Coca-Cola fait son retour !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coca-Cola fait son retour !

Message  Admin le Ven 15 Juin 2012 - 5:59

Coca-Cola a annoncé hier son retour en Birmanie après plus de 60 ans d'absence à la suite de l'allègement des sanctions américains contre le gouvernement birman, ne laissant plus que Cuba et la Corée du Nord à l'écart de la célèbre boisson gazeuse.

La compagnie américaine a indiqué que les livraisons vers la Birmanie se feraient dans un premier temps depuis des pays voisins, avant que ne soient trouvés des partenaires locaux. Le géant des bulles projette de faire des "investissements significatifs" en Birmanie au cours des trois à cinq prochaines années. "Coca-Cola s'est toujours rangé du côté de l'optimisme dans les périodes de changement et de progrès à travers le monde", a déclaré dans un communiqué le patron du groupe, Muhtar Kent.

L'entreprise a assuré que son activité en Birmanie respecterait l'éthique, les droits de l'homme et que la distribution de ses boissons se ferait sans pots-de-vin. En outre, la fondation Coca-Cola a annoncé une subvention de 3 millions de dollars pour soutenir l'emploi des femmes en Birmanie. Coca-Cola était absent du pays depuis plus de soixante ans. La junte militaire avait pris le contrôle du pays en 1962.

Le gouvernement birman, qui a succédé à la junte en mars 2011 mais demeure contrôlé par les militaires, a multiplié les signes d'ouverture et permis des progrès en matière de droits de l'homme et de démocratie, poussant les Etats-Unis à alléger les sanctions contre ce pays, notamment en ce qui concerne les investissements.

http://www.lefigaro.fr/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

PepsiCo de retour en Birmanie

Message  Admin le Jeu 9 Aoû 2012 - 22:02

L'entreprise américaine PepsiCo a annoncé aujourd'hui qu'elle allait de nouveau distribuer ses boissons en Birmanie grâce à un accord conclu avec la société Diamond Star, une première depuis 1997 selon un communiqué du groupe.

"PepsiCo a un marché solide et qui continue de croître dans plus de 200 pays et territoires dans le monde, et nous cherchons en permanence de nouveaux débouchés qui pourront mettre nos snacks et nos boissons dans les mains de davantage de consommateurs", a indiqué la patronne du groupe Indra Nooyi, qui voit dans la Birmanie un marché alléchant.

L'accord exclusif avec le distributeur birman Diamond Star permettra à celui-ci d'importer et de vendre les produits des marques Pepsi-Cola, 7-Up et Mirinda (jus de fruit), précise le groupe américain, qui s'intéresse aussi de près au potentiel agricole du pays et à d'éventuels investissements dans ce domaine ainsi que dans l'industrie manufacturière locale.

La dernière fois que le géant de l'alimentaire avait fait du commerce en Birmanie remonte à 1997, il y a 15 ans.

http://www.lefigaro.fr/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coca-Cola fait son retour !

Message  asiaonly le Ven 10 Aoû 2012 - 1:07

Mais que fait McDo ???
Les petits Birmans ont eux aussi le droit de consommer de las merdas américainas... et de devenir obèses...
C'est ça la démocratie...?
Junta 1
Coca Zero


Dernière édition par asiaonly le Mar 15 Jan 2013 - 22:53, édité 1 fois
avatar
asiaonly
Admin

Localisation : sawiselèèèène
Messages : 1294
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

La Birmanie va découvrir Titanic sur grand écran, 15 ans après sa sortie

Message  Admin le Mar 14 Aoû 2012 - 22:01

Titanic 3D sera le premier film US projeté en Birmanie depuis « des décennies », d’après la 20th Century Fox qui vient de faire un deal pour y distribuer le film de James Cameron.

Titanic 3D va enfin être distribué en Birmanie, nous apprend The Hollywood Reporter. Les Birmans découvriront le film sur grand écran pour la première fois, car aussi surprenant que cela puisse paraître, le film n’était pas sorti en Birmanie en 1997. Le pays est en effet sous la coupe d’une dictature militaire depuis 1962, et encore durci en 1988 avec l’arrivée de la junte au pouvoir, dirigeant le pays d’une main de fer et responsable de l’emprisonnement de la mondialement célèbre Aung San Suu Kyi de 1989 à 2010 (son biopic, The Lady, réalisé par Luc Besson est récemment sorti en DVD). La libération en novembre 2010 de l’opposante et prix Nobel de la paix ainsi que la tenue d'élections législatives en avril dernier semble indiquer qu’un vent de réformes se lève doucement en Birmanie, et que le pays commence à s’ouvrir au reste du monde.

La preuve : le studio hollywoodien 20th Century Fox vient en effet de signer un deal pour y diffuser ses films avec Mingalar, le plus gros distributeur de films birman, firme fondée en 1995 et qui contrôle 80% du marché local. Le premier titre de la Fox sera donc la conversion en relief du deuxième plus gros succès du cinéma de tous les temps sorti en décembre 1997 aux USA : Titanic de James Cameron avec Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, son bateau qui met trois heures à couler et son générique où le cœur de Céline Dion will go on.

La communiqué de la Fox se félicite également que Titanic 3D soit le premier film hollywoodien à être distribué officiellement sur grand écran depuis « des décennies » (sic) en Birmanie : il faudra leur faire confiance sur ce coup-là, mais c’est assez crédible. Difficile d’imaginer une dictature marxiste projeter des blockbusters impérialistes à tout va. Même il s’agit du genre d’information presque impossible à vérifier en Asie du Sud-Est, paradis du piratage des films...

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/La-Birmanie-va-decouvrir-Titanic-sur-grand-ecran-15-ans-apres-sa-sortie-3459920
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Visa prépare son entrée sur le marché birman

Message  Admin le Ven 17 Aoû 2012 - 5:43

NEW YORK (Etats-Unis) - Le groupe de cartes de crédit Visa prépare son entrée sur le marché birman, avec des actions de formation aux moyens de paiement électroniques auprès de banques locales prévues dans les prochains mois, indique le Wall Street Journal sur son site internet.

Nous savons d'expérience qu'il va y avoir un besoin urgent pour fournir des réseaux de distributeurs de billets et des terminaux de paiement pour les visiteurs qui vont arriver en Birmanie pour les affaires ou le tourisme - Et c'est là dessus que nous allons nous concentrer en premier, a indiqué au journal Peter Maher, responsable de Visa pour l'Asie du Sud-Est et australe.

A la faveur de l'ouverture démocratique en cours, la Birmanie devrait attirer un nombre croissant de visiteurs internationaux, qui s'attendront à trouver des distributeurs automatiques et à payer par cartes de crédit, explique le quotidien.

Actuellement il leur faut disposer de montants importants en liquide, car encore peu d'établissements acceptent les cartes internationales.

http://www.romandie.com/news/n/_Visa_prepare_son_entree_sur_le_marche_birman_16170820120541.asp
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

MasterCard fait un premier pas en Birmanie

Message  Admin le Ven 7 Sep 2012 - 5:31

RANGOUN — Le géant de la carte bancaire MasterCard a annoncé jeudi avoir signé un accord avec les autorités birmanes dans l'espoir de permettre d'ici peu les paiements électroniques dans un pays encore presque exclusivement dominé par l'argent liquide.
La licence signée avec la Co-Operative Bank de Birmanie est une première étape vers l'émission d'une carte de paiement, a expliqué la compagnie dans un communiqué, une décision rendue possible par l'allègement ces derniers mois des restrictions américaines sur les investissements en Birmanie.
L'impossibilité d'utiliser les cartes bancaires pour effectuer des paiements ou retirer du liquide est en effet le résultat des sanctions internationales imposées sur la junte.
Mais celle-ci a cédé le pouvoir en mars 2011 à un régime "civil" composé d'ex-militaires réformateurs qui ont multiplié les réformes politiques, permettant notamment l'élection comme députée de l'opposante et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.
Ce règne du liquide oblige les touristes et hommes d'affaires étrangers à se rendre en Birmanie avec de lourdes sommes. Même les hôtels les plus huppés n'acceptent pas systématiquement les cartes.
MasterCard estime que sa présence aura un "impact énorme sur le tourisme et les voyages" et sera "cruciale pour aider la Birmanie à intégrer l'économie mondiale", tout en facilitant l'intégration des 50 millions de Birmans dans le système financier.
Il existe actuellement 80 distributeurs automatiques dans le pays, dont 30% à la Co-Operative Bank. Mais leurs utilisateurs doivent disposer d'une carte émise par la banque elle-même, la Birmanie n'étant pas connectée au système bancaire international.
Le processus "prendra des mois", a reconnu Georgette Tan, du bureau de Singapour de MasterCard Worldwide. Mais "ils sont maintenant en mesure de dire désormais, nous allons le faire".

AFP
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Western Union arrive en Birmanie

Message  Admin le Lun 17 Sep 2012 - 5:39

Spécialisée dans les virements d’argent de particulier à particulier, le groupe américain a signé un accord le 11 septembre avec la Myanmar Oriental Bank (MOB).

Western Union, c’est, selon ses propres données, un chiffre d’affaires de 5,2 milliards de dollars en 2010. En 2011, 226 millions de virements transfrontaliers pour 81 milliards de dollars. 510.000 guichets disséminés dans 200 pays et territoires, dont 62.500 dans 39 pays d’Asie-Pacifique. Sur cette carte du monde, il ne lui manquait que quatre pays : l’Iran, Cuba, la Corée du Nord et la Birmanie. Depuis le 11 septembre, cette liste s’est réduite à trois.

Ce jour-là, au siège de la MOB à Rangoon, la signature d’un accord a en effet ouvert la voie au début des opérations de Western Union d’ici à la fin du mois septembre. «Nous sommes très fiers d’être en mesure d’offrir un lien financier entre les Birmans de l’étranger et leur famille restée à la maison», a déclaré Drina Yue, vice-présidente de la Western Union Asie-Pacifique, citée par l’Irrawaddy. «Notre objectif est d’étendre rapidement notre réseau et de fournir une couverture complète des pays où des millions de Birmans sont installés.»

Le contrat, signé au lendemain du retour officiel de Coca-Cola dans le pays et à la veille de l’entrée en service des premières cartes de crédit, «marque une nouvelle étape dans le processus de réformes politiques et économiques amorcé par la formation d’un gouvernement civil en mars 2011», écrit l’Irrawaddy. A ce jour, la Myanmar Oriental Bank dispose de 19 antennes à travers le pays mais prévoit d’ouvrir très prochainement de nouveaux guichets. «Western Union Vietnam nous a déjà dispensé une formation», explique Than Win, directeur général de la MOB.

L’expansion de Western Union au sein de la communauté birmane pourrait cependant prendre du temps, la plupart des Birmans étant habitués à passer par des agents, connus sous le nom de hundi, qui proposent des services meilleurs marché. Ces agents disposent de relais dans des pays abritant une large population birmane, à l’image de la Malaisie et de la Thaïlande. «Oui, je suis d’accord : Western Union est plus cher», admet Than Win. «Mais ils ont promis d’offrir des tarifs plus attractifs pour les émigrés birmans. Et un des avantages de Western Union, c’est la fiabilité pour les virements de sommes importantes.»

http://asie-info.fr/2012/09/17/western-union-arrive-en-birmanie-510022.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

NTT Com pénètre le marché birman avec une succursale

Message  Admin le Jeu 18 Oct 2012 - 9:07

TOKYO, 17 octobre 2012 /PRNewswire/ -- NTT Communications Corporation (NTT Com) a annoncé le 17 octobre que sa filiale NTT Communications (Thaïlande) Co., Ltd. avait commencé l'exploitation d'une succursale à Yangon, Birmanie. En collaboration avec des fournisseurs locaux, la succursale fournira des solutions de technologies de l'information et de la communication qui permettront à des multinationales d'étendre leurs activités de manière fiable, flexible et en toute sécurité en Birmanie.


Cette succursale est la première à être lancée en Birmanie par une société de télécommunications étrangère. Elle est dirigée par Tsuyoshi Kawashima, qui est également président de NTT Communications (Thaïlande) et directeur de ses succursales de Phnom Penh et Vientiane. La succursale est située au 1504, 15th Floor, Sakura Tower, 339, Bogyoke Aung San Road, Kyauktada Township, Yangon (tél. 951-255-032).

NTT Com fournit actuellement des solutions de technologies de l'information et de la communication, y compris en matière de cloud, de réseaux locaux et internationaux, de centres de données, de sécurité et d'intégration de systèmes, à des multinationales dans la sous-région du Grand Mékong, incluant la Birmanie.

La Birmanie présente un excellent potentiel de croissance en raison de sa main d'œuvre abondante et de ses ressources naturelles. Ce pays constitue un nouveau marché émergent, notamment depuis le retour du pouvoir civil en mars 2011.

Un grand nombre de multinationales étend ses activités dans la sous-région du Grand Mékong, soutenues par une amélioration continue de l'infrastructure dans le couloir économique Est-Ouest reliant le Vietnam, le Laos, la Thaïlande et la Birmanie, l'autoroute Kunming-Bangkok reliant la Thaïlande, le Laos, la Birmanie et la province du Yunnan de la Chine continentale et le couloir économique Sud reliant le Vietnam, le Cambodge et la Thaïlande.

Les multinationales de la sous-région du Grand Mékong établissent rapidement des systèmes de production, distribution et vente, tout en travaillant à la sécurisation de la pérennisation économique face aux catastrophes naturelles et incertitudes politiques, éléments qui renforcent la demande en matière de services des technologies de l'information et de la communication dans la région et au-delà.

Grâce à sa succursale birmane, le réseau de bureaux et de filiales de NTT Com s'étend à sept villes dans cinq pays de la sous-région du Grand Mékong et à 87 villes dans 31 pays/régions du monde.

À propos de NTT Communications Corporation Veuillez consulter www.ntt.com/index-e.html

http://www.boursereflex.com/actu/2012/10/17/ntt_com_penetre_le_marche_birman_avec_une_succursale
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

La Birmanie autorise les cartes de crédit étrangères

Message  Admin le Ven 19 Oct 2012 - 7:12

RANGOUN - La Birmanie a donné son feu vert à l'entrée en service des cartes de crédit internationales, a annoncé vendredi la presse officielle, une mesure qui va combler un manque criant dans un pays de plus en plus ouvert sur l'économie mondiale.

Visa, Mastercard, China UnionPay et le Japan Credit Bureau se sont vus accorder l'autorisation d'opérer par le ministère des Finances, a indiqué le New Light of Myanmar. Aucun calendrier n'a été annoncé.

Le département des Postes et Télécommunications et le groupe Myanmar Information Technology Co. se chargeront des aspects techniques de l'entrée de ces nouveaux acteurs financiers dans les banques locales et les distributeurs automatiques de billets, ainsi que dans les hôtels et restaurants.

Après des décennies de sanctions américaines, les cartes de crédit ne sont aujourd'hui acceptées qu'épisodiquement dans une poignée d'établissements hauts-de-gamme, obligeant les visiteurs étrangers à se rendre en Birmanie avec des enveloppes de dollars.

Mais les Etats-Unis ont suivi l'Union européenne en levant ces derniers mois la majorité des sanctions. Une décision qui intervient après l'élection en avril de l'opposante Aung San Suu Kyi au parlement, point d'orgue des profondes réformes politiques du nouveau régime, au pouvoir depuis mars 2011.

MasterCard avait annoncé début septembre avoir obtenu une licence avec la Co-Operative Bank de Birmanie.

http://www.romandie.com/news/n/_La_Birmanie_autorise_les_cartes_de_credit_etrangeres74191020120625.asp
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Birmanie: lancement d'appels d'offre dans le secteur des télécommunications

Message  Admin le Mar 15 Jan 2013 - 13:57

La Birmanie a annoncé mardi son ambition d'augmenter largement l'accès à la téléphonie et à l'internet dans un pays qui ouvre petit à petit ses portes aux investisseurs étrangers avides de concquérir un nouveau marché.

Le ministère des Télécommunications et des Technologies de l'information a lancé des appels d'offre pour deux licences de télécommunications couvrant tout le territoire, qui doivent être accordées d'ici la fin du premier semestre.

Il a précisé vouloir que des opérateurs nationaux et étrangers concourent dans un secteur clé pour la croissance d'une économie ravagée par des décennies de dictature militaire, où les les téléphones portables sont l'apanage d'une toute petite partie de la population.

Le but est de "rendre les services de télécommunications disponibles pour le public à des prix abordables, et de donner au public la possibilité de choisir", a précisé le ministère sur son site internet.

L'appel d'offre est ouvert aux entreprises étrangères parce que "leur expérience dans d'autres pays signifient qu'elles sont plus compétentes", a commenté Htay Win, ingénieur en chef au département téléphone mobile du ministère.

Les communications médiocres sont considérées comme un obstacle au développement d'un des pays les plus pauvres de la planète. Une carte sim coûte au moins 250 dollars, alors que l'internet est surtout réservé aux élites urbaines.

Cette annonce fait partie d'un plan destiné à ce que 75 à 80% des quelque 60 millions d'habitants aient le téléphone d'ici 2016, contre 10% actuellement.
Cet objectif "peut être atteint", a estimé l'analyste Sachin Gupta, de la firme de recherche en télécommunications Nomura.

Mais "étant donné le manque d'infrastructures dans le pays, cela sera une bataille difficile", a-t-il souligné.

Le gouvernement d'anciens généraux qui a succédé à la junte dissoute en mars 2011 a depuis multiplié les réformes, politiques et économiques, entraînant la levée d'une grande partie des sanctions occidentales et attisant ainsi l'apétit des entreprises étrangères.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/afp-00491590-birmanie-lancement-d-appels-d-offre-dans-le-secteur-des-telecommunications-528700.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Starbucks Rangoon

Message  Admin le Ven 25 Jan 2013 - 10:34



source FB
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Tapis rouge pour les banques étrangères en Birmanie

Message  Admin le Ven 8 Fév 2013 - 8:54

A l’instar de tout le pays, le système bancaire va connaître de profonds bouleversements, dont une libéralisation sans précédent.

A partir d’avril, écrit le Financial Times, les banques étrangères désirant s’implanter en Birmanie, pourront le faire tout en étant majoritaire, jusqu’à hauteur de 80%, dans le contrat qui les lie avec leurs partenaires locaux. Chose impossible jusqu’ici. Cette décision, destinée à restructurer le secteur des finances en Birmanie, permettrait à des prêteurs comme Standard Chartered et Mizuho Corporate Bank de se développer dans ce pays de 64 millions d’habitants qui connait depuis plusieurs mois une ouverture politique de grande ampleur. Dans un rapport, le Fonds monétaire international (FMI) soulignait en janvier que la politique du président Thein Sein visait à démanteler un taux de change fixe et à moderniser le système bancaire pour donner un coup de fouet à l’économie.

Un texte législatif, proposant une réforme du système bancaire et fiscal du pays, pourrait être votée dans les prochaines semaines. Selon Bloomberg News, la Banque centrale du Myanmar supervisera ensuite les alliances entre banques étrangères et locales. Khin Saw Oo, la directrice du Département de régulation des institutions financières et de lutte contre le blanchiment d’argent, a indiqué que la Banque centrale cherchera des « banques honorables » pour lancer des partenariats, vérifier la sûreté financière et mettre en place les conditions de capitalisation. « A ceux qui sont intéressés pour former des joint-ventures, je leur dis : ‘cela dépend de vous’ », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas un mariage forcé et vous pouvez essayer votre meilleur partenaire. Et puis vous vous fiancez, et après cela, vous pouvez vous marier… ».

La Birmanie compte actuellement 19 banques nationales, qui ont récemment commencé à mettre en place un réseau de distributeurs automatiques et à établir des relations avec les groupes Visa et Master Card. Une vingtaine de banques étrangères ont ouvert des bureaux de représentation en Birmanie depuis 1992, parmi lesquelles Oversea Chinese Banking, Sumitomo Mitsui, Bangkok Bank ou plus récemment Standard Chartered.


http://asie-info.fr/2013/02/07/tapis-rouge-pour-les-banques-etrangeres-en-birmanie-516707.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

La société Accor

Message  Admin le Mer 13 Mar 2013 - 8:00

La société Accor a indiqué son intention d’ouvrir trois grands hôtels en Birmanie. «Nous sommes heureux d’annoncer la signature de trois nouveaux projets hôteliers en Birmanie » a déclaré Michael Issenberg, directeur et chef des opérations d’Accor dans la région Asie Pacifique.

« L’Asie du sud a longtemps été un centre d’intérêt pour Accor dans la mesure où l’industrie du tourisme est en développement. Nous voyons un important potentiel de croissance pour les opérateurs hôteliers internationaux qui ont une ancienne expérience dans cette région. Ces trois nouveaux hôtels constituent un nouveau pas destiné à nous permettre d'atteindre notre objectif d’avoir 700 hôtels en Asie Pacifique d’ici 2015 » a poursuivi M Issenberg

Le premier hôtel, un MGallery, devrait ouvrir ses portes cette année. Il se situe dans la nouvelle capitale de la Birmanie, Naypyidaw. Cet hôtel haut de gamme contiendra 168 chambres, cinq salles de réunion, deux restaurants et un bar.

Un deuxième hôtel est prévu dans l’ancienne capitale de la Birmanie, Yangon (Rangoon). Sa construction devrait être finalisée d’ici la fin de l’année. Il portera l’enseigne Novotel et sera équipe de 366 chambres, de trois restaurants, d’une salle de banquet de 1000 mètres carrés, de huit salles de réunion, d’une piscine et d’un centre de bien-être.

Enfin le troisième complexe hôtelier, qui sera un autre Novotel, se situera dans la ville de Mandalay qui est la deuxième plus grande ville de la Birmanie. Il aura 280 chambres, deux restaurants, deux bars, une salle de bal, quatre salles de réunion, une piscine et un SPA.
Avec ces trois hôtels, Accor est ainsi le deuxième grand opérateur après Hilton à avoir fait son retour en Birmanie.

http://www.easybourse.com/bourse/tourisme/article/25332/accor-plus-forte-performance-du-cac-40-ubs-et-la-birmanie-en-soutien.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

La société de consommation s’installe en Birmanie

Message  Admin le Ven 15 Mar 2013 - 10:18


Des consommateurs dans un centre commercial de Rangoun, le 2 mars 2013 (Photo Soe Than Win. AFP)

Deux ans après le départ de la junte birmane et l’ouverture au monde d’un pays reclus pendant 50 ans, la révolution s’installe en tête de gondole: les marques du monde entier se ruent sur un marché de 60 millions d’habitants, avide de produits étrangers.

Depuis la levée - ou suspension - des sanctions internationales, le pays asiatique est la coqueluche des fabricants de dentifrice et de jus de fruits, de cosmétiques et de télévisions.

Et l’amour est réciproque, avec une population - riche comme pauvre - épuisée de trouver les mêmes produits depuis un demi-siècle dans les devantures.

«J’ai un problème. Je ne trouve plus de fond de teint n°7 à Rangoun et c’est le meilleur que j’aie jamais trouvé», se désespère ainsi Win Lai Phyu dans l’un des centres commerciaux fatigués de Rangoun. Elle devra en faire venir de Bangkok.

Mais sa frustration est une mine d’or pour les distributeurs et les grandes marques, qui veulent saisir l’instant pour s’imposer dans les habitudes de consommation d’une population en éveil.

«Il y a une euphorie de part et d’autres sur l’ouverture», résume Freddy Oh, de la société locale Foodland Manufacturing, qui vient de récupérer la licence pour vendre du MacCoffee venu de Singapour.

«Les jeunes veulent se connecter avec le monde. Ca donne une chance aux marques de se tailler des parts de marché», ajoute-t-il, en évaluant le marché du café instantané à 200 millions de dollars par an.

Les panneaux publicitaires fleurissent à Rangoun, l’ancienne capitale demeurée le poumon économique du pays où Coca et Pepsi ont déplacé leur rivalité planétaire. Quant aux fabricants de portables, ils s’appuient sur l’estimation selon laquelle 96% des Birmans n’ont pas de téléphone.

Bientôt, estiment les analystes, arriveront en masse les tablettes et écrans plats de grande marque pour remplacer les versions bon marché que proposent les négociants chinois.

«La demande existe pour toutes sortes de produits de consommation», assure David Webb, directeur du Bureau britannique pour le commerce et l’investissement à Rangoun.

«L’industrie manufacturière de Birmanie a été quasiment anéantie par les sanctions. Les sociétés étrangères ont l’argent et l’accès à l’expérience, aux marchés, aux réseaux d’approvisionnements (...). Ca leur donne une longueur d’avance».

Et le profit potentiel est énorme. «La richesse ne se répand pas partout mais il y a beaucoup d’argent (...) assurément à Rangoun», constate Damien Duhamel, du consultant marketing Solidiance, basé à Singapour.

La seule question est donc de savoir quand débarquer en force avec enseignes et produits. Certains veulent imposer leur noms quand le marché est encore volatil. D’autres, constate Duhamel, se sont brûlés les ailes au Vietnam et en Chine et préfèrent observer encore un peu.

«Pas mal de cowboys vont venir en ville pour chercher +l’avantage du pionnier+», dit-il, en particulier les Asiatiques - Taïwan, Hong Kong, Singapour et la Thaïlande.

Mais ce coup d’avance «s’estompe vite et les multinationales entreront en jeu dans un deuxième ou troisième temps, une fois les consommateurs éduqués. Ils ne seront pas dans la frénésie, mais voudront se construire une solide part de marché».

Car l’attraction pour la Birmanie n’est pas sans risque. Le système bancaire est embryonnaire, les infrastructures en ruine et la main d’oeuvre mal formée, en particulier dans les métiers du marketing, de l’informatique ou de la vente.

Le système légal et fiscal est lui aussi en pleine reconstruction, avec son lot d’incertitudes et d’étrangetés. Mais nul ne doute du potentiel birman. «Personne n’a de boule de cristal. Mais les gens auront toujours besoin de manger, boire et se laver les dents», constate Freddy Oh.

http://www.liberation.fr/economie/2013/03/15/la-societe-de-consommation-s-installe-en-birmanie_888761
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Google

Message  Admin le Dim 17 Mar 2013 - 8:10

Après la Corée du Nord en janvier, Eric Schmidt se rendra à la fin du mois en Birmanie. Le déplacement du patron de Google sera essentiellement commercial, dans la mesure où le pays connaît depuis 2011 une lente ouverture politique et économique.

Après cinquante ans de dictature militaire, la Birmanie a vécu un moment historique en 2011 lorsque la junte au pouvoir a cédé la place à un gouvernement civil. Depuis, le pays s'est engagé dans une libéralisation progressive, qui a conduit fin 2012 les États-Unis, l'Union européenne et le Japon à lever les sanctions pesant sur certains secteurs économiques du pays.

Avec l'allégement de l'embargo, les firmes étrangères manifestent un intérêt nouveau pour la Birmanie. Dans le secteur des technologies de l'information et de la communication, le marché à conquérir est évalué à un milliard de dollars. Et les géants occidentaux sont bien décidés à prendre leur part, à commencer par Google. Son président, Eric Schmidt, doit d'ailleurs effectuer un déplacement à la fin du mois.

Contrairement au voyage réalisé en Corée du Nord deux mois auparavant, où il a été question d'Internet ouvert et de droits fondamentaux, celui programmé au Myanmar aura un aspect commercial beaucoup plus prononcé. Si Eric Schmidt en profitera vraisemblablement pour faire un travail d'évangélisation, en vantant les mérites d'Internet, ce sera surtout l'occasion d'étudier les débouchés économiques pour Google.

L'ouverture du pays, bien que réelle, demeure timide. L'influence des militaires constitue un frein considérable pour l'émancipation birmane. Dans son classement 2012, RSF a listé ce pays dans la catégorie des pays ennemis de l'Internet. L'association notait que "l'assouplissement du régime se traduit par une amélioration de la situation de l'information sur Internet, même si la surveillance reste étroite".

"La communauté internationale et les défenseurs birmans des droits de l’homme doivent rester vigilants et continuer de faire progresser les libertés. L’une des priorités est de revoir le cadre législatif, liberticide. Le chemin à parcourir est encore long mais les réformes engagées semblent difficilement réversibles", ajoutait Reporters Sans Frontières.

Signe de l'assouplissement politique et économique, deux licences de téléphonie mobile vont être prochainement accordées à des opérateurs étrangers. Aujourd'hui, les estimations du taux d'équipement de la population birmane (54,5 millions de personnes) en téléphones portables évoquent le chiffre de 9 %. Le gouvernement souhaite atteindre 80 % d'ici 2016.

Si Google s'intéresse à la Birmanie, d'autres groupes américains sont également à la manœuvre. Le Wall Street Journal signale que l'agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a conduit une délégation avec des représentants de Google, Intel, HP, Microsoft et Cisco, qui a d'ailleurs commencé à investir dans le pays, pour rencontrer le gouvernement et les entrepreneurs birmans.

http://www.numerama.com/magazine/25401-google-eric-schmidt-se-deplacera-en-birmanie.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'AP ouvrira un bureau permanent en Birmanie

Message  Admin le Mar 2 Avr 2013 - 5:49

RANGOUN, Myanmar – L’Associated Press deviendra la première agence de nouvelles internationale à ouvrir un bureau permanent en Birmanie depuis qu’un gouvernement réformateur a pris le pouvoir il y a deux ans et a commencé à assouplir les restrictions pour les médias.

Cette ouverture permettra à l’AP d’éventuellement élargir sa couverture de la transition vers la démocratie présentement en cours en Birmanie, qui émerge d’un demi-siècle de régime militaire.

Six journalistes travailleront à temps complet au nouveau bureau de l’agence. Parmi eux figure la correspondante Aye Aye Win, qui produit des reportages sur son pays natal pour l’AP depuis 1989 et a été honorée pour son courage en 2008 par l’International Women’s Media Foundation. Elle a pris le relais d’un autre journaliste d’expérience de l’agence à Rangoun, son père, Sein Win, qui a couvert l’actualité birmane pour l’AP pendant 20 ans. Il a été détenu plusieurs fois, notamment lors du soulèvement pro-démocratique raté en 1988.

Kathleen Carroll, vice-présidente de l’agence, a déclaré qu’un bureau multimédia permanent doté «de talentueux journalistes locaux et internationaux» permettra à l’AP d’offrir une couverture encore plus importante des «changements historiques» qui se déroulent actuellement en Birmanie.

Le ministère de l’Information a annoncé samedi à l’AP qu’il lui accordait la permission d’ouvrir un bureau permanent à Rangoun, la principale ville du pays. Le radiodiffuseur japonais NHK a aussi obtenu une autorisation similaire.

Il y a présentement plusieurs dizaines de journalistes travaillant en Birmanie pour divers médias internationaux. Sous le précédent régime militaire, l’agence de presse chinoise Xinhua News et le Guangming Daily étaient les seuls médias étrangers autorisés à avoir des correspondants en sol birman.

http://journalmetro.com/monde/284530/lap-ouvrira-un-bureau-permanent-en-birmanie/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Heineken se lance en Birmanie

Message  Admin le Lun 13 Mai 2013 - 12:24

Le géant néerlandais Heineken a annoncé ce lundi 13 mai la construction prochaine d'une brasserie en Birmanie, rejoignant la liste des multinationales, dont son concurrent Carlsberg, ayant fait leur entrée dans ce pays d'Asie du sud-est depuis la levée de la plupart des sanctions économiques occidentales à son encontre.

Le brasseur néerlandais a conclu un accord sur la création d'une co-entreprise, dont il possèdera 57% des parts, avec un producteur d'alcools local.

La co-entreprise va investir 60 millions de dollars (46,2 millions d'euros) dans la construction d'une nouvelle brasserie, opérationnelle à partir de fin 2014, près de la capitale du pays, Rangoon (sud), a indiqué Heineken dans un communiqué. Plus de 400 emplois seront créés.

http://www.bfmtv.com/economie/heineken-se-lance-birmanie-513280.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Coca-Cola fait son grand retour en Birmanie, après 60 ans d'absence

Message  Admin le Mer 5 Juin 2013 - 16:59



Symbolique, le retour du géant américain marque l'ouverture économique du pays après de nombreuses années de dictature militaire.

Désormais, seuls Cuba et la Corée du Nord sont privés de Coca-Cola. Présent dans 200 pays, le géant des bulles s'était officiellement retiré de Birmanie depuis 60 ans, avec l'arrivée au pouvoir de la junte militaire en 1962. La célèbre boisson gazeuse va désormais inonder le marché birman. Signe que la page de la junte est tournée, le géant américain a inauguré hier une première usine de mise en bouteille de sa boisson pétillante, dans la banlieue de Rangoon, capitale birmane.
Un retour très symbolique qui illustre l'appétit des investisseurs étrangers pour la Birmanie. Depuis la dissolution de la junte, il y a deux ans et la levée de la plupart des sanctions occidentales, le gouvernement birman, toujours contrôlé par des militaires, multiplie les signes d'ouverture à l'économie de marché. Boycotté par les investisseurs étrangers depuis des décennies, le pays et ses 60,1 millions d'habitants cumule les retards en matière d'infrastructures de transport, de services ou d'industrie.
Coca-Cola promet des investissements et de l'emploi

Un retard que Coca-Cola ne demande qu'à combler. Le groupe n'arrive pas seulement avec ses bouteilles, mais promet aussi des investissements et de l'emploi, dans l'un des pays les plus pauvres de la planète. Le géant américain table sur 150 millions d'investissements en 5 ans et estime qu'à terme, son implantation créera plus de 20.000 emplois tout au long de la chaîne d'approvisionnement. Pour le moment, la toute nouvelle usine Coca-Cola va embaucher 2500 personnes dans la ville de Hmawbi, en partenariat avec Pinya Manufacturing, la société locale de boissons gazeuses.
«Nous sommes ravis de participer à ce moment historique, en reprenant la production locale du Coca-Cola dans ce pays magnifique après plus de 60 ans», a déclaré le PDG du groupe, Muhtar Kent, lors de la cérémonie d'inauguration de l'usine. En septembre dernier, Coca-Cola avait franchi une première étape avec la livraison d'une cargaison de Coca à Rangoon, en provenance des pays voisins. A cette occasion, le groupe avait diffusé des panneaux publicitaires censés véhiculer les valeurs de «rassembler les gens» et «partager le bonheur». «Cette publicité invite les Birmans à ouvrir une bouteille de Coca-Cola et à travailler ensemble pour un futur meilleur», explique Coca-Cola dans un communiqué
1, 8 million de boissons Coca-Cola consommées tous les jours

L'américain espère non seulement conquérir un nouveau marché, mais aussi participer à la reconstruction du pays. La fondation Coca-Cola avait ainsi annoncé en septembre dernier une subvention de 3 millions de dollars pour encourager l'emploi des femmes en Birmanie. Selon le PDG de Coca-Cola, la marque au logo rouge et blanc représente pour les Birmans «l'optimisme d'un futur éclatant, et la promesse d'une existence et de jours meilleurs». Il se dit «privilégié» de «participer à cette aventure». 1,8 million de boissons du groupe Coca-Cola sont consommées chaque jour partout dans le monde et le groupe emploie plus de 700.000 personnes. La Birmanie vient donc de rejoindre la planète Coca-Cola.

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/06/05/20005-20130605ARTFIG00478-coca-cola-fait-son-grand-retour-en-birmanie-apres-60-ans-d-absence.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coca-Cola fait son retour !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum