Un nouveau gazoduc birman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un nouveau gazoduc birman

Message  Admin le Jeu 8 Sep 2011 - 6:28

La construction d'un gigantesque gazoduc à travers la Birmanie suscite une vive polémique. 30.000 personnes, vivant sur son parcours, pourraient être déplacées de force. Robin Cornet.

4.000 Km de pipeline reliant la côte ouest de la Birmanie à la frontière chinoise (au nord). Un chantier d'un milliard et demi de dollars, financé par la Chine, avec l'appui du groupe coréen Daewoo et d'investisseurs indiens. Les canaux souterrains permettront d'acheminer vers la Chine du gaz provenant d'importants forages offshores birmans et également du pétrole venant d'Afrique et du Moyen Orient. C'est un projet stratégique pour la Chine, qui à lui seul, justifie l'attitude bienveillante de Pékin à l'égard de la dictature birmane (on sait que la Chine n'est jamais très encline à faire pression sur Rangoon). Le chantier a été discrètement lancé en juin. Et les associations d'exilés birmans dénoncent les conséquences des projets. Sur la côte, des pêcheurs interdits dans certains secteurs, poussés à déménager. Des récifs de coraux endommagés la percée d'une voie à la dynamite. Dans les terres, au moins 8.000 riverains du pipeline auraient été déplacés de force et relogés dans d'autres zones. Mais les expropriations pourraient pousser des dizaines de milliers de personnes à l'exil, privés des terres nécessaires pour les cultures et l'élevage. La compagnie chinoise paie peut-être des compensations, mais l'argent ne va pas directement à la population, affirment les activistes. Le pipeline pourrait être opérationnel en 2013. Il devrait générer un milliard de dollars par un an de revenus… pendant 30 ans. Ce serait la première source de devises étrangères pour le régime. Mais quels seront les bénéfices des communautés locales ? Et faut-il envoyer tout ce gaz en Chine alors que la Birmanie elle-même, fait face à de nombreuses pénuries d'énergie. C'est ce que se demande une association d'opposants basée à Bangkok. Elle met aussi en garde contre les risques de conflit avec certaines communautés. Il faut dire que le gazoduc longe au moins deux régions sensibles. Celle de Kachin notamment, où opère un mouvement séparatiste. Les autorités de Rangoon lui attribuent de récentes vagues d'attaques à l'explosif, menées au printemps et cet été dans plusieurs villes. "Il y a un risque élevé de conflit, prévient l'organisation, et cela pourrait perturber les futurs livraisons vers la Chine". Le risque ne doit pas être complètement exagéré, car selon les informations des agences de presse, quelques 6.000 soldats birmans auraient été mobilisés pour assurer la sécurité du chantier et prévenir les mouvements de protestation.

http://www.rtbf.be/info/emissions/article_histoire-du-monde-gazoduc-birman?id=6715883
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum