l'esprit voyageur en asie du sud-est
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Découvrir la littérature de thaïlande

Aller en bas

Découvrir la littérature de thaïlande Empty Découvrir la littérature de thaïlande

Message  Admin Jeu 21 Avr 2011 - 6:03

La Thaïlande n'est pas seulement un pays de plages et de temples somptueux. Au-delà des clichés, une littérature fascinante ne demande qu'à se faire connaître, et une pléiade d'auteurs talentueux propose des œuvres de qualité.

L'originalité de la littérature thaïlandaise tient surtout dans la langue elle-même, reflet de la culture et des valeurs traditionnelles du pays. Comme pour beaucoup de langues asiatiques, le Thaïlandais est une langue très imagée, les comparaisons et les métaphores constituent la substantifique moelle de tout récit.

De plus, l'alphabet phonétique fait de l'euphonie et de la rythmique, l'essence même de son écriture. Selon le poète thaïlandais, Krit Lualamai, « l'attention est surtout donnée à la sonorité et au rythme des mots plutôt qu'à leur sens dans la poésie contemporaine ».

La littérature thaïe est très influencée par la littérature indienne. Jusqu'au 19e siècle, seuls les rois et les nobles y avaient accès, ainsi que les prélats bouddhistes. Les rois s'entouraient de poètes et d'écrivains, et les thèmes étaient surtout basés sur l'amour, l'amour de la patrie, la famille, la religion. Il ne fallait surtout pas aborder les différences sociales ou les conditions économiques du pays.

Puis, au cours des siècles, avec les changements politiques dus à l'avènement des progrès technologiques, à la modernité, et les réformes successives dans le pays avec l'influence occidentale, est apparu un noyau d'écrivains dits progressistes.

Dans les années 70, un mouvement littéraire, nommé « La littérature pour la vie », émergea suite à la situation politique qui entravait la liberté d'expression. Les principaux thèmes abordés étaient alors les inégalités sociales et une critique de la société.

De nos jours, il n'existe guère de thèmes communs, et si tous les sujets peuvent être traités, le climat politique interdit encore toute critique allant à l'encontre du concept religieux et de la monarchie.



Il serait vain de vouloir donner une identité à cette littérature encore en mouvement, mais s'il existe une flopée d'auteurs publiant des romans de cape et d'épée ou de fantômes, seule une poignée d'auteurs littéraires de qualité se distinguent.

Toute la semaine, nous vous proposerons donc de découvrir une palette de certains meilleurs auteurs contemporains en Thaïlande, traduits en anglais et en français, et à lire sans trop tarder.

source http://www.actualitte.com/dossiers/1400-decouvrir-litterature-thailande-ecrivains-reportage.htm



Chart Korbjitti est une figure phare de la littérature thaïlandaise contemporaine. Lauréat à deux reprises du prix SEA Write* pour ses romans La Chute de Fak (1981) et Sonne l'heure (1994), il reçoit le titre d'artiste national en 2004. Après des études d'art, Chart Korbjitti décide de devenir écrivain à temps plein.

Il se fait d'abord remarquer avec la publication en 1981 du roman Kampipâkskâ (en anglais : The Judgment ; en français : La Chute de Fak, Éd. du Seuil, 2003, traduits du thaï dans les deux langues par Marcel Barang). Ce livre raconte l'histoire de la descente aux enfers de Fak, un humble concierge d'école, dont la vie bascule lorsque les rumeurs du village l'accusent d'avoir une liaison avec la veuve de son père. Fak se retrouve alors isolé et en bas de l'échelle sociale au sein d'une société fortement marquée par la hiérarchie. À travers cette histoire, le lecteur a également l'occasion de découvrir le milieu paysan thaïlandais : ses mœurs, rites et traditions, transformés par l'arrivée du progrès matériel.

En décrivant l'individu affrontant la collectivité, « La Chute de Fakreprésente la plaque tournante de la littérature thaïlandaise vers le roman moderne », toujours selon le traducteur Marcel Barang, qui n'hésite pas à qualifier Chart Korbjitti de meilleur romancier thaïlandais contemporain.

La dernière œuvre de l'auteur traduite s'intitule Chiens Fous et vient d'être publiée aux Éditions Asphalte. Ce roman raconte l'histoire d'un groupe d'amis thaïlandais, adeptes du mouvement hippie et de beuveries, qui doivent se frotter au monde des affaires pour faire face à l'explosion du tourisme des années 70. Avec ce roman, le lecteur visite les lieux les plus connus du pays (Bangkok, Phuket et Pattaya), mais à travers le regard des protagonistes du livre. Chart Korbjitti explique : « J'ai retracé le parcours que nous avions fait avec mes amis : Pattaya, Bangkok, Phuket… Car c'est dans ces villes que se trouvaient les touristes, dont beaucoup de hippies, et nous avions besoin de nous faire de l'argent à l'époque. » Guide alternatif, Chiens Fous offre une vision inédite de la Thaïlande et dépayseront n'importe quel touriste.



Siriworn Kaewkan fait partie des auteurs les plus remarquables de la nouvelle génération. Sa plume est versatile : il publie des poèmes, des nouvelles, des essais et des romans. Il illustre et édite lui-même ses livres par sa maison d'édition Pajonphai.

Il a reçu plusieurs prix littéraires, dont une nomination pour le prix SEA Write de 2006 pour son livre The murder case of Tok Imam Satorpa Karde (Ed. Pajonphai, 2006, version anglaise 2010). Ce roman traite du conflit qui oppose les séparatistes musulmans au gouvernement thaïlandais dans le sud du pays. Un sujet qui tient à cœur à Siriworn Kaewkan, lui-même originaire du Sud, qui explique : « Je souhaite éveiller les conscience sur ce problème et je cherche à en élucider les racines. Je n'écris pour aucun des partis de ce conflit en particulier, j'entends juste ouvrir un dialogue et interpeller un maximum de monde sur la violence entraînée par ce choc des cultures. »

The murder case of Tok Imam Satorpa Karde, se présente comme un jeu de piste. Un meurtre a eu lieu dans le petit village de Tanyong Baru et la victime n'est pas n'importe qui : l'imam a été assassiné ! Les conséquences de cet acte seraient donc d'une grande ampleur dans cette région prête à l'embrasement.

Le livre est une succession de témoignages des personnages clefs : officier de police, militaire, leader religieux, terroriste… parmi lesquels se cacherait l'assassin lui-même ? A vous d'en juger.

source http://www.actualitte.com/dossiers/1403-chart-korbjitti-thailande-Siriworn-Kaewkan.htm


Dernière édition par Admin le Sam 23 Avr 2011 - 2:17, édité 2 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Découvrir la littérature de thaïlande Empty Thailande : une littérature entre modernité et tradition

Message  Admin Ven 22 Avr 2011 - 11:22

La littérature thaïlandaise surprend par sa richesse linguistique et la force de ses images. Beaucoup d'auteurs s'attachent à parler des conflits de classes dans cette société très marquée par la hiérarchie, ainsi que de la déchirure entre tradition et modernité dans une société encore en plein développement.

En France, la plupart des éditeurs semblent bouder cette littérature encore trop méconnue. En Thaïlande, très peu achètent des romans de gare et encore moins des romans littéraires.


Selon le traducteur français, Marcel Barang, qui s'attache à faire connaître les meilleurs auteurs Thaïlandais aux publics francophones et anglophones la pente est savonneuse en ce qui concerne le devenir de la littérature thaïlandaise, non pas pour une question de qualité, mais parce que le climat n'a jamais poussé à la lecture et que, désormais, les nouveaux médias font une concurrence déloyale aux livres.

Ruptures et traditions

Pourtant, les lecteurs gagneraient beaucoup à découvrir cette littérature qui s'est démarquée de celle d'autrefois réservée à une classe privilégiée, c'est-à-dire, royale et aristocratique, et imprégnée du bouddhisme indien. Les auteurs précités ont rendu la littérature accessible au peuple thaïlandais depuis le XXe siècle, et ont abordé des thèmes plus proches de la vie quotidienne, plutôt que ceux de la philosophie et de la mythologie, comme cela avait été le cas jusqu'à la fin du XIXe siècle.

À travers leurs écrits, très influencés par l'Occident, se dégage la volonté de plaider pour la justice et l'égalité sociale et de préserver la culture thaïlandaise en évoquant les croyances, les rites et les mentalités encore profondément ancrés chez le peuple thaïlandais. Le dilemme est de savoir si, avec la technologie avançant à grands pas dans la vie de chaque Thaïlandais, ces mêmes auteurs peuvent réveiller la conscience nationale, à savoir se battre pour une vie meilleure, avec plus de protections sociales, et une politique plus transparente, en même temps que plaider pour la préservation d'une culture millénaire qui rend difficile et complexe cette évolution des mœurs.

Une modernité écrasée qui se déploie

C'est ce qui explique aussi le piétinement des idéologies chez les nouveaux auteurs littéraires thaïlandais. Ils ont tous témoigné des changements politiques, militaires, religieux et économiques de leur pays au cours des dernières décennies. Ils ont varié les concepts des thèmes de leurs œuvres dans l'espoir d'amener le lecteur, en l'occurrence, tout d'abord leurs compatriotes, à une prise de conscience de ce à quoi un Thaïlandais peut aspirer pour être heureux dans une Thaïlande qui ploie encore sous la complexité des traditions et la modernité de plus en plus triomphante.

On ne peut que recommander de jeter un œil sur cette littérature ayant un zeste de folklore, et une approche réaliste de la société thaïe. Peut-être les écrivains thaïlandais trouveront-ils un jour la réponse à ce tiraillement culturel et littéraire, qui permettrait à une culture millénaire et statique de s'emboîter avec grâce dans celle, moderne et évolutive, de l'Occident. Et ce, sans avoir recours à une mondialisation des littératures.

source http://www.actualitte.com/actualite/25661-thailande-litterature-moderne-tradition-technologie.htm
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Découvrir la littérature de thaïlande Empty Zakariya Amataya et Saneh Sangsuk

Message  Admin Sam 23 Avr 2011 - 2:15

Saneh Sangsuk est l'écrivain thaïlandais le plus célèbre en France. Il a été fait Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2008. C'est après avoir fait des études de littérature anglo-saxonne que Saneh entame sa carrière d'écrivain.

Il fut révélé au public français avec le roman L'ombre blanche, Portrait de l'artiste en jeune vaurien (Seuil, 2000), reconnu par les critiques européens comme un chef-d'œuvre. Ce roman autobiographique est la confession d'un jeune Thaïlandais, qui déballe ses faits d'armes peu reluisants et passe aux aveux. Il raconte sa poursuite du bonheur dans un Bangkok violent et hostile qui l'a amené à se réfugier, tel un ermite, dans un village du nord de la Thaïlande.

Venin (Seuil, 2001) une de ses nouvelles, s'est vendu à plus de 25 000 exemplaires en France. Ce court récit raconte l'histoire d'un enfant handicapé, Patte Folle, dont le destin bascule lorsqu'il devra entamer un combat à mort avec un cobra femelle de plus de 4 mètres de long. Au village, ses proches, épouvantés, ne l'aideront pas, et c'est de son seul bras valide qu'il devra résister au serpent qui lui broie le corps. Métaphore de la lutte entre l'innocence et l'imposture, ce livre est aussi l'occasion de découvrir une facette des campagnes thaïlandaises, leurs superstitions et leurs conflits d'intérêts.

Son dernier roman, Une histoire vieille comme la pluie, (Seuil, 2003) relate les récits envoûtants du père Tiane au cours d'une veillée dans un petit village thaïlandais à la fin des années 60. Contes, légendes et récits : ce livre ouvre une fenêtre sur l'histoire de la Thaïlande en soulignant l'importance de la tradition orale.


Zakariya Amataya est le lauréat 2010 du SEA Write pour son premier recueil de poésie, No women in Poetry. Il regroupe près de dix ans de travail et d'écriture. Sa prose est emplie d'images, de métaphores et de paradoxes pour évoquer différents thèmes allant des limites du langage au temps qui nous échappe.

Les poèmes de Zakariya sont également publiés par de nombreux magazines thaïlandais. Il fait partie d'une minorité de poètes qui rompt avec l'esthétique sonore traditionnelle de la poésie thaïlandaise et ose composer en vers libres. Sa devise est : « Je voyage dans la poésie, la poésie voyage en moi, et nous allons vers la même destination ». Ses influences sont principalement des auteurs tels que Ginsburg, Pessoa et Darwish, mais aussi, la littérature occidentale et les récits folkloriques qui ont bercé son enfance.

Il affirme écrire de la "méta-poésie", de la poésie sur la poésie. Zakariya se sent également proche des poètes de la Grèce antique, tel que Parménide d'Élée. Il donne une place importante aux questions métaphysiques, éthiques et théologiques, afin, dit-il, « d'élever sa poésie ».

source http://www.actualitte.com/dossiers/1410-tahilande-litterature-amatatya-sangsuk-decouvrir.htm
Admin
Admin
Admin

Messages : 4881
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Découvrir la littérature de thaïlande Empty Re: Découvrir la littérature de thaïlande

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum