La mue d'Aung San Suu Kyi dans la nouvelle Birmanie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mue d'Aung San Suu Kyi dans la nouvelle Birmanie

Message  Admin le Ven 3 Fév 2012 - 1:17

par Jason Szep

DAWEI, Birmanie (Reuters) - Seul diplomate occidental présent sur place, il décrit "une scène superbe": une heure après avoir été acclamée par la foule dans le sud de la Birmanie, Aung San Suu Kyi, longtemps dépeinte comme arrogante, s'agenouille devant trois moines bouddhistes assis dans son avion, à l'abri des caméras et des regards.

Cette marque de respect et d'humilité de la part de la célèbre opposante birmane, accueillie un peu plus tôt comme une rock star dans la ville de Dawei (sud), dévoile une facette de sa personnalité que peu ont eu le privilège de voir.

En adoptant cette attitude emplie d'humilité, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 pourrait bien faciliter la mise en oeuvre de réformes dans l'ancienne colonie britannique, théâtre d'un coup militaire en 1962.

Si l'on ne compte plus ses admirateurs dans le pays, certaines personnalités de son propre parti ont dressé ces dernières années un portrait au vitriol d'une femme dogmatique, inflexible, voire arrogante.

Ces critiques ont été reprises et amplifiées par la presse officielle sous l'ancien régime de la junte militaire qui a cédé le pouvoir en mars à un parlement civil élu.

Pendant de longues années, les généraux au pouvoir n'ont eu de cesse de la présenter comme une Occidentale déconnectée de la réalité birmane, à mille lieux de l'image lisse, relayée à l'étranger, d'une femme symbole de la démocratie qui a passé l5 des dernières 22 années en résidence surveillée.

Loin de faire l'unanimité, ses prises de position radicales, comme son soutien sans faille aux sanctions économiques internationales contre le régime en place, ont parfois irrité des membres de l'opposition qui soulignaient les conséquences désastreuses de telles mesures pour la population.

Aux yeux d'Aung San Suu Kyi, des Etats-Unis et de l'Union européenne, ces sanctions étaient au contraire indispensables pour contraindre les généraux à mettre en oeuvre de véritables réformes politiques.

PLUS RÉALISTE

Mais à l'image de la Birmanie, l'opposante évolue, et devient à 66 ans plus mature politiquement et plus réaliste, aux dires de la majorité des Birmans.

"Elle n'était pas toujours humble, elle n'était pas toujours souple. Mais pour réussir maintenant, elle doit gagner en souplesse et elle commence à en faire preuve", estime un journaliste birman.

Sa génuflexion dans l'avion revêt tout un symbole quand on connaît le rôle joué par les moines dans le mouvement pro-démocratie en Birmanie.

Enumérant un peu plus tard à Reuters ses priorités de candidate aux élections législatives partielles du 1er avril, Aung San Suu Kyi insiste sur l'importance d'amender la Constitution de 2008, rédigée par les militaires, afin de limiter l'influence de l'armée dans le pays.

Sa dernière campagne électorale, qui précéda le scrutin de 1990, avait suscité des passions semblables à celles observées lors de sa récente tournée dans le sud birman, avant de se terminer entre les quatre murs de sa villa, en résidence surveillée.

Dans le tumulte précédant ces élections, plusieurs milliers de manifestants avaient été tués et Suu Kyi, alors âgée de 43 ans et fille du héros de l'indépendance Aung San, était devenue persona non grata aux yeux de la junte militaire.

"Je n'ai jamais réellement voulu être impliquée en politique mais le peuple birman a une haute image de mon père, donc évidemment j'ai ressenti un sens des responsabilités", racontait-elle à Reuters en 1998. "Après les manifestations d'août et la mort de manifestants, j'ai senti que ce serait trop lâche de ma part de m'asseoir dans ma maison et de faire comme si de rien n'était."

A deux mois du scrutin, la série de réformes à mettre en oeuvre représente un défi pour l'opposante dont le parti pèche par manque d'expérience dans l'administration et l'organisation de campagnes électorales. Les choses pourraient toutefois évoluer au vu de l'efficacité déployée par son équipe de campagne dans la région de Dawei où des t-shirts à son effigie ont été distribués gratuitement avant son arrivée.

INFLUENCE

L'autre inconnue de la nouvelle Birmanie porte sur l'influence que l'opposante aurait dans le nouveau parlement.

"Quand elle arrivera au parlement, si elle soulève un problème, et que la résolution de ce problème profite à l'ensemble du pays, alors qui osera s'y opposer ?" estime Ai Saung Si, du parti de développement des nationalités Shan.

Outre ces questions d'ordre politique, Aung San Suu Kyi a conscience qu'elle aura beaucoup à faire pour rétablir la confiance des Birmans dans le gouvernement. Soucieuse de ne pas susciter trop d'espoirs, elle invite les membres de son parti à ne pas faire de promesses impossibles à honorer.

Si elle remporte les élections du 1er avril, ses partisans s'attendent à la voir accélérer le processus de réformes et à transformer le parlement. D'autres voient plus loin.

"Quand on nous demande si nous sommes optimistes concernant les changements qui se sont produits en Birmanie, (nous répondons que) Ang San Suu Kyi détient la réponse", estime Maung Tin Thit, militant écologiste et ancien prisonnier politique.

"Elle est la seule personne qui décidera s'il faut être optimistes. Un jour, elle sera présidente."

Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120201.REU8568/la-mue-d-aung-san-suu-kyi-dans-la-nouvelle-birmanie.html
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum