Enfants du Mekong

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Esprit Karen

Message  Admin le Lun 20 Déc 2010 - 7:13

Comme promis dans un précédent post, voici quelques explications sur le « Projet tissage » : Esprit Karen. Ce projet représente environ 1/3 de mon travail ici. Dans tous les villages des montagnes Karen, les femmes ont un très beau savoir faire : le tissage traditionnel. Cette tradition se transmet de mère en filles dans chacune des familles et permet de tisser des vêtements traditionnels. Cependant, il est aujourd'hui plus simple et moins cher d'acheter des textiles industriels.

Afin de préserver ces savoir-faire et cette tradition qui fait partie intégrante de la culture Karen, la marque Esprit Karen a été créée en 2007. A l'origine du projet : le Père Alain, vivant dans le village Karen de Maewe, et des femmes françaises, expatriées à Bangkok. L'idée était alors de concevoir des produits valorisant le tissage Karen et qui seraient vendus sur Bangkok. Cela permettrait de créer des revenus supplémentaires dans toutes les familles des montagnes et de perpétuer cet art traditionnel.

Le projet est composé des acteurs suivants :

- Un groupe de femmes expatriées vivant à Bangkok : 8 actuellement ;

- Trois couturières chargées de mettre en forme les produits, basées à Mae Tan ;

- Des tisseuses issues des villages Karen de la région, je ne connais pas le nombre précis.

Les femmes de Bangkok (que nous appelons les « Madames ») conçoivent des produits originaux et qui peuvent être vendus à Bangkok (sacs, serviettes, trousses, protège-passeports, etc.). Des commandes de tissus sont ensuite passées auprès des femmes des montagnes. Les lais de tissus sont découpés et cousus par les 3 couturières de Mae Tan. Les produits terminés sont ensuite vendus sur Bangkok, en général auprès de la communauté d'expatriés français. Trois collections sont ainsi créées chaque année.

Dans ce projet, j'ai, en tant que bambou, un rôle de coordinatrice. Je me rends régulièrement à l'atelier de couture de Mae Tan, et je suis le lien, et interprète, entre les Madames, les couturières et les tisseuses.

Cette année, le projet évolue puisqu'un volontaire MEP (Alexis), basé à Maewe, est chargé de créer une coopérative de tisserandes. Le tissage sera donc géré par la coopérative (Terres Karen) et Esprit Karen lui rachètera le tissu nécessaire. Étant donné le succès des ventes actuelles sur Bangkok, nous recherchons aussi de nouveaux débouchés : peut-être une filière de commerce équitable avec vente des produits sur Paris.

Je trouve ce projet vraiment très intéressant. Les tisseuses semblent aussi très intéressées pour travailler ainsi car cela leur permet d'avoir un revenu supplémentaire, et de ne pas dépendre seulement de la récolte de riz. Les couturières sont salariées alors que les femmes de Bangkok sont toutes bénévoles. Tous les bénéfices sont reversés aux femmes des montagnes.

N'hésitez pas à consulter les sites suivant :

- Blog Esprit Karen avec la présentation des produits : http://espritkaren.over-blog.net/

- Photos de la dernière collection (Noël 2010) : http://espritkaren.over-blog.net/album-1746438.html

- Site de l'association Terres Karen : http://www.terres-karens.org/

Les Karens tissent encore de manière très simple : assises par terre, elles accrochent les lais de tissus à une barrière, et le tissage peut commencer. Plusieurs étapes ont été nécessaires avant cela : formation de bobines, installation de la trame de fils, etc. A Maetowo, dans mon foyer, toutes les filles maitrisent très bien cet art ! J'ai commencé à apprendre, ce n'est pas toujours évident au début, mais je pense qu'avec le temps, on acquiert le bon coup de main assez simplement. Ceci pour les tissus unis, car le tissage de motifs me parait vraiment compliqué !

source http://unanalarencontredeskarens.blog.youphil.com/archive/2010/12/20/esprit-karen.html

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  thanaka le Jeu 14 Avr 2011 - 13:26

Cliquez sur la couverture pour l'avoir plein écran

avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dans les camps de réfugiés birmans

Message  Admin le Ven 29 Avr 2011 - 10:24

Alors que le gouvernement thaïlandais a fait part début avril de son intention de fermer les camps qui accueillent sur son territoire quelque 140 000 réfugiés issus de minorités ethniques de Birmanie, Pierre-Antoine et Marion Fourrier, volontaires Bambous à Om Pai, nous livrent leur point de vue sur la situation.


Qui?
Des ethnies minoritaires, notamment karen, vivant en Birmanie sont contraintes de fuir le pays et de tout quitter car elles sont régulièrement persécutées par le gouvernement birman.

Comment?
Le gouvernement ne veut qu’une seule et même ethnie, celle des Birmans. L’objectif est donc d’anéantir toutes les minorités telles que les Karens, les Chans… : expéditions militaires dans les villages où tout est alors brûlé, arrestations arbitraires, persécutions quotidiennes par les autorités via des exigences financières, expropriations…

Situation
On estime à près d’1,5 million la population totale de ces minorités ethniques ayant fui en Thaïlande, qu’elles soient réfugiées dans les camps ou en situation irrégulière dans le pays, où elles se font exploiter en travaillant illégalement pour s’en sortir. La situation est figée, les perspectives d’évolution vers un avenir meilleur sont minimes.



Que sont les camps ?
Les camps se situent en Thaïlande, à la frontière avec la Birmanie, où le gouvernement les tolère. Ils accueillent donc les familles et enfants isolés qui se retrouvent démunis et leur assurent le minimum vital avec l’aide humanitaire venant de diverses ONG. Ces camps sont normalement une solution alternative et à court terme, mais n’ayant pas d’autre endroit où aller, de nombreuses familles et enfants y restent plus d’une dizaine d’années, en attendant de partir vers un pays d’accueil où ils pourront alors être admis comme réfugiés politiques. Ils ne peuvent plus rentrer en Birmanie car leur village a souvent été brûlé et miné. Ils n’ont plus rien.


Action d’Enfants du Mékong
Grâce au parrainage, ce sont plus de 400 enfants qui peuvent manger plus souvent des légumes et de la viande, reçoivent des packs d’hygiène, suivent une éducation organisée au sein même du camp.
Notre impression
Drôle de sensation que de découvrir ces milliers de maisons en bambou, construites à flanc de colline à 4 heures de route de toute civilisation : 15 000 personnes regroupées au milieu de nulle part. Nous avons été extrêmement touchés et impressionnés par les enfants que nous avons rencontrés dans les camps. Ils sont très curieux de nos vies occidentales, on sent chez eux une envie très forte d’étudier, d’apprendre des langues étrangères, ils savent que c’est pour eux la clef d’une hypothétique réussite. Leurs témoignages nous ont bouleversés, certains ont marché des jours et des jours, à peine âgés de 6 ans, à 2 ou 3, pour rejoindre les camps. D’autres ont vécu le drame de perdre un proche sous leurs yeux lors d’attaques de leur village par l’armée birmane. Et pourtant, leurs sourires persistent pendant que nous peinons à retenir nos larmes en les écoutant… Sacrée leçon de vie

source http://www.enfantsdumekong.com/blog/index.php?post%2F2011%2F04%2F29%2FDans-les-camps-de-refugies-birmans
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Mer 29 Juin 2011 - 5:50

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Ven 8 Juil 2011 - 8:39

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Dim 24 Juil 2011 - 6:15

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Sam 30 Juil 2011 - 9:58

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Mar 9 Aoû 2011 - 6:58

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Dim 18 Sep 2011 - 6:10



avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  thanaka le Jeu 6 Oct 2011 - 11:39

avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Lun 19 Déc 2011 - 15:43

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Jeu 5 Jan 2012 - 16:10



Responsable de programme Enfants du Mékong à Chiang Rai, au cœur du Triangle d'or, dans le nord de la Thaïlande, Kruu Nam recueille les enfants - orphelins pour la plupart - venus de Birmanie, du Laos et des montagnes avoisinantes, afin de les soustraire à la misère et aux trafics.
Un reportage réalisé à titre bénévole par Brice Gouronnec et Célisiane Rosius
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Jeu 10 Mai 2012 - 6:21

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Birmanie : 15 enfants à parrainer dans l'état Kayah

Message  Admin le Dim 1 Juil 2012 - 9:14


Sur les hauteurs de Taunggy, la capitale de l’Etat Shan (nord est de la Birmanie), 38 filles en primaire et collège sont accueillies dans un foyer.

Les filles sont toutes d’ethnie kayah et viennent de l’Etat Kayah qui demeure l’un des états les plus isolés et les moins développés à l’est du Myanmar. Certaines ne sont jamais allées à l’école ; d’autres ont pu suivre des cours dans des écoles de fortune dans leurs villages. Etre accueillie au foyer de Taunggy est l’assurance pour elles de pouvoir suivre une scolarité normale dans une école d’état.

Les Zetaman Sisters, communauté locale qui encadre ce foyer n’ont aucune ressource pour accueillir ces jeunes filles. Les parrainages assureraient le fonctionnement du foyer et couvriraient leurs frais scolaires.

Parrainez ces jeunes filles et donnez leur accès à l’accès à l’éducation ! (c’est vieux comme le monde, mais là çà s’y prête cette phrase !)



I Situation géographique et contexte socio-économique de Taunggy :

La ville de Taunggy se situe au sud-ouest de l’état Shan, l’un des 7 états frontaliers de la République de l’Union du Myanmar. Taunggy est situé proche du Lac Inle.

Le relief est montagneux, la ville de Taunggy un peu en altitude bénéficie d’un climat doux et frais. La région, très pauvre et encore particulièrement fermée aux visiteurs, est très peu aidée par le gouvernement (soulèvements Shan fréquents et fort mouvement indépendantiste). Même si une partie de la région est touristique (Lac Inle notamment) la majorité de la population vit dans des conditions précaires.

A l’image de l’ensemble de l’Etat Shan, Taungy et sa région est largement monopolisé par l’arrivée massive de d'investisseurs chinois qui viennent acheter des terres, monter des business et investir à moindre coup. De nombreux produits traversent les frontières (marchandises, produits technologiques, etc…) mais les prix sont élevés. Les chinois possèdent les usines locales, contrôlent les différents trafics en place (drogue – culture de pavot en hausse-, biens et personnes –trafic de femmes notamment) et vendent à bas prix des produits qui concurrencent le marché et tuent l’initiative locale. La population s’appauvrit donc de plus en plus.

Au sein de l’Etat Shan comme à Taunggy cohabitent de nombreuses minorités ethniques : Shans, Pha O’, Chinois, Birmans, Palaung, Wa…. La population est en grande majorité bouddhiste ; on trouve aussi des animistes et des chrétiens. Depuis 1989, l’état Shan était stabilisé grâce à un cessez-le-feu passé entre les chefs locaux et l’armée birmane. Cet accord a été dénoncé en mars 2011 l’armée shan refusant d’être intégrée aux Forces frontalières birmanes assurant le contrôle de la frontière. Certaines zones sont redevenues zone de confit ouvert. Quelques structures médicales sont présentes uniquement à Taunggy pour soigner la population atteinte de malaria, tuberculose, maladies infectieuses.

Le sida est très présent dans la région. La consommation d’opium et le manque d’hygiène augmente significativement le taux de mortalité.

II Présentation de Sœur Bibiana la responsable locale et de la communauté des Zetaman Sisters

Sister Bibiana Bya fait partie de la communauté des Zetaman (« missionnaires » en birman) Sisters. Cette congrégation locale rattachée directement à l’évêque de Taunggy a été créée en 1995 et compte aujourd’hui 38 religieuses. Leur objectif est d’aller dans les lieux les plus reculés des états Shan et Kayah pour répondre aux besoins locaux en termes d’éducation et de soins.

Dans les villages isolés où il n’y a pas d’école gouvernementale, elles sont professeurs dans des écoles informelles et animent la vie pastorale. A Taunggy, elles tiennent un centre de soins pour les malades atteints du sida et un centre pour personnes handicapées. Elles accueillent également dans deux « boarding house » des enfants venus continuer leur scolarité en ville après la fin du primaire ou simplement étudier car il n’y a pas d’école chez eux.

Ne pouvant plus tenir d’écoles depuis 1962, les sœurs ont pris l’habitude, pour contourner cette interdiction, d’accueillir des jeunes au sein de foyers pour leur permettre de continuer leurs études à l’école gouvernementale et approfondir leur formation le soir.

Sister Bibiana est l’une des fondatrices de la congrégation. Elle est très consciente des enjeux d’éducation et a à cœur de développer l’accès à l’éducation pour tous. Elle est aidée sur place par deux autres sœurs et deux volontaires.

III Situation et profil des enfants accueillis dans le foyer des Zetaman Sisters

Le foyer des Zetaman Sisters de Taunggy est situé sur les hauteurs de Taunggy, dans le quartier « chinois », en pleine expansion. Des bâtiments provisoires en bambou ont été installés il y a 2 ans. Aujourd’hui le foyer accueille déjà 38 filles. Elles sont toutes de l’ethnie kayah (padaung) et viennent de villages autour de Pekhon.

Les familles, très nombreuses (10 /12 enfants), ne peuvent payer les frais scolaires et envoient leurs enfants dans ce foyer pour qu’ils puissent recevoir une éducation. Certains sont orphelins ou ont perdu l’un ou l’autre de leurs parents. Certaines filles ont déjà étudié en St 1 et St 2 et peuvent poursuivre en St 3 en arrivant à Taunggy. Mais la plupart ne connaissent pas le birman – la langue de l’école. Ils l’apprennent donc au foyer et ensuite intègrent l’école primaire.

Taunggy est une ville importante de l’état Shan et en plein développement ; il y a beaucoup d’écoles. Le niveau de formation est élevé. A proximité du centre, les enfants ont accès à l’école primaire et au collège (jusqu’à la fin du Grade 7). A partir du Grade 8, les jeunes doivent aller dans une autre école du centre ville (collège et lycée) ; les filles peuvent alors loger dans un autre foyer situé en plein cœur de Taunggy. Les familles d'où viennent les enfants accueillis sont pour la plupart des familles de paysans qui ont longtemps vécues en autosuffisance (culture du riz).

Aux alentours de Taunggy, les populations les plus démunies s’emploient désormais comme ouvriers journaliers dans les plantations et gagne 3000 Kyatts par jour (3 $ et +). L’éducation a été affichée par le diocèse comme but prioritaire ; l’Eglise souhaite appuyer des initiatives locales et s’occuper du niveau de l’éducation.

IV Utilisation du parrainage

Les parrainages permettront de couvrir une partie des frais de vie des enfants au foyer, leur permettant de vivre décemment.

Aujourd’hui les dépenses en frais de fonctionnement pour accueillir les enfants sont de 500 Kyatts (0,75§) / jour / enfant. Les frais scolaires (dont uniformes et matériel) s’élèvent à 25 000 Kyatts par enfant.

Pour les St 8 et St 9, il faut aussi compter les frais de « tuitions » (comprenez : les cours du soir). La sœur dépense 6 200 000 Kyatts à 7 000 000 Kyatts pour tous les enfants, tous postes compris, soit environ 230 $ par an et par enfant. Les parrainages couvriront les frais scolaires ; les dépenses de nourriture de quotidien des enfants (produits d’hygiène, vêtements, électricité).

Pour accroître l’autonomie du foyer, les sœurs élèvent des animaux (9 cochons) et entretiennent une mare à poissons. Elles cultivent également des fruits et légumes. Le diocèse leur verse des fonds jusqu’à présent ; les parrainages permettront de les rendre plus autonomes.

Les parrainages des enfants seront mis en commun et gérés en caisse collective puisqu’ils vivent dans un même lieu. L’aide étrangère est fortement taxée par les dirigeants du pays, discrétion et prudence restent donc de rigueur. Cependant le foyer est en zone accessible. Nous pouvons donc nous y rendre facilement.

Notre aide est tolérée par les autorités si nous sommes discrets et tant que nous ne nous immisçons pas dans la vie politique. Il est possible, dans ce cadre, de venir rendre visite à votre filleul(e) sous certaines conditions.

Pour plus d’informations, prenez contact avec la chargée de parrainage Anne Monmoton (amonmoton@enfantsdumekong.com).

Toute communication, par poste, Internet ou téléphonique est limitée en Birmanie ; les échanges sont contrôlés et peuvent être sanctionnés durement par les autorités.

Une volontaire sur le terrain se rend au moins deux à trois fois par an sur place pour rencontrer le responsable, le soutenir dans la gestion de celui-ci, faire le point des enfants, et récupérer les lettres des filleuls. C’est ainsi que le programme est suivi régulièrement.

Les lettres des enfants sont apportées par la volontaire dans son sac à dos entre la Birmanie et la Thaïlande et inversement pour les lettres des parrains. Vos lettres sont un grand soutien moral pour ces enfants et une ouverture réelle sur le monde extérieur, particulièrement en Birmanie. Les birmans sont portés –plus que certains autres pays d’Asie- sur la lecture et l’écriture ; vos lettres en seront aussi d’autant plus appréciées. Un grand MERCI d’accompagner ces jeunes filles et de les mener jusqu’à la fin de leur scolarité !

source et parrainage http://blog.enfantsdumekong.com/index.php?post/2012/06/26/Birmanie-%3A-15-enfants-%C3%A0-parrainer-dans-l-%C3%A9tat-Kayah&utm_source=EnfantsDuMekong&utm_medium=email&utm_campaign=nwlt7_28-06-2012
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Mer 5 Sep 2012 - 6:35

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Ven 8 Fév 2013 - 12:11

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Jeu 20 Juin 2013 - 7:00



6 Jeunes Khmers est un récit multimédia réalisé par Jean-Matthieu Gautier et Amaury de Marignan pour ENFANTS DU MEKONG – une plongée interactive dans le Cambodge d’aujourd’hui, à la rencontre de 6 jeunes exceptionnels.
 
Parce que l’image du Cambodge se résume encore trop souvent à deux éléments : les temples d’Angkor et lesravages des Khmers rouges, et qu’est toujours autant plébiscitée l’image d’un pays pauvre, un pays que l’on plaint, un pays incapable de se remettre de ses blessures et qui vivrait à l’ombre de ses temples… nous avons souhaité rencontrer 6 jeunes qui n’entrent pas dans ces canons. 6 jeunes aux parcours atypiques. 6 jeunes qui ont la pêche !

http://webdoc.enfantsdumekong.com/webdocumentaires/6-jeunes-khmers/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Mar 10 Sep 2013 - 10:00



Les 3 Facteurs et leur Tuk-tuk Sam ont parcouru les routes de Thaïlande. Au travers des autoroutes et des pistes, en passant par Saraburi, Chayaphum, Loei, les rencontres se multiplient.

Ce pays, dans lequel l'association Enfants du Mékong travaille activement à la scolarisation de plusieurs milliers d'enfants, est une terre accueillante, riche et pourtant si inégale. Les aventuriers du courrier, propulsés par la force du parrainage, sont allés à la rencontre de ceux qui rendent possible l'action d'Enfants du Mékong.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Admin le Lun 7 Oct 2013 - 10:37



Consultation en ligne du magazine "Enfants du Mékong"  http://www.calameo.com/read/001522176d97865f39226
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfants du Mekong

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum