A Bali, l'école qui apprend à consommer sans polluer ni gaspiller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A Bali, l'école qui apprend à consommer sans polluer ni gaspiller

Message  Admin le Mer 1 Sep 2010 - 10:58



En parcourant le campus de la Green School, une école internationale située à Sibang Kaja sur l'île de Bali en Indonésie, on croirait explorer un repaire de naufragés. Au coeur d'une nature luxuriante, les bâtiments sont construits en bambou, brique et boue séchée, les allées sont tracées avec des galets, le mobilier est en bois sculpté et des voiles de bateaux font parfois office de fenêtres dans les classes. Il y a aussi des rizières en terrasse, quelques ruches, des buffles derrière des enclos en manioc ou encore des cultures de tomates, concombres, palmiers à sucre et cacaoyers.

Dans cet établissement scolaire écologique, on vous accueillera même avec un verre d'eau fraîche, tirée directement du puits. "On ne veut être dépendants de rien, confie John Hardy, un ex-joaillier canadien, fondateur de cette école pilote inaugurée à la rentrée 2008. On boit notre eau, on sert nos récoltes à la cantine, on produit notre électricité et on bâtit selon les principes du développement durable."

Dans ce décor digne de Robinson Crusoé, cent vingt élèves, âgés de 3 à 14 ans, sont sensibilisés à la protection de la planète. Outre un enseignement classique, reconnu par l'université britannique de Cambridge, la plupart des cours abordent les problématiques liées à la préservation de l'environnement. Les enfants sont ainsi éveillés très tôt à la pratique de l'agriculture biologique, du recyclage, ou aux modes de transports doux.

"On souhaite former une génération de citoyens responsables, capables d'agir durablement pour la planète. On leur apprend à consommer équitablement, à économiser l'énergie, à jardiner et profiter des bénéfices de la terre, sans polluer ni gaspiller", poursuit M. Hardy.

Ce matin-là, le cours de sciences se déroule sur les bords de la rivière Ayung, en contrebas du campus. On y expérimente la nouvelle microcentrale hydroélectrique censée alimenter l'école en courant, en plus des panneaux solaires déjà existants. "Comment ça marche ? Quelle puissance elle va produire ? C'est avec ça que fonctionnent nos ordinateurs !" Les élèves, intrigués mais pas déconnectés du monde moderne, s'interrogent sur ces solutions d'énergies renouvelables. "On leur fait découvrir ces alternatives au pétrole afin qu'ils comprennent qu'elles sont devenues nécessaires pour ne pas épuiser nos ressources", indique M. Hardy.

LE BAMBOU RÈGNE EN MAÎTRE

Fin du cours. Dans une autre classe, on cogite pour trouver de nouvelles applications au bambou. Il règne ici en maître. Des kilomètres de cette plante ont servi à la construction de l'école, ainsi qu'à la fabrication des chaises, bureaux, casiers, tableaux noirs et même paniers de basket. Choisi en raison de son abondance en Indonésie - le campus a sa propre pépinière de 15 000 plants pour lutter contre la déforestation -, le bambou peut stocker d'importantes quantités de dioxyde de carbone (CO2).

"On a limité l'utilisation du ciment, du béton et des plastiques à cause de leurs impacts sur l'environnement. 99 % du campus est conçu à partir de matériaux naturels, à faible émission de carbone, récupérés sur l'île", explique M. Hardy, qui a inscrit au programme un cours de recherches sur les "méthodes de séquestration du CO2".

D'autres écoles vertes pourraient bientôt voir le jour en Inde, en Chine ou au Vietnam avec cette même devise : "Choisis ton futur". "Il faut agir vite, interpelle Louis, un élève belge de 13 ans. On doit changer nos comportements, penser développement durable et recyclage. Sans ça, la planète court un grand danger."

source http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/08/31/a-bali-l-ecole-qui-apprend-a-consommer-sans-polluer-ni-gaspiller_1404799_3244.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Bali, l'école qui apprend à consommer sans polluer ni gaspiller

Message  asiaonly le Mer 1 Sep 2010 - 17:23

Belle initiative... L'année passée on a fait un tour sur la plage de Kuta (la plus touristique de l'ile)
IMOPOSSIBLE...de mettre un pied dans l'eau sans qu'un truc en plastique dégueulasse ne vienne s'enrouler autour de votre jambe... Je vous jure que ke n'exagère même pas... c'est un véritable décharge... et ce qui me troue le Q, c'est que ca n'a l'air de déranger personne...pleins de blaireaux en maillot de bain baignent joyeusement et en famille dans cette soupe... Tout ca pour ne pas être trop éloigné du McDo
avatar
asiaonly
Admin

Localisation : sawiselèèèène
Messages : 1294
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Bali surexploité ?

Message  Admin le Jeu 2 Sep 2010 - 9:45

traduction imparfaite mais parfaitement compréhensible !


La réponse à la question ci-dessus est un oui retentissant. Oui, Bali est certainement, et mal, surexploités. Il suffit de regard sur les données ci-dessous pour être convaincu que c'est l'état actuel des choses il ya:
Bali l'année dernière avait 5,75 millions de touristes étrangers et nationaux, qui est presque le double de la population de l'île de 3,9 millions (la population idéale basée sur la capacité de support de l'environnement est de 1,5 millions d'euros).
Parmi ces 3,9 millions «d'habitants», le nombre de migrants de Java, Lombok et d'autres parties de l'Indonésie a connu une croissance rapide ces dernières années et est actuellement d'environ 400.000 personnes, rendant la population indigène seulement 89,7 pour cent de la locale "habitants".
Tous Bali de 48 plages ont subi l'érosion aiguë, si bien que sa côte a perdu 181,7 kilomètres de terres de cette dernière décennie, ce qui équivaut à 41,5 pour cent du total du littoral de l'île.
En une seule année, en 2008, les données satellitaires montrent que Bali a perdu 88,6 km de ses plages, due principalement à la méconnaissance massive de zonage et des lois littoral.
Cette dernière décennie, la température moyenne à Bali est passée de 28 à 30 degrés Celsius à 33. Ceci est causé principalement par une augmentation de la densité de la population.
Le nombre de chambres d'hôtel, sauf ceux de la multiplication rapide des complexes villa, a grimpé de
à 78,000 alors que le nombre optimum est 22.000, comme l'indique le sondage commandé par le gouvernement.
Une chambre d'hôtel consomme en moyenne 300 litres d'eau par jour. Avec 78.000 chambres, cela équivaut à au moins 23.400.000 de litres d'eau précieuse utilisés quotidiennement par l'industrie du tourisme.
Le résultat est une pénurie massive d'eau dans diverses parties de Bali et de l'infiltration d'eau de mer pénétrant aiguë par voie, avec des niveaux des mers de 50 centimètres dans la plupart des zones côtières à Bali.
Massive l'exploitation forestière illégale qui se passe dans les forêts de l'Ouest de Bali, mettant en péril de l'île quelques parcs nationaux. Depuis 1983, Bali a perdu 25.000 hectares de ses forêts, ce qui indique une réduction drastique d'un cinquième de ses réserves forestières dans un délai de 20 ans.
la fierté de l'île, le tigre de Bali (Panthera tigris Balica) est désormais éteint et sera bientôt suivie par son oiseau rare, l'étourneau de Bali (Leucopsar rothschildi) dont seulement quelques dizaines restent actuellement.
les embouteillages autour du horloges sont maintenant un phénomène quotidien dans la plupart des régions de Bali, en particulier à travers les régences de Badung, Gianyar, Tabanan, Buleleng et la route principale près de la totalité de l'île.
Bali a perdu en moyenne 1.500 hectares de terres agricoles riches par an à l'industrie touristique au cours des 30 dernières années. Considérant la masse de Bali petite terre, c'est un changement énorme aliénation.
La situation est particulièrement critique car l'agriculture est la base de la culture de Bali et de la terre est considérée comme
sacré par les insulaires. A chaque transaction foncière, les temples, mode de vie communautaire, les cérémonies et les rituels des Balinais qui ont vécu sur des terres qui disparaissent d'un seul coup.
A sa place est un hôtel, un centre commercial ou restaurant tous les jours dégage une façon exotique de la vie, rapide remplacer la culture autochtones.
Alors que les érosions biodiversité sont causées par une surutilisation des ressources naturelles due à un afflux de touristes et les changements de mode de vie sont assez graves, l'érosion culturelle causée par les aliénations des terres sont plus critiques, car elles conduisent à l'extinction rapide de la coutume de Bali, la tradition et de l'identité.
Pourquoi une telle calamité arrivé à Bali? La réponse se trouve dans le gouvernement, tant au niveau central et provincial, en collaboration avec overfocus de l'industrie touristique de Bali.
Cela a son origine dans le milieu des années 1970, lorsque l'Indonésie, à court de liquidités, a décidé de financer son programme de développement grâce au tourisme. Bali, le monde étant déjà bien connue, est devenue la cible privilégiée vache à lait.
Depuis, peu a changé. Cette surexploitation de Bali n'est pas seulement éroder le patrimoine bioculturel de l'île, mais a tendance à inhiber le développement de l'Indonésie de nombreux autres sites touristiques magnifiques.
Prenez, par exemple, le temple Borobudur, le site mondial de l'UNESCO du patrimoine reconnu attiré que 85.000 visiteurs l'an dernier, comparativement à plus de 1 million pour le temple d'Angkor Watt similaires au Cambodge.
Une autre icône, Toraja, connue pour sa culture ethnique unique, n'a pu attirer 5.000 touristes en 2009.
Cela vaut également pour Bunaken, célèbre pour sa mer de classe mondiale formations de corail, qui a une moyenne de seulement 10.000 visiteurs par an par rapport à Pattaya en Thaïlande, avec 4,5 millions de touristes chaque année.
Faut-il s'étonner alors que l'Indonésie, avec ses innombrables trésors diverses, ne peuvent attirer 6,4 millions de touristes en 2009, une fraction de Singapour les 10 millions, Thaïlande 15 millions et la Malaisie 22 millions de visiteurs pour cette même période?
Pour enregistrer Bali de l'érosion rapide de plus loin et, en même temps, développer les autres sites touristiques prometteurs dans tout l'archipel, le gouvernement doit faire des programmes de réhabilitation rapide rendement.
Cela peut être fait en choisissant une sélection de sites touristiques gain rapide qui ont besoin seulement d'une rénovation peu pour la floraison.
Ces exemples sont les Borobudur, Bunaken et Toraja, qui n'ont besoin que de petites infrastructures touche pour en faire des attractions touristiques de classe mondiale, comme ils ont déjà la réputation internationale de le faire.
Dans le même temps, le gouvernement doit présenter une déclaration pertinente image de marque comme outil de marketing national pour encourager le bon type de touristes à venir visiter l'Indonésie.
Le bon type de visiteurs admireront la culture de la terre et créer un effet de spirale vers le haut de touristes similaires à venir, provoquant plus d'admiration pour le patrimoine local.
Il est grand temps qu'une telle démarche soit faite par le gouvernement pour favoriser les attractions touristiques plus à l'échelle nationale et sauvegarder le patrimoine bioculturel de Bali, qui est sur le point de perdre son identité à soi.

source http://www.thejakartapost.com/news/2010/09/02/is-bali-overexploited.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Bali, l'école qui apprend à consommer sans polluer ni gaspiller

Message  Admin le Mar 12 Oct 2010 - 7:25

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: A Bali, l'école qui apprend à consommer sans polluer ni gaspiller

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum