Muay Thai ...

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les poings de la fierté, un documentaire choc

Message  Admin le Ven 30 Nov 2012 - 8:02



Dans Les poings de la fierté, Hélène Choquette dépeint le quotidien de garçons birmans. Des jeunes qui s’entrainent à la dure dans un camp de boxe thaï à la frontière de la Birmanie en vue d’un combat annuel.

Dans Les poings de la fierté, Hélène Choquette (Les réfugiés de la planète bleue), adopte une approche intimiste. Sans rudesse, elle nous plonge dans la réalité pourtant ardue de petits garçons birmans qui accomplissent leurs rêves sur le ring. «C’est le film dont je suis le plus fière; ma plus belle expérience de tournage», confie-t-elle. Elle nous parle avec émotion de cette expérience «extrêmement prenante».

On imagine que le milieu n’était pas forcément propice à la confession. Avez-vous travaillé longtemps pour gagner la confiance des intervenants?
Ça s’est fait petit à petit. J’ai passé un mois dans le gym en recherche, puis je suis revenue au Québec et je suis repartie cinq mois plus tard. Pendant les cinq mois où je n’ai pas vu les enfants et les coachs, je dédommageais l’interprète sur place pour assurer un suivi, donner des nouvelles. La confiance s’est donc gagnée sur six mois.

Vous recueillez des témoignages extrêmement émouvants, comme celui de ce grand garçon birman qui se met à pleurer quand il raconte avoir commencé la boxe pour se payer l’école…
Ça, c’est arrivé le premier jour de tournage! Le caméraman n’était pas encore arrivé, c’est moi qui tenais la caméra. J’avais rencontré ce garçon lorsque je faisais mes recherches. Je lui ai dit que je voulais faire un film sur les enfants birmans en Thaïlande plutôt que sur la boxe. J’ai tout de suite senti qu’il avait des choses à dire. Quand je suis arrivée, on aurait dit que ça faisait cinq mois qu’il attendait ça! La caméra est partie et, 15 minutes plus tard, il pleurait! Vous savez, les Birmans sont des gens très enjoués, ils rigolent beaucoup, mais ils sont aussi très émotifs.

Vous dites qu’au départ vous vouliez vraiment faire un film sur les enfants birmans. Qu’est-ce qui vous a amenée vers la boxe?
Au départ, on s’intéressait au phénomène des Birmans illégaux qui sont entraînés avec les moyens du bord et qui se battent une fois par année contre les Thaïs, qui eux, sont entrainés dans des gymnases beaucoup mieux équipés. On voulait donc faire un film qui parle de l’exploitation des enfants birmans. Sauf qu’en passant du temps à la frontière, j’ai découvert qu’il y a des écoles pour les illégaux, une clinique, des spécialistes du droit des enfants qui s’occupent d’eux… Et j’ai compris que, finalement, les conditions de vie des enfants dans les gyms ne sont pas si mal que ça en comparaison avec ce que vivent d’autres enfants d’illégaux.

Vous plongez ici dans un milieu très masculin. Était-ce difficile pour vous de vous introduire dans cet univers?
Je crois que le fait d’être une fille m’a beaucoup aidée en recherche, car je n’étais absolument pas identifiée comme quelqu’un qui voulait faire de la boxe ou rivaliser avec eux. Je n’ai jamais prétendu connaître la boxe, j’étais très candide dans tout ça, donc les coachs se sont pris d’affection pour moi. Pour ce qui est des enfants qui vivent loin de leur mère, j’étais plutôt une figure maternelle.

La boxe, on le sait, est un sujet très cinématographique, et les scènes de combat sont très, très belles. Est-ce que ce sont des moments où vous vous êtes fait plaisir en tant que réalisatrice ou, au contraire, était-ce difficile de filmer des jeunes
en train de se battre?
Les combats, je les ai vus en montage et je vous avoue que j’ai même confié la mission aux monteurs, parce que je trouvais ça vraiment dur de voir des petits garçons à qui je m’étais attachée se faire frapper assez rudement.

http://journalmetro.com/culture/199642/les-poings-de-la-fierte-un-documentaire-choc/

https://www.facebook.com/pages/Les-poings-de-la-fiert%C3%A9-Fists-of-Pride/188080677888569
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Admin le Lun 24 Déc 2012 - 11:47

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Buffalo Girls

Message  Admin le Ven 1 Mar 2013 - 7:52


Synopsis: Two eight-year-old girls in Thailand, Stam and Pet, fight in Thailand's underground boxing world to help support their families. At only eight years old, the two girls fight throughout rural Thailand to earn money to support their families, as well as trying to secure the 22-kilogram Muay Thai Championship belt of Thailand. The film also addresses the culture of children's fighting through interviews with the children's parents, the referees who officiate the fights, and the professional gamblers who bet on them. The impoverished farming communities of rural Thailand offer few opportunities for economic gain, and boxing is one of the few alternatives to the country’s commercial sex trade as a means of escaping the extreme poverty. Child boxers in Thailand can often earn a family’s monthly rent from a single bout, sometimes taking home more than what a farmer or factory worker earns in a month. For the film’s young protagonists, boxing is an opportunity to help their parents supplement the family income and improve their standard of living.

Film : http://www.cultureunplugged.com/documentary/watch-online/play/11044/Buffalo-Girls
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Admin le Jeu 22 Aoû 2013 - 9:45



In the famously lawless Golden Triangle of Burma, Laos, and Northern Thailand, Thai Army Lieutenant, retired boxer, and fight promoter Jawee Sukantha raises a band of orphaned boys as professional fighters. These kids often come from the so called "Hilltribe" villages, the final, dirt poor remnants of cultures displaced in antiquity by the arrival of the Thai people. Calling upon a historic animosity between the rival kingdoms of Burma and Siam, Jawee stokes nationalistic pride in Muay Thai and Thai culture by invoking the rite of "Kaad Chiek" boxing, in which a fighter's hands are protected not by gloves, but by a simple bit of torn cloth.
The men who answer Sukantha's call to these bloody, dangerous fights are not so different from the hilltribe boys who emulate them, separated only by a span of time. Once caught up in the intoxicating world of professional fighting, these men lose sight of their lives beyond the ring and, pushed from the spotlight by younger generations find a bleak prospect; underpaid unskilled labor, or a return to the ring, to fight with their people's old enemy, the Burmese boxers.
It is left up to each boy either to follow the glory of the warrior or seek a more secure life by leaving the fight game behind.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Admin le Dim 8 Sep 2013 - 10:00

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Admin le Ven 4 Oct 2013 - 22:00

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Admin le Ven 11 Oct 2013 - 22:33

avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Muay Thai ...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum