La très secrète Birmanie et notre arrivée à Yangoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La très secrète Birmanie et notre arrivée à Yangoon

Message  Admin le Lun 3 Mai 2010 - 6:18

La Birmanie qui s’appelle de nouveau Myanmar est une dictature. Pourquoi nous y rendons-nous néanmoins ? Car c’est un pays dont on nous a vanté les beautés et la gentillesse des autochtones. Est-ce que cela veut dire que nous soutenons le régime actuel ?

Loin de là et bien au contraire. Si vous utilisez des transports privés où que vous vous rendez dans des guesthouses ou des petits restaurants locaux (et non d’Etat), vous aidez à faire vivre la population et vous n’enrichissez pas la junte birmane. Bien sur, quelques uns de nos dollars ont du revenir à l’Etat, mais rien n’est parfait…
Témoigner, raconter ce qu’on a vu est aussi une manière de ne pas isoler le pays et de faire en sorte qu’on se souvienne et qu’on oublie pas ce pays qui souffre. Une petite goutte d’eau dans l’océan…
C’est notre point de vue et après coup, nous ne regrettons en rien notre voyage. Si notre attitude vous choque passez votre chemin, sinon le récit commence ici…

Nous arrivons donc à Yangoon de bon matin en compagnie de notre amie Servane qui nous a rejoint pour 2 semaines.
Notre chauffeur de taxi nous propose de nous emmener changer de l’argent dans un grand hôtel avec un taux avantageux ce que nous acceptons.
Il faut savoir qu’en Birmanie, il n’existe pas de distributeur ou de machine à carte bleue, il faut donc venir avec tout son cash sur soi, en dollar uniquement, et absolument NEUFS si vous ne voulez pas qu’ils vous soient refusés. Il n’est pas recommandé de changer de l’argent dans les bureaux de change d’Etat, car ils changent 1$ pour 400 kyats alors que dans la rue (ou dans les grands hôtels), le taux normal est de 1000 kyats et des poussières pour 1$, plus du double donc. Première rencontre avec le régime Birman…
Servane et Anaïs partent donc changer leurs quelques centaines de dollars et ressortent de l’hôtel avec chacune un sac en plastique noir rempli de billets de banque, et l’impression d’avoir fait un casse!

Nous rejoignons ensuite le centre, où nous achetons nos billets de bus pour Mandalay pour le soir même. Nous laissons nos bagages et partons à la découverte de la ville.
Mais avant tout, un petit déjeuner s’impose, nous trouvons un café mais qui ne peut nous servir ni boisson chaude ni boisson glacée, une coupure de courant ayant lieu au moment même. Premier contact avec les déboires électriques du pays… au passage nous nous rendons compte qu’en effet … il n’y a pas de lumière !

Une fois rassasiés, nous partons, cette fois-ci, vraiment à la découverte de la ville en se baladant dans les rues. Nous sommes étonnés de voir que cette ville nous rappelle étrangement la Chine et l’Inde. Tout au long de notre voyage nos impressions se confirmeront. La Birmanie est au carrefour de ces cultures ainsi que de la culture thaï.

Les visages, les odeurs, les vendeurs de rues, la nourriture est un étrange mélange de ces 3 cultures et viennent s’ajouter et se mélanger à la culture birmane.

Nous découvrons de beaux bâtiments coloniaux laissés à l’abandon, des marchés typiques. Emmanuel marche un peu vite devant Anaïs et Servane, une dame l’arrête et lui indique où elles sont. Premier contact avec la gentillesse birmane, les gens nous arrêterons souvent pensant que nous allons nous perdre les uns les autres et nous indiquer où se trouve le retardataire.
Après notre première étape de change à l’hôtel, nous voulons en changer un peu plus par précaution, et avons affaire à des filous qui comptent l’argent devant nous à toute vitesse. Nous recomptons l’argent, il manque 30% de la somme annoncée, ils reprennent les billets et se remettent à compter, nous recomptons à nouveau et il manque toujours de l’argent. Comprenant l’arnaque nous ne nous attardons pas, surtout que nos interlocuteurs ayant saisis qu’on ne se laisserait pas avoir, nous disent que la police nous regarde et que nous devons arrêter la transaction.

Nous filons ensuite à la Shwegadon Pagoda, le centre religieux de Yangoon, le plus bel édifice de la ville et aussi sans doute la plus belle pagode du monde. Elle est immense et tout en or. Nous nous baladons entre les petits templions qui l’accompagnent et découvrons le lieu. Nous décidons à la fin de la visite d’y retourner plus tard, un autre jour mais pour le couché du soleil où, paraît-il, l’activité au sein de la pagode est encore plus intense.

Anaïs renoue avec le succès quand des birmans lui demandent si elle veut bien être prise en photo avec eux. Et pour Servane, c’est le début du succès qui se plie de bons gré, mais un peu étonnée, aux paparazzades.

Tout d’un coup, nous voyons une armée de femmes à balai, avec quelques lieutenants chefs (hommes cela va de soi). En cadence ces femmes balaient le parvis de la pagode, où tout le monde se doit d’être pied nus.

Nous rejoignons ensuite au pas de course, notre agence de bus pour partir pour Mandalay. Un pick up nous attend pour rejoindre la gare de bus, nous découvrons alors la ville en voiture, où toutes les voitures semblent sortis des années 70. Chose étrange, le volant est à droite en Birmanie mais l’on conduit à droite ! Un dirigeant à un jour consulté son astrologue qui lui a indiqué que la droite était son côté « de la chance» , hop hop tout le monde change de voie … (ou l’inverse, on ne sait plus !)
A notre grande surprise notre bus est relativement neuf et plutôt grand confort. Nous sommes un peu étonnés de voir tous les birmans avec des bonnets et des couvertures mais nous comprendrons vite notre malheur. La climatisation est mise à 16 degrés et impossible de faire changer la température au chauffeur de bus, nous avons payé la climatisation, nous aurons la climatisation nous explique-t-il… et une angine aussi… mais il ne comprend pas la blague.

Nous passons donc la nuit à moitié frigorifiés… En chemin, nous nous arrêtons au milieu de nulle part pour diner, nous avons des provisions françaises que nous a apportés Servane: fromage, saucisson, pain et gâteaux bonne maman en dessert. Nous nous régalons (dans le noir sur un banc)!
Nous repartons et faisons connaissance avec la deuxième particularité du bus birman: le KARAOKE! On écrit en majuscule, parce que le KARAOKE ça s’écoute à fond dans le bus, même à 4 heures du matin!
Nous découvrons donc plein de chanteurs birmans, qui nous accompagneront jusqu’au bout de la nuit (comme le froid).

source et photos http://www.notretourdumonde.fr/la-tres-secrete-birmanie-et-notre-arrivee-a-yangoon/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum