La Birmanie se dote enfin d'un taux de change flottant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Birmanie se dote enfin d'un taux de change flottant

Message  Admin le Mer 28 Mar 2012 - 14:05

La Birmanie va adopter un système de taux de change flottant contrôlé, à dater du 1er avril, une étape essentielle vers l'unification de ses multiples taux, unanimement dénoncés comme paralysant son développement économique et son intégration sur le marché mondial.

"La valeur extérieure de la monnaie nationale, le kyat de Birmanie, sera à partir de maintenant déterminée par les conditions de l'offre et de la demande sur le marché des changes", a annoncé le quotidien officiel anglophone New Light of Myanmar.

Il n'a pas précisé pas comment le taux serait contrôlé, et si la monnaie serait protégée pour l'empêcher de dévisser.

La Birmanie fonctionne avec une monnaie singulière, soumise à des taux officiel, semi-officiel et non-officiels, auxquels s'ajoutent les FEC (Foreign Exchange Certificates). En principe, détenir des dollars en liquide est interdit pour les Birmans sauf autorisation spéciale.

Le taux officiel actuel, ignoré de tous, est de six kyats pour un dollar. Au marché noir, on en obtient environ 800. Un fossé surnaturel, attribué par les analystes à 50 ans de politiques économiques désastreuses qui ont creusé l'écart entre économies officielle et parallèle.

Certains experts y voient aussi une façon qu'avait la junte de détourner des revenus de l'industrie des hydrocarbures, en enregistrant des ventes au cours officiel avant de les changer à des taux plus de cent fois supérieurs.

"C'est une décision très positive. Cela injecte une dose de rationalité dans le processus de gestion, qui brillait par son absence dans le régime précédent", s'est félicité Sean Turnell, expert de l'économie birmane à l'université Macquarie de Sydney.

"Cela supprime bien des difficultés et de nombreuses incitations à la corruption, qui se nourrissait de ce double taux".

Le Fonds monétaire international (FMI) a récemment effectué une mission en Birmanie, notamment pour l'aider à réformer ce système de change. Il avait estimé en 2008 que les pertes du pays asiatique liées aux taux de change avaient représenté entre 14 et 17% de son économie en 2006-2007.

La mesure est de nature à faciliter les investissements étrangers et les échanges commerciaux. Car même si les acteurs étrangers n'utilisaient pas le taux officiels, "ils étaient constamment vulnérables, à cause des activités +extra-légales+ auxquelles ils devaient se plier", explique Sean Turnell.

Le gouvernement birman, dirigé par d'anciens militaires depuis le retrait volontaire de la junte il y a un an, a multiplié les réformes.

Il affirme vouloir bâtir un système réellement démocratique, tout en relançant une économie sinistrée. Il injecte ainsi des principes-clés de l'économie de marché et se dote de structures financières et juridiques dignes de ce nom.

Le taux de référence de la devise nationale sera désormais publié chaque jour, vraisemblablement pour commencer autour des 800 kyats pour un dollar, selon Turnell, bien que "beaucoup d'hommes d'affaires le préfèreraient bien plus bas, probablement autour des 900".

La valeur du kyat a grimpé ces dernières années, menant la vie dure à une économie déjà exsangue.

Les experts attribuent le phénomène à des causes aussi multiples que la fragilité chronique du dollar, la croissance des exportations de pétrole et de gaz, la faiblesse des importations ainsi que la hausse des investissements et des visiteurs étrangers.

Mardi, le numéro deux du FMI Naoyuki Shinohara a indiqué aux journalistes à Bangkok que le Fonds fournissait aux autorités "de l'assistance technique et de la formation, en particulier sur la banque centrale, la politique des taux de change et les statistiques".

L'entrée en vigueur de cette décision coïncide avec les législatives partielles de dimanche, auxquelles se présente la chef de file de l'opposition Aung San Suu Kyi.

http://www.boursorama.com/actualites/la-birmanie-se-dote-enfin-d-un-taux-de-change-flottant-94127b150a03599657c494cf786d6a77
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

La Birmanie met fin à un taux de change administré vieux de 35 ans

Message  Admin le Lun 2 Avr 2012 - 23:29

Nouvelle étape qui pourrait conduire au retour de la Birmanie dans la communauté internationale et à une levée des sanctions. Au lendemain d'élections historiques, qui ont vu l'ancienne opposante Aung San Suu Kyi obtenir un siège au Parlement, ce pays qui était le plus fermé d'Asie du Sud-Est apparaît désormais comme le plus prometteur. Non seulement il vient d'annoncer la mise en place de dispositifs visant à attirer les investisseurs étrangers -avec notamment la possibilité de détenir 100 % des sociétés créées sur place, et des exonérations fiscales de 5 ans, mais il a également lancé, dimanche 1 er avril, début de l'année fiscale, un nouveau système de change flottant, entré en vigueur lundi. C'est la fin d'un taux de change administré qui, à force d'être déconnecté de la réalité, avait débouché sur un système à plusieurs vitesses.

Tandis qu'il fallait officiellement 6 kyats pour obtenir 1 dollar, la banque centrale a établi hier le taux de référence du kyat à 818 pour 1 dollar. Un niveau voisin de celui du marché noir, qui était devenu un casse-tête pour les rares entreprises étrangères installées sur place. Le nouveau système présente certes l'inconvénient de diminuer substantiellement les liquidités en dollars que le régime pourra faire rentrer sur le territoire en échange de ses exportations d'hydrocarbures. Mais il va, en revanche, officialiser la faible valeur de la monnaie birmane, et donc rendre les productions nationales plus compétitives. Le FMI avait estimé que cette mesure était une « priorité » pour libérer la croissance économique, qui, selon les prévisions du Fonds, devrait atteindre 6 % pour l'exercice 2012-2013.

Pour sa part, Aung San Suu Kyi a évoqué le début d'une « ère nouvelle » et appelé à l'unité de la nation birmane pour consolider la démocratie. Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), aurait remporté au moins 40 des 44 sièges à pourvoir, infligeant ainsi une sévère défaite à l'USDP, le parti créé par la junte. Même si le rapport de force dans les assemblées est toujours en faveur du gouvernement, le prix Nobel de la paix a bien l'intention grâce à son succès d'influencer le cours de la vie politique avant les élections législatives de 2015.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201986698096-la-birmanie-met-fin-a-un-taux-de-change-administre-vieux-de-35-ans-308829.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Appel au calme après des retraits de liquidités massifs

Message  Admin le Lun 8 Oct 2012 - 6:27

Les clients de la banque Kanbawza ont retiré environ 9 milliards de kyats (environ 8 millions d'euros) à Rangoun vendredi, soit plus de quatre fois le montant maximum attendu, selon le vice-président de la banque Than Lwin.

Des responsables du secteur bancaire birman ont tenté de rassurer samedi après des retraits massifs de liquidités liés à des rumeurs sur le patron de la plus grande banque privée du pays. Les clients de la banque Kanbawza ont retiré environ 9 milliards de kyats (environ 8 millions d'euros) à Rangoun vendredi, soit plus de quatre fois le montant maximum attendu, selon le vice-président de la banque Than Lwin.

Des rumeurs s'étaient répandues dans l'ancienne capitale évoquant l'arrestation du patron de Kanbawza, Aung Ko Win, qui serait un proche de l'ancienne junte. « Je ne veux pas que les gens croient de telles rumeurs parce que nous avons le soutien total de la Banque centrale », a déclaré Than Lwin samedi lors d'une conférence de presse organisée spécialement pour l'occasion. Il a assuré que Aung Ko Win avait eu l'intention d'être présent à cette conférence mais qu'il avait été appelé dans la capitale Naypyidaw par le président réformateur Thein Sein.

Kanbawza, qui détient un tiers du marché avec 79 agences, a un capital de près de 100 milliards de kyats (environ 90 millions d'euros), selon Than Lwin. Le directeur adjoint de la Banque centrale a également tenté de rassurer, indiquant que son institution s'assurait chaque jour de la stabilité des banques du pays. « Il n'y a aucune raison de s'inquiéter », a déclaré Win Thaw, ajoutant que les rumeurs étaient sous doute destinées à causer du tort à Kanbawza.

Le système bancaire birman ne s'est jamais vraiment relevé d'une crise majeure en 2003, qui avait emporté trois banques. Thein Sein, ancien général et Premier ministre de la junte dissoute en mars 2011, a convaincu la communauté internationale de sa sincérité en multipliant les réformes depuis un an et demi, en permettant à l'opposante Aung San Suu Kyi de réintégrer le jeu politique légal. Il a promis que la deuxième phase de réformes serait centrée sur l'économie laissée exsangue par un demi-siècle de gestion militaire.

Le pays avait lancé en avril sa première grande réforme économique en adoptant un nouveau système de change flottant contrôlé, étape essentielle pour relancer une économie paralysée par la cohabitation de multiples taux de change. Une loi sur les investissements étrangers très attendue doit être débattue au parlement prochainement et une loi sur l'indépendance de la Banque centrale devrait également voir le jour.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202310934525-birmanie-appel-au-calme-apres-des-retraits-de-liquidites-massifs-369732.php
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Birmanie se dote enfin d'un taux de change flottant

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum