La météo et de nouvelle habitudes alimentaires font flamber les prix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La météo et de nouvelle habitudes alimentaires font flamber les prix

Message  Admin le Mer 15 Sep 2010 - 16:51

SINGAPOUR — Des millions d'Asiatiques dépensent plus cette année pour nourrir leur famille en raison des inondations, de la sécheresse mais aussi de leurs nouvelles habitudes alimentaires qui vont continuer à faire augmenter les prix, préviennent des experts.

La situation est moins grave qu'en 2008, lorsque qu'un bond des prix des produits alimentaires avait provoqué des émeutes dans les régions les plus pauvres.
Mais "la tendance est vraiment orientée à la hausse même si on ne va pas retrouver le choc de 2008", estime Shikha Jha, économiste à la Banque asiatique de développement (BAD) basée à Manille.

La situation des prix alimentaires dans le monde sera débattue lors d'une réunion organisée par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à Rome le 24 septembre.

L'indice des prix calculé par la FAO a atteint en août son plus haut niveau depuis septembre 2008, en raison notamment de l'embargo de la Russie sur ses exportations de céréales décrété après les graves incendies de l'été.

En Asie, le continent le plus peuplé du monde, l'augmentation est également liée à la météo capricieuse, à la réduction de la surface des terres cultivables en raison de l'urbanisation et à la demande croissante pour une nutrition à l'occidentale parmi les classes les plus aisées.

"Nous tablons sur plusieurs années de hausse en raison de la demande en provenance des pays en développement, dotés d'une forte population et où les habitudes alimentaires évoluent vers un régime plus calorique", écrivent les économistes de Nomura dans une note.

Ce sont les consommateurs les plus pauvres des pays asiatiques qui souffriront le plus de la hausse des prix, avertit Kevin Grice, économiste chez Capital Economics à Londres.

L'exemple est donné cette année par le Pakistan où les inondations exceptionnelles de cet été ont détruit 80% des réserves et des semences de blé dans les provinces agricoles du Sind et du Pendjab. L'inflation a bondi de 20%, principalement en raison des prix alimentaires, selon le gouvernement.
Outre le Pakistan, "les pays les plus vulnérables sont sans doute la Thaïlande, l'Inde et les Philippines", estime M. Grice.

En Inde, les prix alimentaires, qui avaient flambé de presque 18% en 2009 à la suite de la pire mousson en trente ans, affichaient une hausse de 11% à la fin août par rapport à la même période de l'année précédente.

La météo est mise en cause aux Philippines pour l'envolée des prix, notamment du sucre. "Les régions qui ont besoin d'eau pour l'irrigation n'en ont pas reçue et celles qui n'en ont pas besoin ont été inondées", se lamente Roberto Amore de la Chambre de commerce et d'industrie.

De graves inondations ont également endommagé les cultures en Chine et provoqué une hausse des prix des produits alimentaires de 6,8% en juillet par rapport à l'année précédente. La hausse atteignait 22,3% pour les légumes et 11,8% pour les céréales.

En Malaisie, le gouvernement a introduit un système de contrôle des prix sur 18 produits, dont le poulet, les oeufs, certains légumes et le poisson. Mais les consommateurs se plaignent de sa faible efficacité.

En Indonésie, troisième pays asiatique le plus peuplé après la Chine et l'Inde, une appréciation de la roupie a jusqu'ici protégé les ménagères de la hausse des prix. Mais si le mouvement s'inverse, "cela deviendra un problème ici", prévient Gifar Indra Sakti, analyste chez Sucorinvest Central Gani.

source AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum