l'esprit voyageur en asie du sud-est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-28%
Le deal à ne pas rater :
PNY CS900 Series – Disque SSD 1 To 2,5″ SATA III à 71,99€
71.99 € 99.99 €
Voir le deal

« Karens Padaungs de Birmanie, réfugiés en Thaïlande »

Aller en bas

« Karens Padaungs de Birmanie, réfugiés en Thaïlande » Empty « Karens Padaungs de Birmanie, réfugiés en Thaïlande »

Message  Admin Jeu 27 Jan 2011 - 19:56

Du 2 février au 23 mai 2011 Le musée départemental des Arts asiatiques présente une nouvelle exposition photographique « Karens Padaungs de Birmanie, réfugiés en Thaïlande ».

Musée des Arts asiatiques Photographes en Asie NICE Du 2 février au 23 mai 2011, dans le cadre confidentiel de la Maison du Thé,

L’origine du peuple karen est incertaine. Leurs légendes situent leurs racines dans le désert de Gobi. Leurs langues principales, le Sgaw et le Pwo, sont classées parmi les langues tibéto-birmanes. Avec l’évangélisation, commencée dès le XIXe siècle, ils se convertissent au christianisme tout en conservant des traditions animistes. Le terme de « padaung » sert à désigner deux groupes minoritaires, parmi les Karens : Les Kayans ou « longnecks » (long cou) et les Kayaws ou « big ears » (grandes oreilles).

« Karens Padaungs de Birmanie, réfugiés en Thaïlande » Image002-29-61965

L’établissement des Karens en Birmanie, issu d’une lente migration vers le Sud depuis la Chine, est attesté depuis de nombreux siècles. Ils y forment un État Karen et un État Kayah. D’autres Karens, continuant leur migration vers le Sud, s’installent en Thaïlande vers le XVIIIe siècle où ils s’intégrent facilement aux populations locales. En Birmanie, la prise du pouvoir en 1962 par les militaires et les répressions menées à l’encontre des minorités ethniques, ont poussé un grand nombre d’entre eux, dont des Karens composés majoritairement de femmes et d’enfants, à fuir le pays pour trouver refuge en Thaïlande. Ne bénéficiant pas du statut de réfugiés, ils s’entassent par dizaines de milliers, dans des situations sanitaires précaires, dans des camps dont l’accès est interdit au public.

Parce qu’ils représentent pour la Thaïlande un intérêt touristique, des Karens Kayan et Kayaw sont autorisés à vivre dans des villages où ils sont exhibés. Souvent dénués de droits, ils vivent difficilement de la vente de quelques objets d’artisanat à des touristes, ignorant le plus souvent leur culture et les conditions de vie dans lesquelles ils vivent. Malgré ces conditions de vie misérables, ces Kayans et ces Kayaws revendiquent leur héritage culturel et se veulent les gardiens d’une culture millénaire. Ils restent les derniers témoins des traditions, des mythes, des techniques et de croyances qui appartiennent au patrimoine historique de l’humanité, et que la globalisation, ailleurs, efface inexorablement. Dans le plus grand dénuement et la pire infortune, ils gardent une beauté, une dignité qui inspire le respect et l’admiration.

http://www.arts-asiatiques.com/

source http://www.artcotedazur.fr/karens-padaungs-de-birmanie-refugies-en-thailande,3595.html
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum