Le microcrédit, un espoir de réduire la pauvreté dans les campagnes birmanes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le microcrédit, un espoir de réduire la pauvreté dans les campagnes birmanes

Message  Admin le Jeu 2 Aoû 2012 - 7:20

MAWBI (Birmanie) - Dans les campagnes birmanes, obtenir un prêt pour des semences ou du matériel est une vraie gageure. Mais le décollage espéré du microcrédit devrait aider à pallier les déficiences d'un système financier rudimentaire et à lever un obstacle majeur au développement du pays.


Une paysanne birmane et les canards de son élevage qu'elle a pu agrandir grâce à un microcrédit, le 18 juillet 2012 près de Pyapone
afp.com/Soe Than Win

Khin Mar Shwe fait partie des 135 habitants du village de Mawbi bénéficiaires d'un vaste projet lancé il y a cinq mois par l'ONG PACT dans le delta de l'Irrawaddy, au sud de Rangoun.

Grâce à un prêt de 60.000 kyats (environ 70 dollars) à un taux d'intérêt de 1% par 14 jours, son élevage de canards est passé de 50 à plus de 80 têtes. Et "comme il y a plus de canards, j'ai plus d'oeufs et plus d'argent", se réjouit la paysanne de 35 ans.

Auparavant, elle devait se tourner vers des prêteurs informels, mais à 20% par mois. Un taux courant dans les régions rurales de Birmanie, qui peut même grimper pour les villageois sans garantie en terre ou en or, selon les experts.

Mais "si vous payez ce genre d'intérêts, il est très difficile de faire un bénéfice", souligne Sean Turnell, économiste à l'université Macquarie de Sydney.

L'économie birmane, ravagée par cinquante années de dictature militaire, souffre d'un système financier "basique et sous-développé", poursuit-il.

Résultat: les prêts privés représentaient seulement quelque 5% du PIB en 2010, selon des estimations du Fonds monétaire international (FMI). Contre quelque 30% au Cambodge et plus de 120% au Vietnam.

Et la situation est pire pour le monde rural de ce pays pourtant surtout agricole. "Il n'y a pas de crédit disponible dans les campagnes (...), vraiment rien", martèle M. Turnell. "C'est là que la microfinance a un grand rôle à jouer".

Aujourd'hui, le microcrédit n'est qu'à un stade embryonnaire, mais depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le pays s'est ouvert et l'aide au développement devrait affluer.

"Pas un remède miracle"

"Il n'y a pas de doute qu'il y a un potentiel de développement très important" de la microfinance, estime Michael Knaute, directeur général de l'entreprise privée à but social Oxus Development Network, filiale de l'ONG Acted.

Parce que "le microcrédit est reconnu comme un outil de développement intéressant et prometteur", poursuit celui qui envisage de lancer un programme en Birmanie.

Jusqu'alors, les bailleurs de fonds étaient "réticents", mais ils ont été rassurés grâce à un nouveau "cadre légal", indique encore M. Knaute, en référence à une nouvelle loi sur le microcrédit qui plafonne notamment les taux d'intérêt à 2,5% par mois.

Mais même si la microfinance est "un élément important pour le développement rural et la réduction de la pauvreté", "ce n'est pas un remède miracle", prévient de son côté Andrew Kirkwood, directeur de LIFT.

Ce fonds qui rassemble des donateurs occidentaux finance les projets de microcrédit de plusieurs ONG, dont PACT, qui bénéficient à près de 40.000 foyers dans plus de 2.600 villages.

"La microfinance marche mieux dans un environnement où d'autres opportunités sont offertes", où d'autres réformes sont menées en parallèle, poursuit-il, évoquant la formation des paysans à l'utilisation des engrais ou la modification des règles foncières.

En dehors de ce contexte d'investissement productif, le microcrédit peut aussi "jouer un rôle important pour les urgences", notamment de santé, ajoute Kirkwood.

Mais que ce soit pour la production ou la vie de tous les jours, les experts mettent en garde contre une envolée anarchique qui provoquerait certains écueils rencontrés dans d'autres pays.

"Si tout le monde se précipite, voulant proposer des microcrédits, cela pourrait créer plus de problèmes et en particulier le gros problème du surendettement", prévient ainsi Turnell.

Dans le village de Mawbi, PACT assure que personne n'a encore raté d'échéance. Les bénéficiaires sont encouragés par l'opportunité d'obtenir un autre prêt, plus important, s'ils remboursent dans les temps.

Si elle y parvient, Khin Mar Shwe aimerait acheter plus de canards, mais aussi diversifier son affaire. "Je voudrais acheter un cochon, parce qu'un cochon, c'est comme une tirelire sur pattes".

http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/le-microcredit-un-espoir-de-reduire-la-pauvrete-dans-les-campagnes-birmanes_1145007.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Birmanie: le président promet de se concentrer sur le bien-être du peuple

Message  Admin le Mer 23 Jan 2013 - 9:51

Le président birman Thein Sein a promis samedi lors d'un discours devant les bailleurs de fonds internationaux de concentrer les réformes économiques sur l'amélioration du niveau de vie de l'une des populations les plus pauvres de la planète.

"Le gouvernement adoptera une approche centrée sur le peuple" lors de réformes cruciales comme celles des secteurs bancaire, fiscal, agricole, de l'éducation, de la santé ou encore des télécommunications, a-t-il déclaré lors d'une conférence à Naypyidaw en présence de représentants de nombreux pays donateurs, de l'ONU, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI).

Lors de la deuxième phase du processus de réformes, lancée il y a quelques mois et centrée sur l'économie, il faudra également développer les petites entreprises et le micro-crédit, a-t-il ajouté.

Pour l'aider dans la mise en place de son programme économique, la Birmanie a demandé un accompagnement du FMI pour l'année 2013, selon un rapport publié cette semaine par l'organisation.

Selon ce document, le pays a enregistré une croissance de 5,5% pour l'année fiscale 2011-2012 (avril à mars). La croissance devrait atteindre 6,25% pour 2012-2013.

Le ministre du Plan et du Développement économique, Kan Zaw, soulignant que le gouvernement préparait un plan de développement économique sur 20 ans, a de son côté plaidé pour une augmentation de l'aide internationale

"Alors que le montant de l'aide étrangère compte, les idées, connaissances, systèmes et technologies auxquels elle nous permet d'accéder comptent encore plus", a-t-il relevé.

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le gouvernement d'anciens généraux a entrepris des réformes spectaculaires sur le plan politique, notamment en libérant des centaines de prisonniers politiques et en permettant le retour au coeur du jeu politique de l'opposante Aung San Suu Kyi, élue députée.

Des changements qui ont poussé les pays occidentaux à récompenser le nouveau régime en levant leurs sanctions.

Sur le plan économique, une loi très attendue destinée à encourager les investissements étrangers est entrée en vigueur et les taux de change multiples ont été unifiés.

Thein Sein a annoncé en décembre une troisième phase de réformes centrée sur la "bonne gouvernance" et la lutte contre la corruption.

http://www.la-croix.com/Actualite/Economie/Economie/Birmanie-le-president-promet-de-se-concentrer-sur-le-bien-etre-du-peuple-_NG_-2013-01-19-901143
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum