Le football birman ne fait plus recette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le football birman ne fait plus recette

Message  thanaka le Ven 24 Juin 2011 - 16:24

Lorsque le dictateur birman Than Shwe s'est intéressé au football, son petit-fils a rêvé qu'il lui offre Manchester United. Il doit se contenter d'un championnat birman famélique, de joueurs sans talent et de stades vides.
Le spectacle n'est pas brillant en ce dimanche à Rangoun, où le FC Manaw Myay accueille l'équipe de Naypyidaw, la capitale. Comme bien d'autres, la formation originaire de l'Etat Kachin joue à des centaines de kilomètres de chez elle.
La pauvreté, les moyens de transports indigents et les restrictions de déplacements imposés par des décennies de guerre civile empêcheraient les supporters de parcourir le pays pour assister aux matches. Alors la plupart des rencontres ont lieu à Rangoun.
Et parmi les fans du FC Manaw Myay interrogés par l'AFP, aucun ne vient de l'Etat Kachin. Ce qui ne les empêchent pas de hurler leur colère après une cuisante défaite (7-2), sous le regard de policiers quasiment plus nombreux qu'eux.
"En 2009, il y avait foule, maintenant, il y en a moitié moins", reconnaît sous couvert de l'anonymat un manager de club de la ligue, créée de toute pièce il y a deux ans par Than Shwe, homme fort d'une junte désormais dissoute.
Son petit-fils voulait rien moins que Manchester United, selon des télégrammes diplomatiques américains publiés par le site Wikileaks. Mais Than Shwe s'est douté que dépenser un milliard de dollars pour le champion anglais ferait "mauvais effet" dans un pays englué dans la pauvreté.
Il a donc intimé l'ordre à des chefs d'entreprises de créer des équipes professionnelles, contre des mines de pierres précieuses ou divers contrats, selon la même source.
Les places pour les matches sont vendues un dollar, la moitié du salaire journalier moyen. Et après un début plutôt réussi, le championnat peine à attirer les spectateurs, qui préfèrent s'enthousiasmer pour les clubs européens à la télévision.
"Il y a peut-être cinq ou dix bons joueurs en Birmanie", déplore le manager. Et le rafraîchissement des infrastructures et les hausses de salaires des joueurs mettront du temps à produire des résultats.
Les passionnés n'ont plus que leurs larmes pour pleurer et se souvenir de la grandeur passée de l'équipe nationale, qui avait remporté cinq fois de suite les Jeux d'Asie du Sud-Est, entre 1965 et 1973. Après un demi-siècle de dictature militaire, la sélection birmane pointe à la 167e place du classement mondial de la Fifa.
A la grande époque, le pays "n'avait pas cette pauvreté, ce fardeau d'être une dictature", estime Andrew Marshall, auteur d'un livre sur le foot et la politique en Birmanie.
Aujourd'hui, "les meilleurs ne parviennent pas au sommet parce que le système est corrompu et inéquitable" ajoute-t-il, en évoquant un foot "assez symbolique d'un pays où il y a énormément de talent (...) qui n'est jamais utilisé".
Pire. L'argent aujourd'hui injecté n'est pas forcément propre. Les propriétaires de plusieurs clubs, dont certains sont liés au blanchiment d'argent et au trafic d'armes, sont sur la liste des sanctions occidentales.
Les efforts du président de la Fifa Sepp Blatter, venu inaugurer en mars une académie du football, ont donc logiquement fait polémique. L'organisation a été accusée d'avoir versé des subventions via une entreprise frappée par les sanctions internationales. Ce qu'elle a démenti.
Mais il faudra attendre pour que le foot birman sorte de l'anonymat.
"Ce qu'ils doivent prouver, c'est qu'ils disposent d'un produit que les Birmans veulent regarder. Et pour faire ça, il faudra plus qu'un ou deux super clubs tenus par des affidés de la junte", souligne Andrew Marshall.
En attendant, les clubs attirent le chaland comme ils peuvent. Le nouveau ministre des Sports Tint San, propriétaire du FC Naypyidaw, fournirait ainsi des billets moins chers aux employés de ses entreprises, selon le manager anonyme

AFP - Alex DELAMARE
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Myanmar en quête de renaissance

Message  Admin le Mar 23 Oct 2012 - 9:47

Le Myanmar fait incontestablement partie des cendrillons de la planète foot. Il n'a jamais disputé la Coupe du Monde de la FIFA™, ne s'est qualifié qu'une seule fois pour la Coupe d'Asie de l'AFC, a récemment enchaîné une peu glorieuse série de 11 matches sans victoire, a dégringolé à la 184ème place du Classement Mondial FIFA/Coca-Cola et ne compte aucun joueur évoluant dans un championnat étranger.

Cet état des lieux contraste nettement avec l'époque dorée du Myanmar, entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1970. Le pays alors appelé Birmanie est la force dominante de l'Asie du Sud-est. Victorieux des Jeux Asiatiques en 1966 et 1970, les Birmans réussissent la prouesse de conquérir les Jeux du Sud-est asiatique cinq fois consécutives à compter de 1965.
Après s'être aisément qualifiés pour la Coupe d'Asie de l'AFC 1968 en battant l'Inde, le Cambodge et le Pakistan sans concéder le moindre but, les Anges Blancs font sensation en Iran. Grâce à un superbe but de Pu Ba, ils battent Israël, avant que le même Pu Ba et Yeni Yat ne leur offrent un succès 2:0 face à Hong Kong. Ils s'inclineront finalement 3:1 face au pays hôte à Téhéran, devant se contenter de la deuxième marche du podium.

À la tête de la sélection au cours de cette période faste, Sein Hlaing s'est vu remettre l'Ordre du Mérite de la FIFA en 2004 en reconnaissance de ces résultats exceptionnels. L'ancien ailier est rejoint en 1972 par Bert Trautmann, légendaire gardien qui avait contribué à la victoire de Manchester City lors de la finale de la FA Cup 1956 malgré une fracture d'un os du cou. Riche de l'apport de l'Allemand, la sélection birmane se qualifie pour le Tournoi Olympique de Football de Munich 1972, où elle concède deux honorables défaites 1:0 face à l'Union Soviétique et au Mexique, avant de terminer son parcours en beauté par une victoire 2:0 face au Soudan. Ce jour-là, Soe Than et Aung Moe Thin signent les buts birmans, tandis que le portier Aung Tin et le patron de la défense Win Nyunt Myo se distinguent par leurs prestations sécurisantes sur la pelouse allemande.

Le départ de Trautmann en 1974 enclenche le début d'un déclin progressif. En raison de problèmes politiques, le pays ne va que rarement participer aux qualifications pour les compétitions majeures et chaque tentative se soldera par un échec. En février 2010, la défaite 3:0 face au Tadjikistan ouvre une terrible série de 11 matches sans victoire notamment marquée par une fessée 7:1 face au Vietnam ce mois d'août. Cette spirale négative a entraîné le Myanmar vers sa pire place au Classement Mondial FIFA/Coca-Cola : 184ème.

Après la pluie, le beau temps
En octobre 2012, sous les ordres de Park Sung-Hwa, auteur de 28 buts en 92 sélections pour la République de Corée, le Myanmar a redonné du baume au cœur de ses supporters. Quand la sélection s'engage dans le tournoi de qualification à cinq équipes pour la Coupe de l'AFF, personne ne la voit décrocher l'un des deux billets pour la phase finale. Pourtant, une superbe volée du jeune ailier Yan Aung Win leur offre une victoire face à Brunei, avant qu'un doublé opportuniste du joeur de poche Kyi Lin n'assure un succès 2:1 contre le Timor Oriental. Les Anges Blancs se sont ensuite assuré leur présence à la Coupe de l'AFF de novembre en disposant du Cambodge 3:0. Pour terminer, leur nul vierge avec le Laos leur a offert la première place de la poule.

L'équipe nationale du Myanmar n'est pas la seule à mieux se porter. Fondée en 1947, la fédération (MFF) a créé la Myanmar National League en 2009. Celle-ci a remplacé la Myanmar Premier League, qui concernait uniquement des clubs de Yangon, et implique désormais des formations de tout le pays, pour le plus grand plaisir d'un peuple passionné de ballon rond. Le succès de cette compétition a été tel qu'elle est passée de huit à 14 clubs. Et ce n'est pas tout puisque l'introduction d'une deuxième division et d'un système de promotion-relégation est envisagée pour la saison 2014.

Dans deux ans, les amateurs de foot du Myanmar suivront la Coupe du Monde de la FIFA™ en spectateurs neutres. La sélection n'a fait ses débuts dans les qualifications mondialistes que lors de la campagne pour Afrique du Sud 2010. À son deuxième essai, elle a battu la Mongolie sur deux manches et atteint le deuxième tour des qualifications de la zone Asie pour Brésil 2014. Malgré la défaite contre Oman à ce stade, il y a bon espoir que le Myanmar devienne vite un sérieux prétendant à la qualification pour l'épreuve suprême. Grâce aux efforts sans relâche de la MFF et au soutien imminent de la FIFA, il ne fait aucun doute que cet espoir ne cessera de grandir.

http://fr.fifa.com/worldfootball/news/newsid=1788369.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Birmanie : couacs dans les préparatifs des Jeux asiatiques

Message  Admin le Sam 26 Jan 2013 - 9:39

Les autorités birmanes ont décidé de retirer cinq disciplines sportives. Les hôteliers se plaignent quant à eux de règles qui leur sont imposées.

La Birmanie s’apprête à accueillir le plus gros événement sportif jamais organisé sur son sol depuis près d’un demi-siècle. Les Jeux du Sud-Est asiatique (SEA Games) se tiendront à Naypyidaw du 11 au 20 décembre. Et, selon le site de Channel News Asia, les préparatifs vont bon train. La construction, débutée voilà trois ans, d’un stade dans la capitale d’une capacité de 30.000 spectateurs est d’ores et déjà bien avancée. Des milliers d’ouvriers s’y attèlent 18 heures par jour. Non loin, une piscine et un complexe indoor sont eux aussi en passe d’être terminés. D’autres infrastructures sportives sont également érigées à Rangoon et Mandalay, deux autres villes hôtes des 27e SEA Games.

Mais si les autorités ne ménagent pas leur peine pour que ce rendez-vous soit couronné de succès, leur choix de supprimer cinq disciplines (tennis, tennis de table, badminton, gymnastique et hockey sur gazon) de la compétition a déclenché une levée de boucliers, écrit le Nation de Bangkok. Les autres pays participants protesteront officiellement contre cette décision le 27 janvier lors d’une assemblée de la Fédération des SEA Games. La Thaïlande a été une des premières à monter au créneau, indique Charoen Wattanasin, vice-président du Comité olympique de Thaïlande. «Singapour a également adressé un courrier pressant le Myanmar de revenir sur sa décision», explique l’officiel.

Le mécontentement grossit aussi chez les hôteliers des quatre villes (Rangoon, Mandalay, Naypyidaw et Ngwe Saung) qui accueilleront des compétitions. Les organisateurs des Jeux leur imposent en effet de réserver des chambres à bas prix pour les athlètes et officiels, rapporte le Myanmar Times. Or, se plaignent-ils, ce sera la haute saison touristique. Des instructions auraient ainsi été données à plusieurs établissements tandis que ceux qui n’ont pas été précisément informés sont tenus de mettre un tiers de leurs chambres à la disposition des Jeux. Ils pourraient aussi devoir fournir gratuitement des repas. «Le ministère ne peut pas nous donner de tels ordres car nous sommes des commerces privés, explique un des hôteliers. Je garderai autant de chambres que je peux mais c’est impossible d’en réserver 30% pendant la saison haute. Je déciderai du nombre ce qui me semble raisonnable…»

http://asie-info.fr/2013/01/26/birmanie-couacs-dans-les-preparatifs-des-jeux-asiatiques-516521.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le football birman ne fait plus recette

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum