l'esprit voyageur en asie du sud-est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 ...
Voir le deal
564 €

Voyager à Bali

Aller en bas

Voyager à Bali Empty Voyager à Bali

Message  Admin Lun 21 Juin 2010 - 11:36

Plus petite que la Corse, l'île de Bali, qui fait partie de l'archipel indonésien, constitue une destination idéale. Sélection d'étapes.

Les paysages et les coutumes de Bali provoqueront indéniablement en votre for intérieur une profonde sensation d’être ailleurs. L’île, volcanique, offre des sites d’une étonnante variété et d’une surprenante beauté : des monts qui culminent à plus de 2 000 mètres d'altitude - voire 3 000 mètres pour le mont Agung -, des lacs de montagnes, des ruisseaux encaissés, des paysages accidentés où la brume est opaque, des versants miroitants de rizières en terrasses inondées, la jungle, la culture des épices, les plages de sables blanc et noirs… Aperçu.

Amed, le paradis côtier
La plage d’Amed, localité où se succèdent plusieurs villages qui se déroulent comme une ligne le long de la côte sur plusieurs kilomètres, offre un séjour maritime enchanteur. Il est facile de s’établir dans un hôtel avec une jolie vue sur le large et sur la plage de sable noir où les petits bateaux de pêche blancs ressortent comme un long chapelet de perles. Le coucher de soleil qui enveloppe le mont Agung est un véritable ravissement.

La proximité de la barrière de corail permet de belles promenades aquatiques, sans s'éloigner du bord. Masque et tubas suffisent pour admirer poissons et coraux multicolores (poissons perroquets, etc.) particulièrement abondants dans la zone dite « de l’épave japonaise », même si la plongée est l’une des principales activités du lieu.

Non loin d’Amed, Tirtaganga peut constituer une étape. Son "Water Palace" est un jardin agréable en cas de forte chaleur, avec ses bassins d’eau où se baignent les petits Balinais et son très joli jardin. Toutefois, ne pas s’attendre à une architecture ancienne et raffinée (l’ensemble date de 1948).

Sidemen, une plongée au cœur des rizières
Côté nature, le village de Sidemen est l’un des plus beaux endroits de l’île. Une marche dans les environs permet de pénétrer dans un sublime paysages de rizières en terrasses, qui occupent tous les versants disponibles de l’île, jusque dans les plaines. Arbres fruitiers tels que café, cacao, giroflier, avocatier, mangoustan et d’autres encore, bordent les chemins escarpés qui séparent les cultures d’une végétation luxuriante de jungle.

Les paysages sont variés : le riz blanc se récolte tous les six mois alors que le riz rouge arrive à maturité en trois mois. De jeunes pousses vert tendre qui émergent à peine de l’eau aux pailles coupées d’après la récolte : toutes les étapes de la culture rizicole sont visibles au même moment. Dans les villages traversés, les grains de riz bruns, les clous de girofle frais et les cacahuètes en train de sécher forment de longs rubans rouges sombres le long des routes.

Le lac Batur, au pied d’un volcan
Les berges du lac Batur constituent également un panorama splendide. Il n’est pas nécessaire de faire l’ascension du mont éponyme pour jouir de l’endroit : un dîner en face d'une eau claire ceinte par des montagnes, à déguster un poisson du lac, une promenade dans les villages alentours sous une lumière changeante (clapotis scintillants sous le zénith, eau émeraude en cas de nuages sombres) sauront vous conquérir. Le village de Buahan abrite un important sanctuaire où de somptueuses festivités sont données lors des célébrations de pleine lune.

Munduk et sa vallée, un site idéal pour inventaire végétal
Munduk, le berceau maraicher de l'île, est également une très belle étape. Attention toutefois : la brume tombe assez vite et le panorama peut-être voilé dès le début de l'après-midi. Ce serait dommage de ne pas voir le lac Bratan et ses terminaisons marécageuses, les champs d’œillets oranges et d’hortensias bleus destinés aux offrandes, les versants ondoyants plantés de riz et de cocotiers, la mer, au large de Lovina, qui forme une nappe dorée sous le soleil du soir. Arpenter les environs offre ici aussi l’occasion de voir de près les fruits des différentes espèces de cacao et de café, les pieds de cacahuètes et la vanille en gousses encore suspendue à l'arbre, pour une véritable initiation à la flore des saveurs.

Ubud, la raffinée
Ubud, certes touristique, est une ville agréable. La proximité des rizières, le vieux palais impérial et les temples qui se dressent promettent de très douces flâneries. Les spectacles de danse legong, joués chaque soir par différentes compagnies, sont subjuguants de beauté. Autant le spectacle donné à Celuk pour les touristes est un peu grossier, autant ceux d’Ubud sont un comble de raffinement. La ville propose aussi un bel artisanat, qu’il s’agisse des sarongs tissés (pièce de tissu qui constitue le vêtement traditionnel), d’accessoires en osier (paniers et autres ornements), d’objets en bois, de statues sculptées ou de vêtements de coupe occidentale. Entre deux étals de fruits divins et de ballots regorgeant de fleurs à vendre pour les offrandes du jour, le marché est un lieu où l'on peut faire d'intéressantes et jolies trouvailles.

source http://voyagesasiesudest.suite101.fr/article.cfm/voyage-a-bali#ixzz0rUEDX993

vidéos http://www.asie-forum-voyage.com/l-espace-videos-cinemas-musiques-f8/effluves-de-bali-t321.htm


Dernière édition par Admin le Lun 21 Juin 2010 - 11:41, édité 1 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voyager à Bali Empty Les endroits que l'on peut éviter à Bali

Message  Admin Lun 21 Juin 2010 - 11:37

L'île de Bali est assurément un coin de paradis. Mais qui dit paradis dit aussi destination touristique où tout ne vaut pas forcément la peine d'être vu...

L’arrivée dans l’île de Bali peut provoquer la sensation d’une douche froide. Pour tous ceux qui sont attirés par la ferveur spirituelle de l’endroit (par ailleurs non surestimée), le matérialisme avec lequel ils seront immédiatement accueillis dans les villes situées aux abords de l’aéroport - un touriste est un portefeuille - peut engendrer une déception. Il est des endroits à éviter pour celui qui a fantasmé la sérénité absolue que l’on associe, dans un imaginaire occidental en soif de vacances et d’exotisme, à une importante vie religieuse et méditative ainsi qu’à l’abondance des rites colorés de cet "infiniment loin".

Kuta : l’enfer touristique
Kuta, par exemple, est aux Australiens (que l’on voit débarquer de l’aéroport en tongs, une planche de surf sous le bras) ce qu’Ibiza est aux Européens : une boite de nuit géante. Située non loin de la côte, elle regorge de magasins d’accessoires de surf et constitue de nuit comme de jour un temple de la consommation où les produits occidentaux (marques Quicksilver, Billabong, Ralph Lauren, alcools de toutes provenances) achalandent les rayons des magasins. Ceux-ci prennent parfois les dimensions de grands centres commerciaux climatisés et aménagés partiellement en "duty free". Les Japonais sont également très nombreux à fréquenter la ville et, parait-il, pour ce qui est de la gent féminine, friands des gigolos qui y officient...

Sanur : un complexe balnéaire en construction
Sanur, un peu plus calme, est une station balnéaire sans aucun charme, dont les rues, bordées par des boutiques de paréo aux motifs kitch (le modèle tahitien avec des grosses fleurs d’ibiscus blanches décliné sur fond rose, bleu et noir, existe aussi en version dauphin) n’est pas sans rappeler les abords de Palavas-les-Flots. Le front de mer de Sanur commence à être abîmé, certes, de façon toute relative, par la construction d’immeubles à plusieurs étages (par ailleurs très rares dans l’île, hormis dans la capitale et sur la route qui va à l’aéroport, où la hauteur reste encore très mesurée). La multiplication des boutiques de luxe est un indice du développement des hôtels-spa resort où les vacanciers séjournent, sans doute à l’intérieur d’un cadre idyllique auto-suffisant, qui ne nécessite pas de contact avec la ville.

Celuk
Celuk, réputée pour sa production d’objets et de bijoux en argent, est devenue une étape systématique des tours-operators qui déversent les quarante passagers de leurs cars dans de vastes entrepôts où la visite des ateliers se termine inéluctablement dans une spacieuse boutique. Les commissions promises aux chauffeurs réduisent inévitablement la marge de négociation, les transactions y sont donc souvent peu avantageuses.

A Celuk également, des spectacles de danse sont donnés en matinée (pour occuper les touristes entre deux visites d’atelier…?). Leur qualité est assez médiocre et sans commune mesure avec les représentations qui sont programmées tous les soirs à Ubud, et qui sont, elles, de véritables performances effectuées par des compagnies professionnelles : le nombre de danseurs, la splendeur des costumes, le degré de raffinement et la beauté des danses ne manqueront pas de vous subjuguer.

Le marché de Bedugul
Très animé et coloré, le marché de Bedugul, situé au bord de la route, incite à la visite. Ses étals de fruits délicieux (la mangouste et le fruit de la passion sont une expérience gustative inoubliable) et ses sachets d’épices susciteront, à juste titre, la convoitise. Il est toutefois bon de savoir que tous les cars touristiques s’y arrêtent, et les prix proposés peuvent être exorbitants (jusqu’à 15 fois supérieurs à ceux que l'on peut trouver ailleurs). Le marché d’Ubud propose les mêmes épices à un prix beaucoup moins important.

Prix des hôtels

Si vous voyagez avec le Guide du Routard, attention : il peut y avoir une différence entre les prix indiqués dans le guide et les prix pratiqués, souvent plus chers (même après négociation). C’est particulièrement vrai pour les chambres d’hôtel, d’un moins bon rapport qualité-prix que dans d’autres établissements non mentionnés, plus récents, qui cherchent à étendre leur clientèle. Par exemple, L’Ubud Terrasses est un très bon établissement, contrairement au Sagitarius (tous deux sont situés sur la "Monkey Forest Road", à Ubud). La "demeure de l’instituteur" de Mundunk est bien moins hospitalière que l’hôtel situé quelques mètres en amont, "M.S.") dont l’accueil, le cadre et les chambres sont incontestablement plus chaleureux.

Il suffit de sortir légèrement des sentiers battus pour que, à Bali, l’enchantement soit immédiat et total. Malgré sa fréquentation, l'île reste une destination magique, où l’hospitalité, la splendeur des paysages et le raffinement des coutumes concrétiseront sans réserve votre doux rêve d’ailleurs.

source http://voyagesasiesudest.suite101.fr/article.cfm/bali--exemple-ditineraire-a-contourner#ixzz0rUEn4GiN
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum