Les Ladyboys

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Ven 27 Jan 2012 - 1:42



About this project

The LADYBOY story came up with the idea that I believe there are still so many struggles in Thai ladyboy's life even nowadays, from a foreigner's aspect, ladyboy has become one of the images of Thailand and they seem to have gained more acceptance than those in other countries in the world.

This project aims to document what Thai ladyboy's life really is. I try to go beyond the surface of the Thai ladyboy's image by seeing through the beautiful face and body that they have recently improved, and documenting many aspects of their real life, for instance, the aspect of cabaret show, prostitution society, ladyboy shaman, young ladyboys, the beauty contest and etc. As for my personal perspective, this story is not just only about how they struggle in life or how they get an acceptance from society, but it is also about the relation between a group of people, society and their land that have shown and reflected on Thai culture, tradition and social structure that I have been fascinated by. I believe that our life has been pushed by our social judgement, but I am not going to judge anything through this story, I just want to frankly document the way of Thai ladyboy's life which I can say, “Made in Thailand”.

Cabaret Show was the beginning aspect of LADYBOY that I started off. Then, the perspective of the delusion of illusional beauty in prostitution society that has caused the increasing number of ladyboy prostitutes with a decrease in their age range, was further documented.

Now, I am asking for your support on the next aspect of my project which is the aspect of beauty contest. There is a group of ladyboys in the north of Thailand trying to participate in as many beauty contests as they can, like a hunter, hope for a monetary award and also plastic surgery that they believe in.

The fund will cover all my travel expenses, which will take me from New York to Thailand and any costs incurred while traveling with them.

When the LADYBOY story in all aspects is complete, I will distribute the photographs through public exhibition and some publications.

Thank you

http://www.kickstarter.com/projects/ekkaratpunyatara/ladyboy
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Thailande - Une candidate transgenre se lance en politique

Message  Admin le Jeu 3 Mai 2012 - 18:01

La Thaïlande est réputée pour accueillir une importante « communauté transgenre ». Pour la première fois, une candidate transsexuelle se lance en politique, et brigue le mandat de dirigeante du bureau provincial de Nan.



Une première dans la politique Thaïlandaise
Cela ne saute pas aux yeux, mais cette charmante politicienne en campagne (photo ci-dessus), connue sous le nom de Yonlada « Nok » Sunyot est née de sexe masculin. Si elle remporte les prochaines élections dans sa très conservatrice province thaïlandaise, elle pourrait devenir le « transgenre » le plus gradé, dans la hiérarchie politique de toute l’histoire du pays.

D’après le Bangkok Post et The Nation, Yonlada Sunyot est en lice pour le bureau provincial de Nan. Aucun transgenre thaïlandais - dits kathoeys dans la culture locale - n’a été élu à un poste plus élevé que celui que brigue la candidate.

La politicienne s’est fait connaître du grand public à travers une carrière artistique. Plus connue sous son nom de scène, Posh Venus, Yonlada Sunyot a chanté plusieurs années au sein du groupe de pop transgenre, « Venus Flytrap ». Elle a depuis quitté la bande pour se consacrer à la politique.

Une ouverture à nuancer
La Thaïlande est considérée comme un pays ouvert concernant la transsexualité. Cependant, hormis l’industrie du divertissement, les « kathoeys » éprouvent certaines difficultés à accéder à des postes de pouvoirs.
Les transgenres, en pleine ascension sociale, ne se sentent pas pris au sérieux et sont souvent ignorés. Ils restent la cible de blagues sur les plateaux télévisées. Ils pouvaient être enrôlés dans l’armée, mais depuis une récente réforme de la politique militaire, ils sont considérés comme « inaptes », qualifiés de « définitivement fous » ou « déformés ». Un « diagnostic » inscrit sur leurs papiers d’identité, que ces derniers doivent présenter lors des entretiens d’embauche.

Un programme solide
Mais l’ancienne chanteuse, qui a réussi dans le business, a prouvé sa bonne foi. D’après The Nation, Yonlada Sunyot alias Nok est détentrice d’un doctorat et possède « sa propre joaillerie, et dirige une station de télévision sur le câble ».

Dans son programme, elle formule des promesses sensées et en adéquation avec la politique thaïlandaise. Elle voudrait traiter efficacement les conséquences des inondations, offrir de meilleurs services pour les jeunes et les personnes âgées, et enfin ouvrir une hotline citoyenne fonctionnant 24/24.

Elle sera opposée à Pawat Sattayawong, le candidat du parti Pheu Thai, actuellement en place. Une victoire pour Yonlada Sunyot ne ferait pas entrer les transsexuels dans une nouvelle ère d’acceptation, mais de nombreux Thaïlandais sont curieux de voir si un candidat transgenre peut remporter la victoire dans une province si attachée aux traditions.

http://www.jolpress.com/article/thailande-une-candidate-transgenre-se-lance-dans-la-politique-transsexuel-election-621247.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Sam 12 Mai 2012 - 7:35



http://en.wikipedia.org/wiki/Bell_Nuntita

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Ven 25 Mai 2012 - 5:46

Dossier à découvrir ici ----> http://www.rawai.fr/ladyboys-katoyes/index.html


avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Thaïlande: prostitution, drogue, les transsexuels stigmatisés vulnérables au sida

Message  Admin le Mer 25 Juil 2012 - 6:15

BANGKOK - Depuis un café près des go-go bars d'un quartier chaud de Bangkok, Gigi raconte sans fard ses années de prostitution et de drogue. Un passé qui l'a laissée séropositive, comme beaucoup d'autres transsexuels thaïlandais qu'elle veut aujourd'hui mettre en garde.

Plutôt réservée, un maquillage léger appliqué sur son visage pâle, la militante de 40 ans est bien loin de la caricature des katoey (transsexuels en thaï, opérés ou non), haut en couleur et exubérants, dont le nombre est estimé à 180.000 dans le pays.

Certains hommes utilisaient des préservatifs (...) d'autres non. Parfois, le préservatif cassait, raconte-t-elle, sans rancune contre son ancienne vie de passes à Pattaya, station balnéaire réputée pour son industrie du sexe qui accueille quelque 3.000 transsexuels pendant la haute saison.

Apprendre sa séropositivité il y a six ans ne l'avait pas arrêtée. J'ai couché avec de nombreux partenaires, explique-t-elle. Je pensais que j'allais mourir bientôt (...) alors je voulais être heureuse.

Mais les antirétroviraux lui ont épargné le pire de la maladie, et elle a finalement quitté la prostitution pour se consacrer à la prévention du sida, distribuant préservatifs et conseils aux jeunes ladyboys qui arpentent les rues de Patpong ou des autres quartiers rouges de la capitale thaïlandaise.

Une mission terriblement nécessaire alors que le taux de contamination chez les transsexuels serait à la hausse.

Au total, environ 530.000 Thaïlandais vivent avec le VIH, selon une estimation de 2010 de l'Onusida, l'agence de l'ONU spécialisée. Mais il n'existe aucune statistique pour le troisième sexe.

Certaines enquêtes ciblées montrent malgré tout que la prévalence est élevée dans ce groupe. Ainsi, 11% des transgenres de la province de Chonburi, où se trouve Pattaya, seraient contaminés, avec un pic à 20% pour les plus de 29 ans, selon un récent sondage du gouvernement.

des êtres humains

Ces taux sont plus bas que les estimations régionales du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Une étude publiée en mai estimait que près de la moitié des transsexuels d'Asie-Pacifique pourraient être séropositifs, tout en reconnaissant que les chiffres étaient le résultat de l'extrapolation de résultats d'enquêtes à petite échelle.

Le rapport mettait également en lumière la spirale dans laquelle sont pris ces transgenres qui cumulent exclusion sociale, pauvreté et séropositivité.

Et en Thaïlande, la situation s'aggrave, mettent en garde les militants qui notent que les jeunes katoey ne se font pas dépister régulièrement et que le nombre de séropositifs dans cette population augmente, signe d'une possible hausse des comportements à risque.

Ce n'est pas une tendance passagère (...) Si les chose continuent comme ça, le problème va devenir plus que grave, souligne Alex Duke, de l'organisation PSI, qui s'occupe de plusieurs cliniques dédiées aux transgenres.

Le VIH n'est que l'un des risques que les transgenres affrontent chaque jour, poursuit-il, évoquant les violences contre les travailleurs du sexe.

Mais ils font aussi face à des discriminations pour l'accès aux services de santé, à l'éducation et au marché du travail, dénonce la militante Prempreeda Pramoj Na Ayutthaya.

La culture thaïlandaise est d'une grande tolérance sur les questions de genre et d'orientation sexuelle, mais le coeur conservateur de la société peine à les accepter et la loi ne reconnaît pas le changement de genre.

Alors beaucoup de transsexuels estiment que le travail du sexe est le seul moyen de gagner un peu d'argent et d'affirmer leur identité, regrette Prempreeda.

Bien sûr, dépenser plus dans des campagnes d'information qui leur sont spécifiquement destinées, pour améliorer le dépistage et la prise en charge des malades, serait une solution, mais les transsexuels doivent également faire eux-même de leur santé une priorité.

Gigi assure que c'est bien le cas et que les transgenres sont prêts à faire face au problème. S'ils sont reconnus dans leur identité sexuelle. Nous pouvons les aider. Traitez nous simplement comme des êtres humains.

http://www.romandie.com/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Ven 3 Aoû 2012 - 17:08



reportage photos ----> http://www.danwhite.org/Photographer/features/more-than-a-woman Idea
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mar 7 Aoû 2012 - 7:30

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Birmanie

Message  Admin le Mar 14 Aoû 2012 - 22:16

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Jeu 4 Oct 2012 - 7:35

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mar 23 Oct 2012 - 9:36

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Lun 5 Nov 2012 - 13:49



C’est un Philippin de 24 ans qui a remporté le prestigieux Miss International Queen, le concours de beauté des transgenres et des travestis organisé à Pattaya.

Kevin Balot, un transgenre philippin de 24 ans, est monté le 2 novembre à Pattaya en Thaïlande sur la plus haute marche du podium du Miss International Queen, le concours de beauté équivalent au Miss Univers pour les transgenres et travestis, rapporte le journal The Nation du 4 novembre. Jessika Simoes du Brésil et Panvilas Mongkol de Thaïlande arrivent respectivement deuxième et troisième. Le spectacle a été retransmis à la télévision et suivi par des millions de personnes.

Organisé par le célèbre cabaret Tiffany, connu pour ses spectacles de travestis à Pattaya, Miss International Queen s’est imposé au cours des années comme un concours de beauté les plus populaires de Thaïlande et fait la couverture des plus grands médias internationaux. C’est un véritable tremplin pour les transgenres, et l’événement est également l’occasion de promouvoir les droits des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres). Des acteurs et mannequins célèbres comme Ai Haruna du Japon et Treechayada ’Poy’ Malayaporn de Thaïlande sont des anciens vainqueurs du Miss International Queen. Le concours leur a permis de lancer leur carrière et a assuré leur notoriété.

Kevin Balot, qui rêve de devenir hôtesse de l’air, a dit sa fierté d’être le premier Philippin à remporter le concours qui a commencé il y a près de dix ans, et qui a été dominé jusqu’à lors par la Thaïlande, les Etats-Unis et le Japon. Trois autres Philippins y participaient, dont Stefania Cruz, qui a remporté le concours populaire Miss Ripley.


http://asie-info.fr/2012/11/05/thailande-un-philippin-remporte-le-miss-international-queen-512771.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mar 13 Nov 2012 - 14:59



Three hearts are destined to take a journey, and to fall in love.
Saitarn (Penpak Sirikul), a retired transsexual, journeys to the beautiful northern Thailand to fall in love with Fai (Porama Imanothai), a local man who works in a garage. Saitarn wonders if Fai will look into her heart rather than her past.

Tonmai (Panupong Waraeaksiri) takes his journey from America, back to his home country, Thailand to learn that he has inherited a gay bar from his father. Tonmai plans to close the bar, but falls in love with Tonlew (Bell Nuntita - Thailand's Got Talent), a tomboy ladyboy and bar's driver. Now, Tonmai questions if is he is gay or straight.

Din (Pavich Subrungroj), a high school boy, begins his journey when his father, displeased with Din's feminine behavior, sends him away to be a novice priest, expecting Din to be healed. However, Din falls in love with Luang Pee Sang (Kisthachapon Tananara), his priest mentor.
In a world where some believe what they are told to believe, others search for their own truth. When the search leads to love, can circumstances demand that this truth be denied? Come experience the journeys of these three loving souls in this courageous and heartfelt film, "It Gets Better".

Tanwarin Sukkhapisit is a director, scriptwriter and producer for the film 'Insects in the Backyard' (2010). The film was banned from general release by the rating committee under the Office of National Culture Commission in reason of containing an allusion to patricide and prostitution. Tanwarin became a director of feature film as Tai Hong (2010) and Hug Na Sarakham (2011) and founded her own film production company, Amfine Production in 2011 with producers, Sutthiket Kongthaworn and Thitipan Raksasat.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Dim 25 Nov 2012 - 9:02

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Dim 20 Jan 2013 - 10:21

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  MLLucile le Lun 4 Fév 2013 - 8:52

J'avais vu différentes reportages télé et infos sur le web sur ces fameux ladyboys. J'ai vraiment été bluffée lorsque j'ai vu que les filles que je regardais étaient en fait des hommes. En général c'est vrais que la plupart des transexuels, ont voit malgré tout que c'est un homme, ne serait-ce que par la présence de certains muscles, traits du visage, etc... Mais là on est dans une certaine forme de perfection. Ces "filles" sont vraiment magnifiques.

MLLucile

Localisation : France
Messages : 8
Date d'inscription : 31/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Lun 18 Fév 2013 - 23:19

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

En Indonésie, les transsexuels ont dorénavant leur maison de retraite

Message  Admin le Ven 22 Fév 2013 - 7:34



TO GO WITH: Indonesia-rights-transgender,FEATURE by Kevin Ponniah Abandonnés par leurs familles, trop âgés pour gagner leur vie sur le trottoir, des centaines de transsexuels se retrouvent SDF, la vieillesse venue. Pour les accueillir, une maison de retraite a été fondée spécialement pour eux en Indonésie, suscitant des remous dans le premier pays musulman de la planète. (c) Afp
JAKARTA (AFP) - Abandonnés par leurs familles, trop âgés pour gagner leur vie sur le trottoir, des centaines de transsexuels se retrouvent SDF, la vieillesse venue. Pour les accueillir, une maison de retraite a été fondée spécialement pour eux en Indonésie, suscitant des remous dans le premier pays musulman de la planète.

Difficile de croire que les deux physionomies ne font qu'une seule et même personne. Derrière Yoti Oktosea, un septuagénaire bedonnant au visage buriné par les années, trône le portrait d'une jeune "femme" mince et sexy, les longs cheveux noirs caressant de frêles épaules.

Il était alors l'un des plus demandés sur les trottoirs de Jakarta, assure Yoti, se remémorant ses 16 ans de "carrière". "Mais tout est un peu plus flasque maintenant", lâche-t-il dans un éclat de rire, en remontant sa poitrine.

Aujourd'hui, Yoti n'a plus à arpenter la rue. Comme une douzaine de transsexuels vieillissants, il a trouvé refuge dans ce qui pourrait bien être la première maison de retraite pour transsexuels au monde.

Elle n'est rien de plus qu'une bicoque dont la peinture rose n'arrive pas à masquer la modestie, située au bout d'une ruelle poussiéreuse dans la grande banlieue de Jakarta. C'est en fait la maison de Yulianus Rettoblaut, un transsexuel militant pour les droits de sa communauté.

"Mami Yuli", comme il est affectueusement surnommé, a décidé l'an dernier d'ouvrir une partie de son logement, pourtant déjà pas bien grand, à une douzaine de transsexuels à l'allure de grands-mères qui y dorment sur de vieux matelas posés à même le sol.

"C'est très difficile pour eux. Nombre d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté et ils n'ont souvent pour seule option que de coucher sous les ponts".

L'ouverture de la maison de retraite représente une nouvelle victoire pour les transsexuels en Indonésie, après la fondation en 2008 à Yogyakarta (centre) d'une école islamique qui leur est spécialement réservée, où ils peuvent étudier le Coran et prier.

Une chose impensable il y a encore peu dans le pays musulman le plus peuplé de la planète, avec 240 millions d'habitants, dont le gouvernement considérait il y a seulement deux ans les transsexuels comme des "malades mentaux".

Aujourd'hui, les autorités accordent même des subventions à Mami Yuli pour l'aider à maintenir son activité. Cet argent est cependant loin de suffire et les "retraités" sont mis à contribution, cuisinant, dansant et chantant afin de financer nourriture et autres frais de la maison.

"Ils ne peuvent pas rester à rien faire. Ils doivent essayer de trouver du travail pour gagner de l'argent", tranche Mami Yuli, qui a mis en place un programme de cours de cuisine, couture et coiffure.

Les "waria", contraction des mots indonésiens "wanita" (femme) et de "pria" (homme), seraient environ 35.000 en Indonésie, selon la Coalition pour l'Asie-Pacifique de la santé sexuelle masculine.

Relativement bien acceptés par la société - certaines communautés rurales les considèrent comme sacrés - les waria sont plus visibles en Indonésie que dans de nombreux pays occidentaux. La nounou du président américain Barack Obama, quand il vivait enfant dans l'archipel, était ainsi un transsexuel.

Mami Yuli est le pur exemple de ces waria qui ont réussi à se faire accepter. Après 17 ans à se prostituer, il est devenu à 46 ans le seul transsexuel déclaré à décrocher un diplôme de droit, qui plus est dans une université islamique.

Aujourd'hui âgé de 51 ans, Mami Yuli consacre sa vie à la lutte pour sa communauté. En tailleur vert élégant et rouge à lèvres scintillant, ce sont désormais les couloirs des offices gouvernementaux qu'il arpente, à la recherche d'argents publics. Il vient de décrocher des subventions du ministère des Affaires sociales pour l'aider à nourrir et former ses pensionnaires.

Et, fervent catholique, Mami Yuli a également réussi à arracher le soutien de quelques églises chrétiennes. "Eux aussi, ils ont besoin d'être guidés", estime le pasteur Romo Mardi.

A terme, si les finances sont réunies, Yuli rêve de pouvoir héberger les quelque 800 transsexuels âgés que compte Jakarta, et de se faire élire commissaire aux droits de l'homme en Indonésie.

Mais la récente montée de l'islamisme accroît les discriminations, jetant les transsexuels en grand nombre dans la prostitution. 34% des transsexuels de Jakarta sont séropositifs, selon des chiffres datant de 2007 compilés par le ministère de la Santé.

"La loi islamique ne reconnaît que deux sexes: l'homme et la femme", tranche Ali Mustafa Yaqub, du Conseil indonésien des oulémas, plus haute instance religieuse du pays.

Ils "menacent les valeurs islamiques", estime de son côté Habib Salim Alatas, responsable à Jakarta du Front des défenseurs de l'islam (FPI), puissant groupe veillant à l'orthodoxie religieuse qui a déjà fait fermer un concours de beauté "Miss Waria" en décembre.


http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130221.AFP4411/en-indonesie-les-transsexuels-ont-dorenavant-leur-maison-de-retraite.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mar 5 Mar 2013 - 7:08

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mer 13 Mar 2013 - 8:09



An intimate, underground video-diary of Bangkok's Ladyboys, the thailand transexuals: nightlife, neon-lights, money, pleasure, dreams come to life trough their brief portraits. These places and characters are symbols of an Era of mutations, illusions and dualisms. A work-in-progress project created for and shot with an i-Phone, a discreet, but penetrating medium.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Ven 15 Mar 2013 - 7:42




The Third Gender (2013) is a short, artistic documentary in production by Vivienne Chen. The film chronicles the personal narratives of gay and transgender/gender non-conforming individuals in Thailand, including performers, sex workers, and activists. It takes an intimate approach to understanding the gender fluidity and sexuality of Southeast Asia-- and raises the question of whether Thailand is really a safe haven for sexual diversity.

Vivienne is a Princeton University student, journalist, freelance writer, and amateur filmmaker. The project was funded by Princeton's Martin A. Dale Summer Award Scholarship. This is her first major filmmaking project.

For more go to http://ladyboyfilmproject.wordpress.com/
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Dim 17 Mar 2013 - 8:11

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Jeu 6 Juin 2013 - 3:41

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Mer 3 Juil 2013 - 7:00

cliquez sur le lien, et ensuite sur la photo pour découvrir l'expo photos

http://rockaroundasia.com/portfolio-item/cabaret-photography-exhibition-by-french-photographer-simon-kolton/  

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Jeu 4 Juil 2013 - 8:01

Reportage photos ---> http://derekstout.photoshelter.com/gallery/Phnom-Penh-Ladyboys-Drag-Show/G0000nL37l1WopKc Idea 

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Admin le Dim 21 Juil 2013 - 8:52

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Ladyboys

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum