Birmanie: l'ONU rencontre des opposants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Birmanie: l'ONU rencontre des opposants

Message  Admin le Ven 19 Fév 2010 - 7:26

AFP 18/02/2010

Le Rapporteur de l'ONU sur les droits de l'Homme en Birmanie devait rencontrer aujourd'hui le bras droit de l'opposante Aung San Suu Kyi, dans le cadre d'une visite censée faire le point sur la situation dans le pays avant les élections, a-t-on appris de source officielle.

Tomas Ojea Quintana devait s'entretenir en fin d'après-midi avec Tin Oo, numéro deux de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), libéré samedi dernier après sept ans de détention et de résidence surveillée. Le responsable onusien doit aussi rencontrer Win Tin, ancien journaliste et co-fondateur de la LND, qui a passé plus de 19 ans en prison avant d'être libéré en septembre 2008.

Pas de rencontre avec Suu Kyi

"Sept membres du comité central exécutif (de la LND) doivent s'entretenir avec M. Quintana, dont MM. Tin Oo et Win Tin", a indiqué un officiel birman sous couvert de l'anonymat. Le responsable onusien, qui quittera le pays demain après une visite de cinq jours, a effectué une étape dans l'Etat de Rakhine (ouest), à la frontière avec le Bangladesh, où il s'est notamment entretenu avec des détenus.

Aujourd'hui, il doit aussi visiter la tristement célèbre prison d'Insein, où sont enfermés de très nombreux prisonniers politiques. "Il doit se rendre à la prison d'Insein pour y rencontrer des prisonniers", a ajouté l'officiel birman. Tomas Ojea Quintana est censé faire un point sur la situation des droits de l'Homme en Birmanie avant les élections promises cette année et qui seraient les premières organisées par la junte depuis celles de 1990, remportées par la LND mais dont les résultats n'ont jamais été entérinés.

Il a officiellement demandé l'autorisation de rencontrer Aung San Suu Kyi, mais aucune réponse ne lui a officiellement été donnée par le régime militaire. La cour suprême doit se prononcer en principe en février sur la requête déposée par l'opposante contre sa condamnation à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence, en août dernier.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

l'émissaire de l'ONU n'a pas pu rencontrer Aung San Suu Kyi

Message  Admin le Ven 19 Fév 2010 - 17:54

THE ASSOCIATED PRESS (CP)

RANGOON — L'émissaire de l'ONU a quitté vendredi la Birmanie sans avoir pu rencontrer l'opposante et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, s'étant vu opposer un refus par la junte militaire au pouvoir.
Tomas Ojea Quintana avait déclaré qu'il ferait pression sur le gouvernement pour rencontrer la militante pro-démocratie aujourd'hui assignée à résidence, après s'être déjà vu refuser une telle rencontre à deux reprises deux fois par le passé.
"Je suis déçu de n'avoir pu cette fois encore la rencontrer, en cette année cruciale, l'année de l'élection, les premières élections nationales depuis 20 ans", a-t-il déclaré à la presse. Il a précisé qu'aucune raison n'avait été avancée par la junte pour motiver ce refus.
M. Quintana était arrivé lundi pour une visite de cinq jours visant à évaluer les avancées réalisées en matière de droits de l'homme par ce pays d'Asie du sud-est. Vendredi, il s'est rendu dans la capitale administrative Naypyidaw pour une série de réunions avec des ministres du gouvernement et d'autres haut responsables.
A son retour à Rangoon, il a confié aux journalistes que les responsables rencontrés ne semblaient pas réceptifs à ses préoccupations. Le gouvernement s'est refusé à reconnaître qu'il détenait des "prisonniers de conscience", alors que l'ONU et les organisations des droits de l'homme estiment à 2.100 le nombre de prisonniers politiques en Birmanie.
L'émissaire a par ailleurs annoncé qu'aucune date ne lui avait été communiquée pour la tenue des prochaines élections générales ni même pour la promulgation d'un code électoral.

Jeudi, M. Quintana a rencontré un autre responsable de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi. Tin Oo, le vice-président de la LND, qui vient d'être libéré après sept années de détention, a exhorté l'émissaire "à demander la libération la plus rapide possible (d'Aung San Suu Kyi) et d'autres prisonniers politiques".
L'émissaire a également rencontré les avocats de l'opposante et visité des prisons dans l'Etat de Rakhine (nord-ouest) et à Rangoon où il a pu entretenu avec plusieurs détenus. Il devrait présenter les conclusions de sa visite au Conseil des droits de l'homme des Nations unies en mars.
Aung San Suu Kyi, âgée de 64 ans, avait été condamnée en août dernier à trois ans de réclusion et de travaux forcés, peine immédiatement commuée en une prolongation de 18 mois de sa résidence surveillée et confirmée en appel, ce qui l'exclut de facto des élections prévues cette année. Elle a passé 14 des 20 dernières années en prison.
Son parti avait remporté les élections organisées en 1990 mais la junte militaire au pouvoir en Birmanie depuis 1962, a refusé de céder le pouvoir et a depuis constamment entravé les activités de la LND.
avatar
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum