des murets de briques devant l’entrée de leur domicile. Tous ont pris d’assaut les supermarchés, achetant de vastes quantités de bouteilles d’eau et de soupes en sachet, de quoi tenir un siège prolongé.

Il y a seulement 60 ans, le réseau de canaux qui avait valu à Bangkok le surnom de Venise de l’Orient, permettait d’absorber les pluies de la mousson. Ces dernières décennies, le béton a étouffé la cité. Dépourvue d’espaces verts, Bangkok n’est plus sillonnée que par quelques canaux nauséabonds. Ce qui conduit certains à voir les inondations comme une revanche de Mae Kaa Khang, la déesse des eaux.

source http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20111015-thailande-population-pr%C3%A9pare-face--%20inondations-bangkok



Inondée, la Thailande tente de garder le sourire



Chaque année, à la mi-avril, la Thaïlande célèbre son « nouvel an » à l’occasion de la traditionnelle fête de l’eau : Songkran qui marque les jours les plus chauds de l’année et donne lieu à de traditionnelles scènes d’arrosage collectif. Pourtant depuis le mois d’août, l’eau n’est plus une raison de liesse pour les Thaïlandais. Depuis cette date en effet le pays fait face à des inondations d’une ampleur inédite depuis 50 ans.

Pour l’heure le bilan des victimes reste relativement modéré au regard d’une catastrophe naturelle qui touche les deux tiers des Provinces du pays : officiellement 289 personnes sont mortes, dont un touriste français. Celui-ci a été emporté par les pluies torrentielles, mi-septembre, alors qu’il faisait du vélo, dans un parc national au nord de Bangkok.

Les conséquences économiques risquent d’être beaucoup plus importantes à terme, et le traditionnel sourire thaïlandais pourrait se crisper. A en croire certains économistes ces inondations pourraient coûter entre 1 et 1,3 points de croissance au pays. Et la facture des dégâts avoisinerait désormais les 5 milliards d’euros.

Selon les autorités en effet, un tiers du pays est sinistré, particulièrement les provinces du Nord. Près de 2,6 millions de personnes seraient sans toit, 1,2 millions d’hectares de terres cultivables sont sous les eaux ce qui pourrait à terme poser un problème sur le marché du riz, le pays étant le 1er exportateur mondial de cette graminée. Certains sites touristiques, dont celui de Pattaya, ont pratiquement été désertés, tandis que plusieurs centaines d’entreprises ont d’ores et déjà arrêté leur activité car leurs usines se retrouvent noyées sous les eaux.

Toyota vient ainsi d’annoncer que ses trois sites de productions dans le pays seront arrêtés pour une semaine. Honda a également ses usines noyées. Le groupe informatique Hutchinson a de son côté suspendu ses opérations d’assemblage. Chez le constructeur d’appareils photographiques Nikon, la production du site d’Ayutthaya est arrêtée depuis début octobre car le rez-de-chaussée des bâtiments est inondé. Et son concurrent Canon annonce qu’il va déplacer la production de deux de ses sites. Quand aux usines de Western Digital, qui assurent 60% de la production mondiale du groupe informatique, elles ont aussi touchées par la montée des eaux. Pour des raisons de sécurité, la direction vient de suspendre l’activité de ses usines de la banlieue de Bangkok.

Car la capitale, qui n’est située qu’à 2 mètres au dessus du niveau de la mer, est désormais elle aussi menacée. Jeudi soir, les autorités ont émis plusieurs bulletins d’alertes aux inondations dans les districts de la banlieue nord de la ville. Si le centre de Bangkok semble devoir être épargné, les zones situées autour de la rivière Chao Parya sont naturellement les plus exposées. Pour tenter de préserver Bangkok et ses 12 millions d’habitants, des murs de sacs de sable ont été élevés sur les berges et des bateaux ont été placés le long du fleuve, moteur allumé, pour faciliter l’évacuation de l’eau vers la mer.

source http://blogs.lesechos.fr/echos-asie/inondee-la-thailande-tente-de-garder-le-sourire-a7098.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bangkok aujourd'hui

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 11 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum