Le Mekong, Courants Contraires

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Mar 16 Oct 2012 - 12:36



Environ 65 millions de personnes vivent de façon directe de la pêche dans les eaux du Mékong. Les techniques varient en fonction des lieux et des ethnies : nous découvrons successivement une famille de pêcheurs cambodgiens qui vit sur son bateau au milieu du lac Tonle Sap, des Chinois qui pêchent au cormoran dans la région de Guilin et la vie quotidienne d'une ferme piscicole au Viêt-Nam.

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Lun 29 Oct 2012 - 16:36

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Mer 31 Oct 2012 - 18:15

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Dim 4 Nov 2012 - 7:35

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Lun 5 Nov 2012 - 13:51

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Sam 10 Nov 2012 - 8:43

Le Mekong mais pas seulement !

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le Laos lance les travaux d'un barrage controversé sur le Mékong

Message  Admin le Lun 12 Nov 2012 - 17:04



Le Laos a confirmé jeudi avoir entamé les travaux d'un barrage controversé sur le fleuve Mékong, affirmant que toutes les objections de ses voisins avaient fini par être levées après un an et demi de suspension du projet.

Une cérémonie de pose de la première pierre a eu lieu mercredi à Xayaburi, dans le nord-ouest du pays, a indiqué à l'AFP le vice-ministre de l'Energie Viraphonh Viravong.

"Les ambassadeurs du Vietnam et du Cambodge étaient présents", a-t-il ajouté pour insister sur l'accord de ceux qui étaient à l'origine les deux principaux adversaires du barrage.

Hanoi et Phnom Penh ont réagi avec prudence, exprimant une certaine confiance sans pour autant donner carte blanche aux Laotiens. "S'ils constatent que le projet de construction a des impacts négatifs (...), nous espérons qu'ils l'arrêteront", a indiqué le ministère des Affaires étrangères à Hanoï.

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen s'en est pour sa part entretenu avec le président laotien Choummaly Sayasone, avant de donner son accord de "principe", selon le site internet du gouvernement.

La construction de la centrale hydroélectrique de Xayaburi, projet de 3,8 milliards de dollars mené par le groupe thaïlandais CH Karnchang, suscite les plus vives réserves d'organisations écologistes et a divisé les pays riverains du fleuve pendant des mois.

La Commission régionale du Mékong (Vietnam, Cambodge, Thaïlande et Laos) avait suspendu en mai 2011 la construction du barrage, premier d'une série de onze sur la partie inférieure du fleuve. Le Vietnam et le Cambodge craignaient en particulier pour leur stock de poissons et de sédiments.

Vientiane a depuis assuré avoir modifié le projet pour répondre à ces inquiétudes. Le quotidien officiel Vientiane Times avait notamment indiqué en juillet que le barrage serait équipé d'un système permettant à 85% des poissons de le franchir.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a dénoncé une biodiversité du fleuve en "grave danger", demandant à la Thaïlande de "ne pas fermer les yeux" sur le barrage. "Le Laos remet en cause l'équilibre d'un des plus grands systèmes fluviaux du monde", a estimé le Dr. Li Lifeng, un responsable de la WWF.

Le Laos, dépourvu d'accès à la mer et de tissu industriel, mise sur l'énergie fluviale pour appuyer son développement et rêve de devenir "la pile de l'Asie du sud-est".

Mais le projet de Xayaburi est devenu un symbole des risques pesant sur le fleuve. Les écologistes affirment que le barrage, d'une capacité de 1.260 mégawatts, serait désastreux pour les 60 millions d'habitants qui dépendent du fleuve pour le transport, l'alimentation et l'économie.

Alors que la Thaïlande doit acheter la grande majorité de l'électricité produite par la centrale, des riverains thaïlandais du Mékong ont déposé en août un recours en justice à Bangkok contre sa construction. Aucune décision n'a été annoncée pour l'instant.

http://www.lepoint.fr/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Lun 3 Déc 2012 - 8:22

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

126 nouvelles espèces menacées découvertes autour du Mékong

Message  Admin le Mar 18 Déc 2012 - 9:16



BIODIVERSITÉ — D'une chauve-souris diabolique à une grenouille qui chante comme un oiseau, les scientifiques ont identifié 126 nouvelles espèces dans la région du Grand Mékong en 2011, a indiqué le WWF.

«La bonne nouvelle, ce sont les nouvelles découvertes. La mauvaise nouvelle c'est que cela devient de plus en plus difficile dans le monde de la protection et de la durabilité de l'environnement», a commenté Nick Cox, responsable de WWF dans cette zone qui comprend le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie et la province chinoise du Yunnan.

Parmi les 126 espèces découvertes, une chauve-souris au nez en forme de tube, baptisée «Belzébuth», qui dépend de la forêt tropicale pour survivre et qui est ainsi particulièrement vulnérable à la déforestation. Et en 40 ans, 30% des forêts du Grand Mékong ont disparu, selon le rapport.

D'autres espèces, comme le python à queue courte en Birmanie, sont elles mises en péril par la chasse illégale pour leur viande, leur peau ou le commerce d'animaux de compagnie exotiques.

Projet de barrage

La liste des nouvelles espèces, qui compte surtout des plantes, comprend 21 reptiles et cinq amphibiens, dont une grenouille qui chante et une autre aux yeux noir et blanc qui rappellent le symbole du ying et du yang.

La découverte de cette faune et de cette flore est un témoignage de la biodiversité impressionnante de la région, mais des «développements inquiétants» mettent son avenir en danger, a insisté le WWF.

L'organisation met notamment en cause le projet de barrage de Xayaburi, dont les travaux ont commencé le mois dernier au Laos, et qui menace «la biodiversité extraordinaire» du Mékong dont dépendent 60 millions d'habitants pour le transport, l'alimentation et l'économie.

«Le barrage de Xayaburi serait une barrière infranchissable pour beaucoup d'espèces de poissons, signant l'arrêt de mort d'une faune déjà connue et d'une autre encore à découvrir», a dénoncé Cox.

http://www.lematin.ch/sante/environnement/126-nouvelles-especes-menacees-decouvertes-autour-du-Mekong/story/14751241
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Cambodge : les cendres de Sihanouk répandues dans le Mékong

Message  Admin le Jeu 7 Fév 2013 - 9:03

Douze heures après sa crémation, les cendres de l’ex-roi Norodom Sihanouk ont été répandues aux confluents du Mékong, du Tonlé Sap et du Bassac.

C’est le lendemain de la grandiose cérémonie d’incinération du roi-père Norodom Sihanouk, décédé le 15 octobre à Pékin à l’âge de 89 ans, qu’une partie de ses cendres ont été déversées à la confluence du fleuve Mékong et des rivières Tonlé Sap et Tonlé Bassac, au lieu dit des « quatre bras » (Chaktomuk, en khmer, « les quatre visages »), à proximité du Palais royal de Phnom Penh. Le prince Norodom Yuvaneath, 59 ans, le fils de l’ex-roi du Cambodge, avait été choisi par le roi Sihamoni et la reine-mère Monineath pour les représenter, écrit le Cambodia Daily. C’est lui qui, à bord d’une barge royale décorée des nagas mythiques, a versé les cendres dans l’eau en milieu de matinée.

« La croyance veut que répandre les cendres dans le fleuve apporte la prospérité et la joie. De plus, on croit que cela peut aider à améliorer les rendements agricoles, 80% des Cambodgiens étant des agriculteurs », a expliqué un document du Palais royal. Habituellement assez fréquentées, les eaux faisant face au Palais étaient vides, les autorités ayant demandé aux bateaux de pêche et de tourisme de rester éloignés du site de Chaktomuk.

Avant cette cérémonie fluviale, le roi et la reine-mère avaient récupéré dans les cendres du crématorium des os du défunt noircis par le brasier et les avaient fait nettoyer avec du lait de noix de coco et une eau de source d’une montagne du nord-ouest du pays, probablement la rivière du Phnom Kulen, le berceau de la monarchie khmère. Les restes seront emmenés le 7 février au Palais, au dernier jour d’une semaine de cérémonies. Selon une source du Palais, et conformément à la volonté du ex-roi défunt, ils reposeront dans une urne de diamant à côté des restes de Kantha Bopha, une des filles de l’ancien roi décédée à 4 ans d’une leucémie.

http://asie-info.fr/2013/02/06/cambodge-les-cendres-de-sihanouk-repandues-dans-le-mekong-516689.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Controverse autour des projets chinois sur le Mékong

Message  Admin le Ven 22 Mar 2013 - 10:27

Accusé, avec ses barrages, de réduire le débit du Mékong, Pékin esquisse un début de dialogue avec ses voisins.

La Chine ôte-t-elle l'eau de la bouche à ses voisins du Sud-Est asiatique ? L'hypothèse est régulièrement formulée par ces derniers, depuis que Pékin a entrepris de construire, sur sa propre portion du Mékong, huit barrages hydroélectriques. Ils devront produire, à terme, 15.500 mégawatts. A ce stade, quatre fonctionnent, ce qui a déjà créé des conflits en aval du fleuve. En 2010, les populations du Vietnam, du Cambodge ou de la Thaïlande se sont ainsi plaintes devant le débit historiquement bas du fleuve.

Début de dialogue engagé

La Chine capte-t-elle une partie du précieux liquide pour son propre compte ? Elle a souvent protesté contre ces accusations, et fait remarquer que sa partie du fleuve représente moins de 15 % du débit global à son embouchure. Or, selon certains spécialistes, ce pourcentage atteint en réalité les 50 % pendant la saison sèche. Durant une année 2010 caractérisée par des précipitations très faibles, la Chine aurait donc retenu une partie des eaux sur son territoire, accentuant encore le phénomène en aval.

Difficile, en tout cas, de gérer ce contentieux. Car rien n'oblige réellement Pékin à une approche collaborative. Lorsque la Commission pour le fleuve Mékong a été créée, en 1995, la Chine s'est bien gardée de s'y associer. Consciente, toutefois, de l'effet néfaste pour son image de cette attitude solitaire, elle a, depuis, accepté d'engager un début de dialogue avec ses voisins. Qui, eux aussi, se laissent aujourd'hui séduire par les charmes de l'hydroélectricité sur le Mékong…

Gabriel Grésillon, Les Echos

Correspondant à Pékin

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202653329951-controverse-autour-des-projets-chinois-sur-le-mekong-551538.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les forêts de la région du Mékong en danger

Message  Admin le Jeu 2 Mai 2013 - 9:02


Le besoin de terres agricoles risque de faire disparaître un tiers des forêts naturelles de la région du Grand Mékong d'ici à vingt ans si les gouvernements ne prennent pas de mesures rapides, a mis en garde jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF). (c) Afp

BANGKOK (AFP) - Le besoin de terres agricoles risque de faire disparaître un tiers des forêts naturelles de la région du Grand Mékong d'ici à vingt ans si les gouvernements ne prennent pas de mesures rapides, a mis en garde jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Les forêts sont décimées pour faire place à des plantations d'hévéas et de riz pendant que l'exploitation illégale du bois se poursuit dans des zones protégées, a dénoncé l'organisation.

Le Cambodge, le Laos et la Birmanie ont déjà perdu entre 22 et 24% de leurs espaces forestiers entre 1973 (date depuis laquelle des données sont disponibles) et 2009, tandis que la Thaïlande et le Vietnam en ont perdu 43%.

"Le Grand Mékong est à un tournant", a souligné Peter Cutter, un responsable de WWF, selon lequel la situation actuelle peut mener au déclin de la biodiversité et des moyens de subsistance de la population.

"Mais si les ressources naturelles sont gérées de façon responsable, cette région peut suivre une voie qui assurera un avenir sain et prospère pour sa population".

Selon le rapport, de grandes étendues de forêts autrefois ininterrompues ont été fractionnées par l'agriculture et l'urbanisation. Des surfaces de mangroves ont aussi été remplacées par des rizières ou des élevages de crevettes.

Si le phénomène se poursuit, 34% des forêts encore debout seront perdues ou fragmentées d'ici 2030, détruisant l'habitat de nombreuses espèces sauvages comme le tigre et l'éléphant.

La WWF revient par ailleurs sur la construction au Laos du barrage controversé de Xayaburi, une "menace clé" pour l'écosystème lié au Mékong. Elle souligne les "conséquences dévastatrices" du projet pour les 60 millions d'habitants qui dépendent du fleuve en matière de transport, d'alimentation et d'économie.

Ce barrage de 3,8 milliards de dollars, qui doit être terminé d'ici 2018, a divisé les riverains du fleuve pendant des mois avant que les travaux ne débutent fin 2012. Alors que la Thaïlande achètera la majorité de l'électricité produite, Vietnam et Cambodge craignent pour leur stock de poissons et de sédiments.

Le Laos, dépourvu d'accès à la mer et de tissu industriel, mise sur l'énergie fluviale pour appuyer son développement et rêve de devenir "la pile de l'Asie du sud-est".

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/nature-environnement/20130502.AFP1580/les-forets-de-la-region-du-mekong-en-danger.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

En Thaïlande, les pêcheurs du Mékong victimes des barrages

Message  Admin le Dim 4 Aoû 2013 - 14:52

Sur les rives du Mekong, des pêcheurs thaïlandais attendent leur tour pour lâcher leur filet mais le poisson se fait rare. La faute aux barrages chinois, selon les défenseurs de l’environnement qui luttent contre un nouveau projet en aval, au Laos.

«Il y a des jours où j’attrape des poissons, d’autres jours où je n’en attrape aucun», lance Pat Chaiwong, 67 ans, un des 23 pêcheurs de cette communauté de Wiang Kaen, dans la province de Chiang Rai, dans le nord du royaume.

Cette journée lui a apporté quatre belles prises, en plus du menu fretin. Au coucher du soleil, un client vient faire son marché. Il repart avec un poisson attaché par la joue à une ficelle: 150 bahts (moins de 4 euros).

Le pêcheur ignore pourquoi il revient si souvent bredouille, mais ses collègues accusent les barrages construits par les Chinois en amont, dans le Yunnan, qui bouleversent le cycle naturel du fleuve.

«Avant, le niveau de l’eau montait (et baissait) selon les saisons», note Decha Chaiwong, 48 ans. Mais aujourd’hui, les vannes ont pris le pas sur la nature. «C’est pour ça que le nombre de poissons a diminué».

Et le pire est à venir, craignent les pêcheurs. Le barrage de Xayaburi, premier d’une série de onze sur la partie basse du Mékong, cristallise les craintes des 60 millions d’habitants dépendant du fleuve pour le transport ou l’alimentation.

«Les poissons ne pourront plus aller pondre», dénonce Niwat Roykaew, président du Réseau de conservation des ressources naturelles et de la culture, dans la province de Chiang Rai.

Une grande partie des quelque 200 espèces du bas Mékong remontent en effet le courant pour frayer. Une migration fluviale parmi les plus importantes du monde, selon la Commission régionale du Mékong (MRC).

Au sein de cet organisme consultatif qui réunit Laos, Thaïlande, Cambodge et Vietnam, Hanoï et Phnom Penh avaient soulevé des inquiétudes sur l’impact du barrage sur la pêche et les sédiments.

Mais le Laos, l’un des pays les plus pauvres du monde qui veut devenir la «pile de l’Asie du sud-est», a maintenu le cap pour lancer en novembre dernier la construction de la centrale hydroélectrique. D’une capacité de 1.285 mégawatts, elle devrait être terminée d’ici 2019.

«Coup d’Etat»

«C’est un coup d’Etat contre le Mékong», s’emporte Niwat. «Nous nous battons parce que nous sommes des enfants du Mékong» qui fournit «tout ce dont nous avons besoin».

La Thaïlande doit en principe acheter la quasi-totalité de l’électricité produite. Son association a donc déposé un recours auprès de la justice du royaume pour stopper le projet de 3,5 milliards de dollars mené par le groupe thaïlandais CH Karnchang.

Ni ce dernier, ni l’entreprise publique Electricity Generating Authority of Thailand n’ont répondu aux sollicitations de l’AFP. La presse officielle laotienne répète pour sa part à l’envi que l’ouvrage a été redessiné pour répondre aux critiques.

«Il y a trois passages différents pour les poissons», confirme Hans Guttman, patron du secrétariat de la MRC.

Mais il n’est pas certain que tunnels, échelles à poissons et autres systèmes de passage des sédiments fonctionneront «sur des structures aussi grandes», reconnaît-il. Et d’admettre: «Xayaburi aura un impact direct».

Dans une étude publiée en 2011, la MRC notait qu’avec la construction des onze barrages sur le fleuve, au Laos et au Cambodge, et de plusieurs dizaines d’autres sur des affluents, la pêche pourrait baisser d’au moins 25% d’ici 2030.

Et si la Thaïlande devrait être la moins touchée, ses pêcheurs se battent «au nom du Mékong» et de ceux dans les pays voisins qui ne peuvent pas s’exprimer, souligne Pianporn Deetes, de l’ONG International Rivers.

D’autant que le fleuve, omniprésent dans les mythes et les rituels, est bien plus qu’un simple garde-manger. «De nombreuses traditions sont liées au fleuve, comme le Naga, le serpent géant qui vit dans le Mékong en tant qu’esprit protecteur», poursuit-elle.

«Mais si les barrages bloquent la rivière, le Naga ne pourra pas se déplacer d’amont en aval. Tout comme le poisson chat géant, vu également comme un protecteur».

Ce poisson, un des plus gros d’eau douce dans le monde, qui peut atteindre 3 mètres de long et 300 kilos, est déjà menacé par la surpêche. Il n’en resterait pas plus de 200, selon un récent rapport de WWF, qui craint son extinction.

Pat Chaiwong n’en a d’ailleurs pas vu la queue d’un depuis des années. «Je ne sais pas où ils sont, peut-être dans des grottes ou ailleurs».

http://www.liberation.fr/monde/2013/08/04/en-thailande-les-pecheurs-du-mekong-victimes-des-barrages_922679
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Ven 13 Sep 2013 - 6:00

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Laos

Message  Admin le Jeu 3 Oct 2013 - 7:25



A fisherman forced to signed the contract (front of Laos government fishery officers) to accepted to forbidden his tradition fish trap " Li" next year (2014.) source saids fish trap in Khon Falls area had to stop cause it soon will be the indicator to number of fish catch after the Hoo Sahong dam build. all human tradition fishing culture in Khon Falls soon to be vanish.

All these trouble fisherman families faces course of build the Dam. and very much likely when then all fisherman in Khon Falls left with no income, there they will soon migrate to Thailand as an illegal labour......
------------------------------------------
http://www.internationalrivers.org/resources/pr-fish-plunder-at-stake-laos-announces-plans-to-build-don-sahong-dam-8102
------------------------------------------
"On Monday, Laos notified the Mekong River Commission (MRC) and member countries of its intent to build its second Mekong mainstream project, the 260 MW Don Sahong Dam. As the Don Sahong Dam will block the only channel available for dry-season fish migrations on the Mekong River, the move places the…"

https://www.facebook.com/piyavitfotos
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Admin le Lun 28 Oct 2013 - 11:00

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Mekong, Courants Contraires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum