Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thanaka le Jeu 31 Déc 2009 - 12:04

Comparée au reste du royaume, l’Isan fait presque figure de terre maudite. Rencontre avec une région, un peuple et ses difficultés, à l’écart des sentiers touristiques.

À quelques mètres de la cabane qu’elle habite, Phimnipa, 86 ans, montre un réservoir creusé dans le sol. Vide. Il lui semble loin, le temps où, pour lutter contre la sécheresse, le roi "avait envoyé de la pluie artificielle". Les travaux d’irrigation promis un temps par l’administration sont restés lettre morte et les neuf enfants de Phimnipa ont préféré, comme beaucoup ici, tenter leur chance en ville. Aujourd’hui, ils travaillent tous à Bangkok comme ouvriers dans le bâtiment. Un seul est resté auprès d’elle et fait perdurer sur ses quelques raï de terre un schéma d’agriculture de subsistance – le seul qu’on connaisse dans l’Isan. Pour combien de temps?

Parent pauvre du royaume

Le village de Phimnipa est un bout de campagne pelée de la région de Khorat, porte de l’Isan, à trois heures de route de Bangkok. S’y rendre relève déjà d’une volonté appliquée. À Mochit, la gare routière de la capitale, le chauffeur du bus ne ménage pas sa peine pour convaincre le farang [NDLR : le blanc] qu’il s’est trompé de destination. À grands renforts de gestes, il tente de le diriger vers Chiang Mai, la Mecque du tourisme thaïlandais. Avant de renoncer, dans un rire sonore qui traduit autant le sentiment d’une bonne blague que celui, plus tenace, d’une incompréhension: pourquoi diable l’Isan?

Pourquoi pas, voudrait-on dire. Car si l’on s’en tient aux chiffres, les 900 000 étrangers qui s’y rendent chaque année devraient suffire à avoir raison du scepticisme des chauffeurs de bus. Mais en comparaison des 15 millions de touristes qui visitent l’ensemble de la Thaïlande, l’Isan fait figure de parent pauvre du royaume. Le parcours type du touriste étranger (Bangkok, Chiang Mai au nord, Phuket au sud) est bizarrement injuste à l’égard de cette région tentaculaire – 19 provinces et plus de 20 millions d’habitants, répartis sur un plateau immense qui couvre plus d’un tiers du pays. Ses ribambelles de temples khmers forment un ensemble unique, et la querelle séculaire qui s’est élevée en juin dernier autour de celui de Preah Vihear montre que la Thaïlande sait s’enorgueillir à l’occasion d’une région qui fait rire les habitants de Bangkok.

Pourtant, il en faudrait davantage pour dissiper l’ostracisme dont font preuve les autres Thaïlandais à l’égard de l’Isan. Un illustre enfant du pays, l’écrivain Pira Sudham, natif du petit village de Napo dans la province de Buriram, l’a exprimé dans une formule qui sent son vécu: "Certains Thaïlandais de Bangkok ont dit que je n’étais pas Thaïlandais, mais un … buffle ou un paysan".

Faibles rendements, forte mobilité

Ruralité et pauvreté, voilà les reproches faits à l’Isan. Les griefs du rat des villes au rat des champs. Une ruralité banale, campagnarde, dépourvue de l’exotisme des ethnies montagnardes. Bien que l’agriculture soit la principale activité économique, sa pratique est nettement handicapée par un climat très sec et, à la saison des pluies, par des inondations qui rendent le sol inexploitable. Son déclin fait aujourd’hui de l’Isan la région la plus pauvre de Thaïlande, avec des écarts de salaires démesurés par rapport aux revenus des citadins: ici, un paysan gagne en un an le salaire mensuel d’un cadre moyen de Bangkok.

Kampanat, 68 ans, est installé depuis 40 ans dans la région d’Ubon Ratchathani. Il a vu partir en ville quatre de ses six enfants. Lui est resté pour poursuivre leur minuscule exploitation de piment et de tapioca. "Le problème n°1, c’est la sécheresse", souligne-t-il. "Le gouvernement nous a accordé un prêt pour compenser le manque à gagner, énorme certaines années. Mais ce n’est pas suffisant".

Surtout, Kampanat s’occupe des trois enfants de sa fille, partie il y a un an avec son mari à Rayong, ville industrielle du Golfe de Thaïlande, comme ouvriers dans le bâtiment. L’aîné, Priaw, 11 ans, raconte: "Un matin, maman nous a donné 10 bahts pour nous acheter à manger. Quand, le soir, nous sommes revenus de l’école, elle était partie avec mon père. Qui va nous apprendre le thaï ? Grand-père ne parle que le thaï isan…"

Avec la sagesse de celui qui est demeuré fidèle à son sol, Kampanat soupire: "Les gens de l’Isan sont restés des adolescents. Ils partent en ville sans se rendre compte qu’ils vont se faire exploiter dans les usines ou sur les chantiers." Il secoue la tête, résigné. Sa fille s’est désormais séparée de son mari et n’envoie plus d’argent. Des amis lui ont dit qu’elle avait tout perdu au jeu.

"J’espère ne jamais mourir"

Autre conséquence d’un éclatement des familles lié à l’émigration de la main-d’œuvre: la propagation du sida, maladie des villes, atteint des records dans les provinces de la région. Une voisine de Kampanat, Jariya, 38 ans, a contracté le virus il y a neuf ans. C’est son mari, travailleur saisonnier à Bangkok, qui le lui a transmis. Aujourd’hui veuve et mère d’une petite fille, elle se dit bien acceptée désormais par son village, à qui elle s’est ouverte de sa maladie et dont les habitants ont fini par comprendre qu’ils ne risquaient rien. Les premiers temps, elle avait dû affronter leur hostilité et un isolement presque complet.

Quoique lent, un changement des mentalités se dessine. Depuis cinq ans, le gouvernement paie le traitement trithérapique aux malades à condition qu’ils restent dans leur région d’origine. À Khorat, un directeur d’école a menacé de fermer l’établissement tant que certains élèves s’obstineraient à ostraciser les enfants malades.

D’un geste, Jariya a retiré la chemise qui recouvre son bustier. Les médicaments prescrits contenant des hormones mâles, son corps s’est transformé. Ses épaules se sont élargies, les muscles de ses bras se sont dessinés comme ceux d’un homme et les veines y font saillie. Pour un instant, la pitié le cède à l’horrible. Quand on lui demande si elle garde confiance, la réponse tombe, dans un sourire mais comme un couperet: "Non, je n’ai pas d’avenir. Si je travaille encore, c’est seulement pour mettre ma fille à l’abri du besoin."

Utsani est là auprès d’elle. Elle aussi parle de quitter l’Isan après le collège pour tenter sa chance à Bangkok. La Cité des anges, elle ne la connaît que par les récits des travailleurs migrants du village et par la télévision, mais elle rêve de s’y frotter, dût-elle, comme Pira Sudham, passer pour "un buffle ou une paysanne". Pourtant, elle restera tant que sa mère aura besoin d’elle. Jariya lui caresse le bras en signe de reconnaissance. Et suit du doigt sur son t-shirt le contour de mots imprimés dans une langue inconnue. I hope I never die: "J’espère ne jamais mourir."

source http://www.youphil.com/fr/article/01085-isan-l-autre-visage-de-la-thailande?ypcli=ano
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Mustang le Jeu 31 Déc 2009 - 17:14

Merci Flip pour cet article poignant

Comme quoi au Pays du Sourire, des fois faut chercher le sourire ...

Y'a pas d'article positif et donnant envie d'aller en I-San ?
avatar
Mustang

Localisation : Royan (17)
Messages : 328
Date d'inscription : 07/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Sam_Sallung le Ven 1 Jan 2010 - 0:48

Avec mes mots qui ne sont pas ceux d'un journaliste en mal de sensasionnel ou d'un poete utilisant des mots surranes ou incomprehensibles...(Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir ecrire comme Victor Hugo ou Chateaubriand).
Bref, je vis en Issan depuis plus de deux ans; pas en ville mais dans un tout petit village ou il n'y a meme pas de ligne telephonique fixe.
Des pauvres, il y en a, oui, mais pas plus qu'en France.

Les familles nombreuses de plus de 3 gosses sont extremement rares de nos temps.
Dans les generations precedentes, oui pas rare de voir des fratries de 10 voire plus enfants.
Ma belle mere est l'ainee de 11 enfants, certains sont agriculteurs mais d'autres sont profs, patrons d'entreprises, il y en a meme un qui est haut fonctionnaire (directeur de la sante publique de la province d'Udon Thani).
Elle meme a eu 5 enfants, (ce n'est pas 11) et ses propres enfants ont eu 2 ou 3 enfants chacun.
Je ne connais pas dans un rayon assez large de famille nombreuse (a partir de quatre gosses).

Je trouve qu'on met trop souvent en exergue ceux qui n'ont pas reussi leur parcours professionnel.
On ferait mieux de parler de tous ces Issan qui se sont expatrie dans les pays du Golfe ou a Taiwan ou au Japon ou en Coree;
95% des belles maisons ici leur appartiennent; le reste des belles: des maisons de farangs.
Terre de contrastes, certainement; la plupart des chauffeurs de taxi de la capitale sont Issan; beaucoup des filles qui bossent a Pataille ou Soi Cow-boy le sont aussi; quoique la aussi, il faut relativiser; beaucoup d'entre elles sont des etudiantes des universites de Bangkok qui se prostituent "a la petite semaine" pour se payer le dernier I Pod ou un truc similaire.

Le sourire, Mustang?

Partout, tout le temps a n'importe quelle occasion...Ce n'est pas une question de richesse ou pauvrete.

"Un illustre enfant du pays, l’écrivain Pira Sudham, natif du petit
village de Napo dans la province de Buriram, l’a exprimé dans une
formule qui sent son vécu: "Certains Thaïlandais de Bangkok ont dit que
je n’étais pas Thaïlandais, mais un … buffle ou un paysan"
. "

bufle ou paysan? Ce sont des injures en thai; traiter quelqu'un de bufle est ce qu'il y a de pire; et ca me fait marrer car je connais un farang qui aime a se comparer a un bufle; encore un qui n'a toujours rien compris a la mentalite thai.
On a le meme mot qui a la meme signification en vietnamien: "nha que" qui veut aussi dire paysan.

Il est vrai que dans le post que j'ai initie sur mon voyage en Issan, je ne parle que des hotels ou GH ou je suis descendu.
Il faut , en fait, vivre ici pour comprendre a quel point c'est agreable, meme si on n'a pas beaucoup d'argent.
quelques rais de terre; nous avons 10 rai, ma femme et moi sur lesquels nous cultivons moit-moit riz blanc parfume et riz gluant; ca nous fait la consommation annuelle de notre famille (5 personnes) et de nos 3 chiens.
Ca occupe, ca ne prend pas trop de temps ni d'argent ni de fatigue.
Mon beau-fils(21 ans) est plus souvent devant la TV a regarder des tele-novellas thai qu'a bosser; il ne me demande jamais d'argent, trouve le moyen de mettre de l'essence dans sa Honda 125 cm3, de s'acheter (souvent) des copies de DVD (10 baht la copie!);
il fait comme tous ses compatriotes: il bricole; un jour de boulot par ci un autre par la...
il va a la chasse aux "Mickey-mouse", les rats des champs; les mange avec ses copains et une petite rasade de lao kao...pas de besoins extravagants, c'est ca la sagesse, des le plus jeune age, a condition d'habiter la campagne.

A suivre..... suis fatigue de taper avec deux doigts.

Sam_Sallung

Localisation : Ban Kok Sam Ran - Thailande
Messages : 419
Date d'inscription : 13/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thv2001be le Lun 1 Fév 2010 - 19:24

Pour se faire une idée, le mieux c'est d'y aller.... Ou on aime, ou on déteste, mais ça ne laisse pas indifférent.
Avis perso: mieux vaut y aller en couple, ce sera probablement moins désagréable car les voyageurs mâles se font souvent sollicitier pour vous faire passer un moment avec une "young sister", parfois très "young" si vous voyez ce que je veux dire. Vous refusez poliment et on vous sort un "joking" et c'est cette hypocrisie me rend malade. L'Issan est devenu un repère de pervers et de pédophiles.
Tout comme les "give tip" qu'on vous demande à tous les coins de rue si on vous aide spontanément à trouver le bon bus... et le "no farang" quand on essaie de monter dedans.
Vous aurez sans doute compris que je n'aime pas... Dites ça sur un autre forum et vous vous faites lyncher.


Mustang a écrit:Merci Flip pour cet article poignant

Comme quoi au Pays du Sourire, des fois faut chercher le sourire ...

Y'a pas d'article positif et donnant envie d'aller en I-San ?
avatar
thv2001be

Localisation : Belgique
Messages : 112
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Chris68 le Lun 1 Fév 2010 - 19:44

Et ça te fait du bien de venir le dire ici ?

Ok, je n'ai pas encore "l'esprit zen"
J'espère y arriver avant de partir là bas...
A +
Chris


Dernière édition par Chris68 le Lun 1 Fév 2010 - 20:27, édité 1 fois

Chris68

Localisation : Alsace
Messages : 221
Date d'inscription : 18/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thv2001be le Lun 1 Fév 2010 - 20:27

Ben non, pourquoi ? J'ai l'air de jouir là?

Je ne comprends pas très bien le sens de ton intervention

Va faire un tour sur le forum en question qu'on ne nommera pas et tu verras l'ambiance qui y règne. Le dialogue est impossible. Dès qu'on dit qu'on n'aime pas tel où tel endroit, on se fait insulter. Et quand on est marié à une asiatique, c'est encore pire, on se fait traiter de touriste sexuel à chaque intervention alors non merci, je préfère m'exprimer ici.

Chris68 a écrit:Et ça te fait du bien de venir le dire ici ?
avatar
thv2001be

Localisation : Belgique
Messages : 112
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Chris68 le Lun 1 Fév 2010 - 20:30

Ok, j'ai rajouté une sorte de smiley oublié, tout baigne.
Non, mais juste pour dire que de relater comme tu le fais, j'ai l'impression de quelqu'un qui ne voit que la face sombre des choses.
Et finalement pour quelqu'un comme moi qui vient aux renseignements pour préparer un long séjour et pécher des infos, c'est ce genre de message qui reste dans la tête au détriment du reste qui me semble tout de même beaucoup plus riant.
Voilà. C'était mon ressenti.
Donc c'est sans doute dans la façon de le dire.
Désolé.
Chris


Chris68

Localisation : Alsace
Messages : 221
Date d'inscription : 18/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Chris68 le Lun 1 Fév 2010 - 20:32

Et pour ce qui est des forums, pour l'instant je ne parcours que celui-ci, + celui de LP, + celui de FT, + celui de VF.
Et je n'ai rien vu de ce que tu décris au niveau échanges entre membres.

Chris68

Localisation : Alsace
Messages : 221
Date d'inscription : 18/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thv2001be le Lun 1 Fév 2010 - 20:41

Comme je le disais, le mieux c'est de s'y rendre pour se faire sa propre opinion.
avatar
thv2001be

Localisation : Belgique
Messages : 112
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Chris68 le Lun 1 Fév 2010 - 20:56

Tu as raison. Et c'est bien notre intention en fin d'année. En 3 mois, on aura forcément le temps de sillonner un peu le nord-est, entre autres.
A +
Chris

Chris68

Localisation : Alsace
Messages : 221
Date d'inscription : 18/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Invité le Lun 1 Fév 2010 - 21:02

Ruralité et pauvreté, voilà les reproches faits à l’Isan
Rien de bien nouveau sous le soleil ...

Moi, j'ai grandi au Mans, on était considéré comme des pèquenots par les angevins
à cause de l'accent "lourd" du coin ...

Et je ne rappellerais pas la célèbre "Bécassine", caricature de la bretonne attardée
venant travailler au Centre du Monde : Paris !

La vie paysanne est souvent difficile, les citadins se considèrent heureux d'y échapper ...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Singha le Mar 2 Fév 2010 - 8:32

C'est vrai qu'il y a aussi d'autres coins que l'Issan et les iles, où l'on se sent bien et où les Farangs sont rares.
avatar
Singha

Localisation : Entre Nakhon Sawan et Paris
Messages : 107
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thanaka le Mar 2 Fév 2010 - 11:12

les 2 photos c'est à Nakhon Sawan ?
avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Singha le Mar 2 Fév 2010 - 14:27

Je ne sais pas, mais en tout cas same same
avatar
Singha

Localisation : Entre Nakhon Sawan et Paris
Messages : 107
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Singha le Mar 2 Fév 2010 - 14:48







avatar
Singha

Localisation : Entre Nakhon Sawan et Paris
Messages : 107
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thv2001be le Mar 2 Fév 2010 - 17:06

Pho Thale, entre Nakhon Sawan et Phichit.

Tiens, le jour de mon arrivée, il y avait un concert de Carabao.
Evidemment, le gars qui devait nous conduire s'est éternisé lors d'une partie de cartes (ça valait la peine paraît-il), bref, on est arrivé trop tard . J'ai assisté au concert sur écran géant derrière la scène (je devais être le seul blanc dans le coin).






flipflop a écrit:les 2 photos c'est à Nakhon Sawan ?
avatar
thv2001be

Localisation : Belgique
Messages : 112
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Sam_Sallung le Mer 10 Fév 2010 - 13:53

thv2001be a écrit:Pour se faire une idée, le mieux c'est d'y aller.... Ou on aime, ou on déteste, mais ça ne laisse pas indifférent.
Avis perso: mieux vaut y aller en couple, ce sera probablement moins désagréable car les voyageurs mâles se font souvent sollicitier pour vous faire passer un moment avec une "young sister", parfois très "young" si vous voyez ce que je veux dire. Vous refusez poliment et on vous sort un "joking" et c'est cette hypocrisie me rend malade. L'Issan est devenu un repère de pervers et de pédophiles.
Tout comme les "give tip" qu'on vous demande à tous les coins de rue si on vous aide spontanément à trouver le bon bus... et le "no farang" quand on essaie de monter dedans.
Vous aurez sans doute compris que je n'aime pas... Dites ça sur un autre forum et vous vous faites lyncher.

Je ne comprends pas bien certaines de tes phrases;

Pourquoi y aller en couple?
Qui sont ces personnes qui vous proposent une :"young sister" parfois tres young ?
"Joking"?? C'est bien la premiere fois en presque trois ans d'Issan que j'entends ce mot...
Quant au bus "No farang", une nouvelle legende urbaine, je suppose?

Et puis ce serait bien d'avoir le meme discours ICI et la (sur le VF):tu t'es fait lyncher ou?

Je te cite:

"
Re: [khunfred] Tourisme préservé en Issan: ne tardez pas!

(en réponse à...)


10 février 2010 à 5:07



Répondre




Perso, je trouve qu'il est déjà trop tard.
L'Issan
a évolué mais pas forcément dans le bon sens. Cette région avait son
charme il y a encore 10 ans mais les choses ont bien changé. Grâce à
l'argent gracieusement "offert" aux familles par certains mâles
occidentaux, les jolies villa on remplacé les traditionnelles maison en
bois; les tracteurs ont pris la place des buffles, les pick ups se
vendent comme des petits pains et les gens ne voient plus les visiteurs
étrangers d'un très bon oeil. Bref, les mentalités évoluent et
certain(e)s se la jouent parvenus. Sans parler des ATM et autre 7/11
qui fleurissent un peu partout.
Le tourisme de masse, je n'y crois
pas trop car comme tu le dis, il n'y a pas la mer. Par contre, si les
devises continuent à affluer, cette région risque bien de se tranformer
en ghetto à nouveaux riches.
Si vous voulez découvrir des régions
qui ont encore gardé un brin d'authenticité, mieux vaut se rendre au
Cambodge, même si là, ça change très vite aussi.

"

Je ne sais pas si tu as ete peche tes infos sur un site quelconque ou dans les MP que tu echanges avec Tokara..
Mais tu as quasiment tout faux sur toute la ligne.

les bufles?

Ca fait bien plus de dix ans qu'ils ont ete remplaces , non par des tracteurs qui eux, arrivent tout doucement mais par les fameux "taxis-Kubota".
Les belles maisons en dur aux farang...!! Tu plaisantes, j'espere;
je l'ai ecrit plus haut, au moins 95% d'entre elles sont a des thai

Quant aux pick-up qui se vendent comme des petits pains, je te laisse seul juge...
Les "second-hand" s'echangent , oui, contre beaucoup d'argent; les neufs....c'est pas les paysans qui les achetent mais les fonctionnaires, les profs, les flics, les militaires..et les dealers de YABA.Et parfois les farang qui achetent plus souvent un Fortuner ou une belle berline.

Quant a decouvrir des regions qui ont garde un brin d'authenticite, reste en Europe, tu auras l'embarras du choix, va a Gueret dans la Creuse, en France;
Soyons fou, je te propose Slavutich, en Ukraine; bien perdue au fond des bois, a 80 km a vol d'oiseau de Tchernobyl.


Dernière édition par Sam_Sallung le Mer 10 Fév 2010 - 13:55, édité 1 fois (Raison : mise en page)

Sam_Sallung

Localisation : Ban Kok Sam Ran - Thailande
Messages : 419
Date d'inscription : 13/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thv2001be le Mer 10 Fév 2010 - 17:03

Moi je comprends pas ton post. C'est pas très clair... J'ai dû rater un épisode.

Je vais te répondre pour la partie qui me concerne: Le "no farang", c'est du vécu. Ca n'a rien d'une légende urbaine. Le type; sous prétexte qu'il ne comprenait pas l'anglais, n'a pas voulu qu'on monte dans le bus. Tout ce qu'il savait dire, c'est "no farang, no farang". Voilà, on relate une anécdote et on se fait traiter de menteur, pfff... c'est triste.

Pour le reste de tes question, il suffit de lire ce que j'ai marqué plus tôt... Les voyageurs mâles solitaires sont très sollicités; c'est pour ça qu'il vaut mieux y aller en couple. Je crois que c'est clair. On vous propose une fille, vous refusez et on essaie de vous faire croire que c'était une plaisenterie. "Joking", j'ai entendu ça plusieurs fois. Tout comme "tip for me " ou "give tip"; au moins 10 fois par jour.
A ce sujet, Lumphini avait à l'époque, posté un très bon article sur VF suite à son périple en Issan et le pauvre s'est fait lyncher car bien sûr, les expats qui se sont installés là bas prétendent que rien de tout ça n'existe.

Pour le reste, je suis plus que confus.... D'où sort le texte en gros caractères? C'est un MP que tu as reçu ou t'as trouvé ça sur un autre forum? Il y a des similitudes avec mon post mais pas mal de discordences donc je suppose que ce n'est pas une réponse à mon post. Le type qui a écrit ça a l'air un peu frustré et de mauvaise foi... J'écris que beaucoup de maisons sont financées par les revenus de la prostition et on traduit ça par "les maisons en dur appartiennent aux farangs", LOL; tout comme les buffles qui ont disparu il y a plus de 10 ans et les tracteurs qui n'existent pas... Mort de rire. Et que dire de la remarque sur les pick ups. Il y en a partout, neuf ou d'occase; bien pratique d'ailleurs.
Et qui est ce fameux Tokara dont il est question MP? Là il faut m"en dire plus car je ne comprends rien.

Il faut savoir que j'avais écrit ce post sur VF pour dire aux visiteurs potentiels que s'ils voulaient voir des maisons en bois et des buffles, mieux vallait aller ailleurs car l'Issan s'était modernisée et qu'ils risquaient d'être déçus, l'Issan n'étant plus ce quelle était il y a 10 ans.

Et voilà ce que ça donne... Il suffit de regarder une des premières réactions: "donc l'Issan n'a pas le droit de se moderniser...". En d'autres occasions, je rigolerais mais là, bof....
avatar
thv2001be

Localisation : Belgique
Messages : 112
Date d'inscription : 01/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'Isan ou la Thaïlande oubliée

Message  thanaka le Sam 4 Sep 2010 - 7:05

avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

La cuisine de l'Issan

Message  Admin le Lun 6 Sep 2010 - 6:09

L’Issan est la région du nord-est de la Thaïlande, couvrant le plateau de Khorat et bordée au nord et à l’est par le fleuve Mékong, au sud par la frontière cambodgienne et au centre par la chaîne montagneuse de Petchaboon.
L'Issan couvre un tiers de la surface de la Thaïlande et est considérée comme la région la plus pauvre et précaire du pays. La plupart de ses habitants sont des paysans. Toutefois, on y trouve une gastronomie qui a largement dépassé ses frontières internes et qui a séduit tout à la fois les autres régions thaïlandaises et, plus globalement, tous les amateurs de cuisine thaïe.

Parmi toutes les spécialités de l’Issan, commençons par la célèbre salade de papaye verte, Som Tam. Cette salade, particulièrement épicée, est traditionnellement préparée dans un grand mortier de bois dans lequel la papaye est réduite en lambeaux et mélangée à des épices. C’est pour cette raison qu’on lui attribue le sobriquet de « Papaya Poc-poc », rappelant le bruit du pilon frappant le mortier. La Som Tam, qui associe le feu du piment, l’acidité et douceur sucrée de la papaye verte, sert souvent d’accompagnement aux viande grillées façon Issan (Nua Yang, Kaï Yang ou Mou Yang : bœuf, poulet ou porc mariné et grillé).

Une autre spécialité de l’Issan est la salade Laab. Ce plat est fait de viande hachée et sautée (poulet = Laab Kaï, bœuf = Laab Nua, Porc = Laab Moo, etc.), de riz grillé réduit en poudre, de piments, d’échalotes, de jus de citron vert et de menthe. Il existe de nombreuses variantes dont celle qui est particulièrement appréciée au Laos (Laab Khmer) et qui est réalisée à base de bœuf cru, un peu comme notre steak tartare.

Mais la curiosité gastronomique de cette région reste, pour nous occidentaux, la profusion d’insectes et d'animaux rampants dont se délectent les habitants de l’Issan. Dans cette région au climat difficile, pratiquement tout ce qui court ou qui vole est mangé. Les sauterelles grillées, lézards, grillons, larves, grenouilles, coléoptères d'eau, scorpions, vers à soie et œufs de fourmis sont des mets de choix. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver des étals de ces insectes jusque dans les rues de Bangkok. Parmi la pléiade d’insectes, ce sont les coléoptères noirs recueillis dans l’eau des rizières qui remportent le plus de suffrages et dont ils sont le plus friands. Pour les amateurs…

Parmi les autres spécialités de l’Issan, citons :
• Saï krao (spécialité de Surin) : sorte de boulette de riz mélangée à de la citronnelle, jus de citron vert, gingembre et piment.
• Khao Niao : le riz gluant qui se mange de la manière suivante : on confectionne de petites galettes, on y dépose un peu de nourriture et on n’en fait qu’une bouchée. Traditionnellement, le riz gluant est préparé dans de petits paniers tressés appelés Ngouat Nung.
• Pla Ra : poisson fermenté qui constitue le plat principal dans presque chaque repas. Il est simplement mangée avec du riz gluant ou ajouté à d'autres plats.
• Nua Nam Tok : salade de bœuf grillé.
Toutes ces spécialités, généralement très épicées, sont souvent accompagnées de légumes frais et crus destinés à apaiser le feu des piments.

source http://www.gavroche-thailande.com/actualites/saveurs-thailandaises/1216-la-cuisine-de-l-issan
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Pio Pio le Lun 6 Sep 2010 - 20:54



Je fais aussi parti de ceux qui pensent que la tranquilité en Isan c'est bientôt fini, alors comme partout, y compris à Bangkok, on trouvera toujours des coins ou s'éloigner mais les forums ont contribués depuis des années à "démocratiser" les voyages puis ensuite les régions" et enfin les "bons plans", c'est notre faute à tous et c'est désormais bien difficile à arrêter çà , ce qui est dommage c'est que ces régions patissent de notre envie, à la fois de partager nos expériences et de préserver les lieux les plus sauvages du tourisme de masse , il faut une bonne fois que l'on se rende compte que les deux sont incompatibles ...
avatar
Pio Pio

Localisation : sud de la france
Messages : 76
Date d'inscription : 27/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Admin le Mer 2 Nov 2011 - 12:45

Une jolie carte sur l'Issan ----> http://www.thailand-ticket.de/issan/issan-map.htm


et en relisant les posts des intervenants sur le sujet, une pensée pour Singha waï
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  thanaka le Dim 25 Déc 2011 - 10:23

près de 2000 kms en Issan en novembre/décembre avec un Honda PCX 125 ... bof bof ... c'est bien sans plus,
c'est 100 001 fois mieux au Laos et en Birmanie...même le long du mekong

avatar
thanaka
Admin

Localisation : il existe une application pour ça
Messages : 2606
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Isan, l’autre visage de la Thaïlande

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum